Mis en quarantaine à vie : l'histoire tragique des colonies de lèpre aux États-Unis

Mis en quarantaine à vie : l'histoire tragique des colonies de lèpre aux États-Unis


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pendant des millénaires, un diagnostic de lèpre signifiait une peine d'isolement social à perpétuité. Les personnes atteintes de la maladie maintenant connue sous le nom de maladie de Hansen – une infection bactérienne qui ravage la peau et les nerfs et peut provoquer des malformations douloureuses – étaient généralement arrachées à leur famille, couvertes de préjugés et cruellement exilées en quarantaine à vie.

Aux États-Unis, les patients étaient confinés dans une poignée d'établissements éloignés, où, au fil du temps, une existence grossière s'est transformée en une existence avec de petites pierres de touche de la normalité. Mais les patients étaient systématiquement privés des libertés civiles fondamentales : travailler, se déplacer librement et voir leurs proches, voter, élever leur propre famille. Certains qui portaient des enfants ont eu leurs bébés enlevés de force.

Dans les années 1940, après l'émergence d'un remède contre la maladie – et la science a clairement montré que la plupart de la population y avait une immunité naturelle – d'autres pays ont commencé à abolir les politiques d'isolement obligatoire. Mais aux États-Unis, alors même que la santé et l'état des patients atteints de la lèpre s'amélioraient, les anciennes stigmatisations, la peur de la contagion et les lois obsolètes ont gardé beaucoup confinés pendant des décennies de plus.

LIRE LA SUITE: Pandémies qui ont changé l'histoire

Bannie à Hawaï

Un petit nombre de patients atteints de la maladie de Hansen restent encore à Kalaupapa, une léproserie établie en 1866 sur une langue de terre isolée mais d'une beauté à couper le souffle sur l'île hawaïenne de Molokai. Des milliers de personnes y ont vécu et y sont mortes dans les années qui ont suivi, y compris un saint canonisé plus tard. Mais en 2008, la population de la colonie était tombée à 24 habitants et en 2015, il n'en restait plus que six à temps plein, bien qu'ils aient été guéris depuis longtemps. Aujourd'hui âgés de 80 à 90 ans, de nombreux résidents sont arrivés sur l'île alors qu'ils étaient enfants. Ils ne connaissaient pas d'autre vie.

"Quand ils sont venus ici, la loi leur a garanti un foyer à vie, et cela ne peut pas être enlevé", a déclaré le docteur Sylvia Haven, médecin à l'hôpital de l'île. Le New York Times en 1971. Pour certains, cette « maison pour la vie » se traduisait davantage par une prison, aussi pittoresque soit-elle. « Vous avez été amenée ici pour mourir », a déclaré sœur Alicia Damien Lau, qui est venue pour la première fois au Molokai en 1965, dans une interview en 2016. « Vous n'avez pas pu quitter l'île.

Alors que les familles des patients pouvaient visiter, ils étaient logés dans des quartiers séparés et autorisés à communiquer uniquement à travers un grillage à poules. "Ils vous attrapent comme un escroc et vous n'avez aucun droit du tout", a écrit Olivia Robello Breitha, une patiente de longue date, dans son autobiographie de 1988. "Ils ne se souciaient pas de ruiner une vie... J'étais juste un numéro."

Kalaupapa faisait partie d'une petite poignée de colonies de lépreux aux États-Unis. Parmi eux se trouvaient la minuscule île Penikese à Buzzard's Bay, au large des côtes du Massachusetts, et le Carville National Leprosarium, en Louisiane. Avec près de 8 000 patients sur environ 150 ans, Kalaupapa était de loin le plus grand.

LIRE LA SUITE: Pourquoi la deuxième vague de la grippe espagnole a été si meurtrière

La « maladie de la séparation »

Nommée en l'honneur de Gerhard Armauer Hansen, le médecin norvégien qui a découvert la bactérie en 1873, la maladie de Hansen continue d'infecter les gens partout dans le monde. En 2015, environ 175 cas ont été signalés aux États-Unis. Dans les pires cas, l'infection bactérienne endommage la peau et les nerfs, laissant les patients engourdis et susceptibles de se blesser. Les parties du corps affectées deviennent parfois gangrenées et doivent être amputées, ou sont réabsorbées dans le corps.

La « maladie de séparation » a longtemps été considérée comme incurable. Malgré les connotations historiques d'inconvenance sexuelle, la lèpre se transmet généralement par la salive ou, plus exceptionnellement, par contact avec un tatou. (Il existe de bonnes preuves que ce que nous appelons aujourd'hui la lèpre peut en fait pas la même condition décrite dans les textes anciens.) Environ 95 pour cent des gens sont naturellement immunisés, tandis que ceux qui contractent l'infection peuvent être facilement traités avec un cocktail d'antibiotiques bon marché.À ce jour, cependant, la stigmatisation intense entourant la lèpre continue de empêcher les patients de rechercher les soins simples qui peuvent arrêter une défiguration terrible dans leur élan.

Dans les décennies qui ont précédé la découverte d'un traitement, le gouvernement américain a cherché à isoler la bactérie grâce à une politique de ségrégation des patients. En 1917, environ 50 ans après que le royaume d'Hawaï a commencé à envoyer des patients à Kalaupapa, le gouvernement a fédéralisé le Louisiana Leper Home à Carville, en Louisiane, qui était dirigé par des religieuses des Filles de la Charité. Les premiers patients de l'extérieur de l'État sont arrivés en 1921.

La vie dans ces communautés pourrait être intensément solitaire, avec peu de droits et aucune possibilité de partir. A Kalaupapa en particulier, les patients menaient une existence douce-amère. D'une part, ils ont été contraints de vivre isolés, loin de leur vie et de leur famille, sous des falaises infranchissables et dangereuses. La plupart sont morts dans la décennie suivant leur arrivée. Mais au bord du Pacifique, dans un décor d'une incroyable beauté naturelle, beaucoup ont mené une vie heureuse, entre parties de softball, culte à l'église et même danses. Près de 1 000 couples de l'île se sont mariés entre 1900 et 1930, certains ayant eu des enfants. Tragiquement, des bébés ont été enlevés à leur mère et élevés ailleurs.

À Carville, les conditions des premières décennies étaient rudes. Lorsque l'établissement a été créé pour la première fois dans un territoire marécageux et sujet au paludisme à l'extérieur de Baton Rouge, les affligés étaient initialement logés dans d'anciennes cabanes d'esclaves, où ils frissonnaient et étouffaient au fil des saisons. Leurs vies étaient initialement limitées par des clôtures – une qui séparait le côté masculin du campus du côté féminin (puisque les interactions entre les sexes étaient strictement interdites) et une haute clôture de périmètre en fer pour contrecarrer les nombreuses tentatives d'évasion. Il y avait même une prison sur place pour punir les fuyards, qui étaient parfois ramenés aux fers aux pieds. Et les patients ont dû sacrifier leur identité même : à leur arrivée, ils ont été immédiatement encouragés à prendre un nouveau nom pour protéger leurs familles restées au pays de la puissante stigmatisation de la maladie.

PHOTOS : des moyens innovants pour se protéger de la grippe

Un remède et un lent mouvement vers la normalité

Finalement, un hôpital a été construit sur le site de Carville, et l'accent est passé d'une culture ressemblant à l'incarcération à une culture davantage axée sur le traitement et la recherche. Et après que les années 1940 eurent apporté un remède, certaines restrictions ont commencé à s'assouplir pendant le confinement. En 1946, les patients ont été autorisés à voter à nouveau. Au fil du temps, une communauté animée s'est développée alors que les résidents se mariaient, construisaient des maisons, plantaient des jardins, publiaient un magazine, développaient de petites entreprises artisanales et profitaient même d'un festival de Mardi Gras de la taille d'une pinte.

Pourtant, la politique de santé officielle du gouvernement concernant le confinement des patients atteints de la maladie de Hansen a changé à un rythme glacial, les établissements individuels assouplissant leurs restrictions pendant des décennies avant que les lois fédérales ne rattrapent enfin la science.

Les patients sont libres de quitter Kalaupapa depuis 1969 ; 30 ans plus tard, les patients restants de Carville ont eu le choix entre partir, avec une allocation annuelle de 46 000 $; rester dans l'établissement ; ou être transféré dans un foyer pour personnes âgées. Dans les deux cas, beaucoup ont choisi de rester, s'étant habitués à ce Le New York Times décrit en 2008 comme « le jumelage contre-intuitif de la solitude et de la communauté ». Ici, dans des avant-postes isolés qu'ils n'auraient peut-être jamais choisis, les autres patients, les agents de santé et le personnel pastoral sont devenus une famille. Et pour ces derniers qui restaient, ces lieux éloignés devenaient quelque chose qui se rapprochait de la maison.


Quand le dernier patient meurt

Kalaupapa, à Hawaï, est une ancienne colonie de lèpre qui abrite encore plusieurs des personnes qui y ont été exilées dans les années 1960. Une fois tous décédés, le gouvernement fédéral veut ouvrir la péninsule isolée au tourisme. Mais à quel prix ?

Il n'y a pas si longtemps, les habitants d'Hawaï qui avaient reçu un diagnostic de lèpre étaient exilés dans une péninsule isolée rattachée à l'une des îles les plus petites et les moins peuplées. Les détails sur l'histoire de la colonie - connue sous le nom de Kalaupapa - pour les patients atteints de la lèpre sont obscurs : moins de 1 000 des pierres tombales qui s'étendent à travers les différents cimetières du village sont marquées, beaucoup d'entre elles ayant succombé aux dommages causés par les intempéries ou à la végétation envahissante. Quelques-uns ont failli être dévorés par les arbres. Mais les archives suggèrent qu'au moins 8 000 personnes ont été retirées de force de leur famille et transférées à Kalaupapa pendant un siècle à partir des années 1860. Presque tous étaient originaires d'Hawaï.

Seize de ces patients, âgés de 73 à 92 ans, sont toujours en vie. Ils comprennent six qui restent volontairement à Kalaupapa en tant que résidents à temps plein, même si la quarantaine a été levée en 1969 – une décennie après que Hawaï est devenu un État et plus de deux décennies après la mise au point de médicaments pour traiter la lèpre, aujourd'hui connue sous le nom de maladie de Hansen. L'expérience de l'exil a été traumatisante, tout comme le déchirement de l'abandon, tant pour les patients eux-mêmes que pour les membres de leur famille. Kalaupapa est isolée par des falaises imposantes et dangereuses du reste de Molokai - une île sans feux de circulation qui est fière de son isolement rural - et y accéder reste difficile à ce jour. Les touristes arrivent généralement à dos de mule. Alors pourquoi tous les patients restants n'ont-ils pas embrassé la nouvelle liberté ? Pourquoi tout le monde n'a-t-il pas renoué avec ses proches et profité des commodités de la civilisation ? De nombreux patients de Kalaupapa ont tissé des liens paradoxaux avec leur monde isolé. Beaucoup ne pouvaient pas supporter de le quitter. C'était "le jumelage contre-intuitif de la solitude et de la communauté", a écrit Le New York Times en 2008. « Tout ce qui meurt et tout ce qui vit. »

Le National Park Service, qui a désigné Kalaupapa comme parc historique national en 1980, doit décider de ce qui arrivera à la péninsule une fois le dernier patient décédé. Si les choses se passent dans le sens de l'agence fédérale, Kalaupapa serait pleinement ouverte aux touristes, comme indiqué dans un plan à long terme en cours d'élaboration depuis plusieurs années. La proposition "préférée", qui est l'une des quatre proposées par l'agence comme options, lèverait bon nombre des réglementations actuelles sur les visites qui ont maintenu Kalaupapa si éloigné.

Quelques dizaines de personnes seulement vivent à Kalaupapa, dont une quarantaine d'employés fédéraux qui se concentrent sur les efforts de préservation et un certain nombre d'agents de santé de l'État qui supervisent l'aspect médical des choses. (Le directeur du département de la Santé de l'État est techniquement le maire de Kalaupapa à la fin de 2013, le directeur de l'époque est décédé dans un accident d'avion après une visite annuelle dans la péninsule.) Les règles actuelles limitent les visites quotidiennes à 100 adultes, principalement par le biais d'un seul opérateur commercial qui organise des visites historiques guidées. Les enfants de moins de 16 ans ne sont pas autorisés et les visiteurs doivent être invités.

La proposition préférée a provoqué une consternation importante parmi diverses parties prenantes - des défenseurs des autochtones hawaïens aux résidents de Molokai en passant par ceux qui ont des liens avec la colonie - qui craignent que les jours du Kalaupapa tels qu'ils le connaissent soient comptés. Les débats exacerbent davantage les tensions politiques et culturelles à Hawaï, ajoutant au scepticisme profondément enraciné parmi les habitants des intérêts extérieurs. Les discussions sur l'avenir de Kalaupapa s'accompagnent également d'un rappel puissant, quoique douloureux, des difficultés de commémorer quelque chose qui est compris si différemment selon la personne à qui vous demandez. Au cours des dernières années, j'ai parlé avec un certain nombre de personnes qui connaissent intimement Kalaupapa, des bénévoles de la conservation aux chercheurs sur la lèpre, et le seul mot que tout le monde utilisait pour décrire l'endroit est « sacré ». Pour la plupart, cependant, les gens ont du mal à exprimer ce que Kalaupapa leur fait ressentir.

La maladie de Hansen, qui est encore plus communément connue sous le nom de lèpre, a été extrêmement stigmatisée dans le monde entier pendant des siècles. (Le changement de nom a été provoqué en partie par les efforts continus pour surmonter cette stigmatisation et est basé sur le médecin qui a identifié le premier la bactérie qui la cause.) Décrite fréquemment dans la Bible comme repoussante et impure, la maladie a longtemps été redoutée d'être hautement contagieux. La lèpre provoque des lésions cutanées, des lésions nerveuses et une faiblesse musculaire, des symptômes qui deviennent débilitants s'ils ne sont pas traités, mais qui peuvent maintenant être traités avec des antibiotiques. Ce n'est pas aussi contagieux qu'on le pensait, et jusqu'à 95% des personnes peuvent être naturellement immunisées contre la bactérie. Bien qu'il apparaisse toujours dans le monde, y compris aux États-Unis, il est sur le point d'être éliminé à l'échelle mondiale. Un vaccin contre la lèpre est en cours de développement et devrait faire ses premiers essais cliniques sur l'homme cette année. Et pourtant, des attitudes anciennes envers la maladie ont persisté.

Les colonies de lèpre, endroits où ceux qui ont contracté la maladie ont été isolés, étaient répandues au Moyen Âge, mais elles ont continué à surgir longtemps après cela, y compris une installation près de Baton Rouge qui a été fermée à la fin des années 1990. Steve Reder de l'Institut de recherche sur les maladies infectieuses a déclaré L'Atlantique en 2012, que des hôpitaux isolés de la lèpre existent toujours. Comme cela a tendance à se produire avec les épidémies, y compris la récente épidémie d'Ebola, l'ostracisme et l'hystérie entourant la lèpre étaient dirigés de manière disproportionnée contre les non-Blancs et d'autres groupes marginalisés.

Kalaupapa reste étrangement à l'abri du reste du monde, même aujourd'hui. Un sujet commun de bavardage dans le village est le jour où chaque année une péniche débarque avec des fournitures, y compris du gaz et de la nourriture, lorsque l'eau est suffisamment calme pour qu'elle accoste. Mais Kalaupapa est aussi époustouflante qu'obsédante, marquée par des plages de sable blanc, des récifs coralliens et de minuscules bungalows qui semblent figés dans le temps. C'est, à certains égards, une version de l'Hawaii qui était avant Waikiki, avant la Seconde Guerre mondiale, avantCinq-0.

Beaucoup de souvenirs de Kalaupapa sont heureux. Les patients sont tombés amoureux et se sont mariés près de 1 000 couples se sont mariés là-bas seulement entre 1900 et 1930, selon les dossiers compilés par le Kalaupapa Names Project. Il y avait des danses et des spectacles musicaux, des concours de fabrication de colliers et des jeux de balle molle. Les églises étaient des lieux de rassemblement populaires, dont une construite par le père Damien, un saint canonisé qui a contracté la lèpre alors qu'il vivait à Kalaupapa à la fin des années 1800. Pour de nombreux exilés, la communauté de Kalaupapa – les autres patients, les travailleurs de la santé, les membres du clergé – est devenue leur seule famille. Quitter la péninsule deviendrait sa propre forme d'exil.

Après avoir mené une étude d'impact environnemental et organisé une série de commentaires publics, le National Park Service a formulé ses quatre plans alternatifs pour l'avenir de Kalaupapa, dont deux ouvriraient la visite conformément à des objectifs et des politiques spécifiques et dont un ne mettrait en œuvre aucun changement. L'agence fédérale préfère explicitement l'alternative qui établirait essentiellement une forme d'écotourisme : « Les diverses ressources de Kalaupapa seraient gérées de mauka à makai (du sommet de la montagne à la côte) pour protéger et maintenir leur caractère et leur importance historique », indique le plan. « Les visites du grand public seraient soutenues, fournies et intégrées à la gestion du parc. »

Le directeur du parc a déclaré que l'intention était de conserver "le sentiment d'appartenance et le sentiment que nous avons maintenant" et souligne que peu de choses changeraient. Ses habitants, a-t-elle dit, sont la priorité, tout comme son environnement naturel.

Pourtant, il est facile de voir pourquoi le problème est si lourd. Certains craignent qu'un afflux d'étrangers, en particulier ceux qui ne sont pas sensibles ou familiers avec le passé de Kalaupapa, ne détériore l'ambiance spirituelle de la péninsule et sape son héritage historique. D'autres s'inquiètent du risque que cela représente pour la flore et la faune indigènes, qui ne se trouvent presque toutes nulle part ailleurs sur la planète. Après tout, Kalaupapa est l'un des derniers endroits vraiment intacts d'Hawaï, l'archipel le plus isolé du monde et le foyer d'un tiers des espèces menacées d'Amérique. La politique hawaïenne est également en jeu : Kalaupapa abritait des populations autochtones hawaïennes pendant des centaines d'années avant l'établissement de la colonie. De nombreuses parties prenantes ont critiqué l'échec historique à reconnaître cet héritage et à garantir aux autochtones hawaïens des droits d'accès spéciaux à la terre.

"Il y a tellement de restrictions maintenant et je pense que c'est pourquoi la zone a pu être préservée", a récemment déclaré Debbie Collard, une infirmière de Kalaupapa. Nouvelles d'Hawaï maintenant. «Je détesterais voir ce que nous avons ici – la possibilité pour les gens de venir ici, de réfléchir et de pouvoir avoir le mémorial de leurs familles ici – pour que cela soit enlevé. J'ai des sentiments si mitigés à propos de tout ça.

Lindamae Maldonado, dont la mère biologique était une patiente de Kalaupapa, a déclaré que le plan du service du parc était « épouvantable » et nuirait aux efforts visant à recueillir et à honorer les informations biographiques sur la colonie. Maldonado, 66 ans, dont la mère a vécu à Kalaupapa jusqu'à sa mort il y a quelques années, n'a découvert ses racines qu'il y a dix ans. Elle est tombée par hasard sur l'histoire de la famille et a grandi en supposant qu'elle avait un passé beaucoup plus simple basé sur ce que ses parents adoptifs lui ont dit. J'ai rencontré Maldonado il y a quelques années lors d'un reportage sur l'éloignement familial causé par la quarantaine.

La découverte de Maldonado était à la fois édifiante et déchirante, et elle essaie de donner un sens à la confusion – et de combler les blancs sur son nouvel arbre généalogique – depuis la révélation. Bien qu'elle ait pu rencontrer sa mère biologique quelques années avant sa mort et qu'elle ait visité régulièrement Kalaupapa au cours des quelques années jusque-là, leur relation, dit Maldonado, était distante et aigre-douce. Ils passaient leur temps ensemble à regarder des feuilletons coréens ou du volley-ball féminin avec d'autres patients dans la salle commune avec lesquels ils discutaient rarement. Maldonado dit qu'elle a été arrêtée par des responsables de la santé à l'instant où sa mère l'a accouchée. Elle a ensuite été adoptée par un couple catholique qui a gardé secrètes ses origines Kalaupapa et dont les noms figurent même sur son acte de naissance. C'est alors que Maldonado était dans la cinquantaine qu'un cousin adoptif lui a parlé de sa mère biologique. La bonne amie du cousin s'est avérée être la tante biologique de Maldonado.

Ce sont les hypothèses qui causent le plus de douleur à Maldonado. Des milliers d'enfants sont probablement nés de patients à Kalaupapa, des enfants qui grandiraient sans la moindre idée de leur passé à cause des lois sur la garde et la stigmatisation. Un responsable de la santé publique m'a dit un jour que presque toutes les femmes mises en quarantaine à Kalaupapa y ont accouché à un moment donné.

Et non seulement les enfants étaient éloignés de leurs parents, mais des lignées entières étaient potentiellement effacées. Maldonado, divorcée et mère de trois enfants, a rencontré son demi-frère de 76 ans du côté de son père il y a quelques années à peine. Elle et son frère, Melvin Carillo, sont maintenant les meilleurs amis, et Carillo est même retourné à Hawaï en partie pour se rapprocher d'elle.Lorsque je les ai rencontrés il y a un peu plus d'un an dans la petite maison de ville de Maldonado à Oahu, elle et Carillo se sont tenus la main et ont complété leurs phrases, parlant de leurs plans à venir pour présenter leurs enfants. « Mes autres sœurs et moi jouions ensemble. Je n'ai jamais eu ça avec elle [Lindamae] », avait alors déclaré Carillo. « C'est ma petite sœur. Nous n'avons jamais rien eu ensemble. J'ai perdu ça, tout ça – le jeu, l'attention, le partage. Il n'y avait rien de tout cela pour moi et ma plus jeune sœur.

Kalaupapa "est une partie si importante de l'histoire" avec "des questions que nous essayons toujours de résoudre", m'a récemment dit Maldonado lorsque je lui ai posé des questions sur les nouveaux plans. Jusqu'à ce que Kalaupapa voit plus de fermeture, a-t-elle déclaré, "il n'y a pas de réponses pour l'endroit". Du moins pas celui qui implique d'en faire une attraction touristique. Mais à quoi pourrait ressembler la vraie fermeture ? Bien que l'effort de cartographie familiale de Maldonado ait ses critiques, y compris des défenseurs qui disent qu'il porte atteinte à la vie privée des patients, les personnes les plus intimement liées à l'endroit semblent convenir que les restrictions actuelles devraient en grande partie être maintenues. Certains disent qu'il est particulièrement important de préserver ses limites une fois les derniers patients décédés, car il deviendrait encore plus difficile d'évaluer la meilleure façon d'honorer leur combat.

« Nous le sommes – et vous ne l'êtes pas », a expliqué Clarence « Boogie » Kahilihiwa, l'un des derniers patients de Kalaupapa. Til fois en 2008. « Chaque fois qu'une personne meurt, nous en recevons de moins en moins. » Et même si Kahilihiwa soutient le changement proposé - du moins l'idée d'autoriser les enfants à visiter - le tourisme n'est pas dans son esprit : "Viens quand nous vivons", a-t-il déclaré. The Associated Press plus tôt ce mois-ci, parlant en pidgin hawaïen. "Non, viens quand nous serons tous morts."

En effet, de nombreux membres de la communauté reconnaissent que l'ouverture de Kalaupapa servirait à sensibiliser et à éduquer ceux qui, autrement, ne pourraient pas entrer en résonance avec son histoire. Le diocèse d'Honolulu soutient le plan du service des parcs car il permettrait aux catholiques du monde entier de se rendre dans l'ancienne colonie, qui abritait deux saints, dont le père Damien. Selon Nouvelles d'Hawaï maintenant, les responsables disent que des milliers de catholiques commenceraient à se rendre dans la région pour réfléchir et prier.

Pourtant, de plus grandes sensibilités à propos de la préservation d'Hawaï aggravent la controverse de Kalaupapa. Les îles ont vu leur paysage naturel changer considérablement au cours des dernières décennies dans un contexte de croissance démographique rapide, de construction commerciale et de projets publics massifs. Soixante-dix pour cent des plages des îles les plus visitées d'Hawaï subissent une érosion à long terme, et près des deux tiers de ses cours d'eau sont considérés comme « altérés » par les polluants naturels. L'infrastructure actuelle ne peut pas gérer la population : Honolulu est la ville la plus congestionnée du pays, dépassant Los Angeles, selon le Traffic Scorecard d'INRIX.

Le développement a entraîné certaines des batailles politiques les plus médiatisées d'Hawaï et des procès à grande échelle, et les différends sur les droits fonciers des autochtones hawaïens ont souvent figuré en bonne place dans ces débats. Les Hawaïens autochtones ont souffert de discrimination depuis le contact avec l'Occident, en particulier depuis que les îles ont été annexées par les États-Unis en 1898. Selon certaines recherches, la population hawaïenne autochtone a diminué de 84 % entre l'arrivée de l'explorateur britannique James Cook, en 1778, et 1840. , alors que certains récits historiques prédisaient même l'éradication complète de la race hawaïenne d'ici le début du 20e siècle. L'interdiction de la langue hawaïenne n'a été levée qu'en 1986, et aujourd'hui, selon la date du recensement, ceux qui s'identifient comme étant au moins en partie des hawaïens autochtones ne constituent qu'un cinquième de la population d'Hawaï. Pourtant, ils représentent près de 40 pour cent de la population carcérale de l'État et souffrent de la pauvreté à des taux disproportionnés.

« Avec la diminution de la population de patients, il y a eu une tendance ces derniers temps à se référer à un moment dans un proche avenir à Kalaupapa où il n'y a plus de patients », a déclaré l'organisation de défense de Kalaupapa, Ka Ohana O Kaluapapa, au National Park Service en 2009 « L'Ohana ne croit pas qu'un tel moment viendra jamais. Bien que la population de patients ne soit plus avec nous physiquement, elle sera toujours présente spirituellement. Ils feront toujours partie de cette terre.


Histoire de la quarantaine

La pratique de la quarantaine, telle que nous la connaissons, a commencé au 14ème siècle dans le but de protéger les villes côtières des épidémies de peste. Les navires arrivant à Venise en provenance de ports infectés devaient rester au mouillage pendant 40 jours avant d'atterrir. Cette pratique, appelée quarantaine, est dérivée des mots italiens mise en quarantaine giorni ce qui signifie 40 jours.

Quarantaine américaine précoce

Lors de la création des États-Unis, peu de mesures ont été prises pour empêcher l'importation de maladies infectieuses. La protection contre les maladies importées relevait de la juridiction locale et étatique. Les municipalités individuelles ont adopté une variété de règlements de quarantaine pour les navires à l'arrivée.

Les gouvernements des États et locaux ont fait des tentatives sporadiques pour imposer des exigences de quarantaine. Les épidémies continues de fièvre jaune ont finalement incité le Congrès à adopter une législation fédérale sur la quarantaine en 1878. Cette législation, sans entrer en conflit avec les droits des États, a ouvert la voie à une implication fédérale dans les activités de quarantaine.

Les agents du service de santé publique des États-Unis, comme ceux montrés sur cette image prise vers 1912, portaient des uniformes lorsqu'ils effectuaient des tâches de station de quarantaine à partir de la fin du XIXe siècle. Photo publiée avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de médecine.

Fin du 19e siècle

Des épidémies de choléra provenant de navires à passagers arrivant d'Europe ont incité une réinterprétation de la loi en 1892 pour donner au gouvernement fédéral plus d'autorité pour imposer des exigences de quarantaine. L'année suivante, le Congrès a adopté une loi clarifiant davantage le rôle fédéral dans les activités de quarantaine. Au fur et à mesure que les autorités locales se rendaient compte des avantages de la participation fédérale, les stations de quarantaine locales ont été progressivement remises au gouvernement fédéral. Des installations fédérales supplémentaires ont été construites et le nombre d'employés a été augmenté pour offrir une meilleure couverture. Le système de quarantaine a été entièrement nationalisé en 1921 lorsque l'administration de la dernière station de quarantaine a été transférée au gouvernement fédéral.

Loi sur le service de santé publique

La Public Health Service Act External external icon de 1944 a clairement établi l'autorité de quarantaine du gouvernement fédéral pour la première fois. La loi a confié au Service de santé publique des États-Unis (PHS) la responsabilité de prévenir l'introduction, la transmission et la propagation de maladies transmissibles de pays étrangers aux États-Unis.

Réorganisation et expansion

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Ce navire de coupe PHS a été utilisé pour transporter les inspecteurs de quarantaine à bord des navires battant pavillon jaune de quarantaine. Le drapeau a été hissé jusqu'à ce que le personnel de quarantaine et des douanes inspecte et autorise le navire à accoster au port.

Faisant à l'origine partie du département du Trésor, la quarantaine et la quarantaine, son organisation mère, sont devenues une partie de l'Agence fédérale de sécurité en 1939. En 1953, la PHS et la quarantaine ont rejoint le ministère de la Santé, de l'Éducation et du Bien-être (HEW). La quarantaine a ensuite été transférée à l'agence maintenant connue sous le nom de Centers for Disease Control and Prevention (CDC) en 1967. CDC est resté partie de HEW jusqu'en 1980, lorsque le département a été réorganisé en ministère de la Santé et des Services sociaux.

Lorsque le CDC a assumé la responsabilité de la quarantaine, il s'agissait d'une grande organisation avec 55 stations de quarantaine et plus de 500 membres du personnel. Des stations de quarantaine étaient situées dans chaque port, aéroport international et poste frontalier majeur.

De l'inspection à l'intervention

Après avoir évalué le programme de quarantaine et son rôle dans la prévention de la transmission des maladies, le CDC a réduit le programme dans les années 1970 et a changé d'orientation, passant de l'inspection de routine à la gestion et à l'intervention du programme. Le nouvel objectif comprenait un système de surveillance amélioré pour surveiller l'apparition d'épidémies à l'étranger et un processus d'inspection modernisé pour répondre aux besoins changeants du trafic international.

En 1995, tous les ports d'entrée américains n'étaient couverts que par sept stations de quarantaine. Une station a été ajoutée en 1996 à Atlanta, en Géorgie, juste avant que la ville n'accueille les Jeux olympiques d'été de 1996. À la suite de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le CDC a réorganisé le système de stations de quarantaine, l'étendant à 18 stations avec plus de 90 employés sur le terrain.

Mettre en quarantaine maintenant

La Division de la migration mondiale et de la quarantaine fait partie du Centre national du CDC pour les maladies infectieuses émergentes et zoonotiques et a son siège à Atlanta. Les stations de quarantaine sont situées à Anchorage, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Detroit, El Paso, Honolulu, Houston, Los Angeles, Miami, Minneapolis, New York, Newark, Philadelphie, San Diego, San Francisco, San Juan, Seattle et Washington, DC (voir les listes de contacts et la carte).

En vertu de son autorité déléguée, la Division de la migration mondiale et de la quarantaine est habilitée à détenir, examiner médicalement ou libérer sous condition des individus et des animaux sauvages soupçonnés d'être porteurs d'une maladie transmissible.

Des panneaux comme celui-ci, pour la station de quarantaine d'El Paso, identifient les installations de la station de quarantaine situées dans les aéroports et aux postes frontaliers terrestres.

De nombreuses autres maladies importantes pour la santé publique, telles que la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ne figurent pas sur la liste des maladies quarantenaires, mais continuent de présenter un risque pour la santé publique. Le personnel de la station de quarantaine répond aux signalements de voyageurs malades à bord d'avions, de navires et aux postes frontaliers terrestres pour évaluer le risque pour la santé publique et initier une réponse appropriée.


Historique du programme national de lutte contre la maladie de Hansen (lèpre)

Cette zone le long de la rive est du fleuve Mississippi est appelée Indian Camp par les colons européens. Le site était historiquement utilisé par le peuple Houmas (Amérindiens) pour la chasse et la pêche.

Cette parcelle de terrain est achetée par Robert Coleman Camp Le camp cultive de la canne à sucre en utilisant le travail de 100 Africains réduits en esclavage.

1857-1859

L'architecte de la Nouvelle-Orléans Henry Howard conçoit Indian Camp Plantation. Bien que le camp nomme sa plantation « Woodlawn », il est communément connu sous le nom de camp indien. Howard a également conçu les maisons Nottoway et Madewood Plantation, entre autres.

1890-1892

Un exposé publié dans le journal Daily Picayune suscite un tollé à la Nouvelle-Orléans : le public exige que les « maisons antiparasitaires » de la ville abritant des patients atteints de la lèpre quittent les limites de la ville.

Loi 85 LA Législature de l'État, les personnes diagnostiquées avec la lèpre dans l'État doivent être mises en quarantaine dans un endroit sélectionné.

La loi 80 de la législature de l'État de Los Angeles a établi un conseil d'administration pour gérer le futur Louisiana Leper Home. Le Dr Isadore Dyer est nommé premier président du conseil d'administration.

En novembre, les sept premiers malades de la lèpre sont transportés de la Nouvelle-Orléans par barge fluviale vers ce qui est alors une plantation indienne de camp déserte.
La propriété est louée pour cinq ans dans l'attente de trouver un emplacement permanent près de la Nouvelle-Orléans.

Après avoir signé un contrat avec l'État de Louisiane, quatre Filles catholiques de la Charité de Saint-Vincent de Paul d'Emmitsburg, Maryland arrivent en avril pour soigner les patients du Louisiana Leper Home sous la direction de sœur Beatrice Hart, sœur supérieure.

Le tollé général empêche le Louisiana Leper Home de déménager dans la région de la Nouvelle-Orléans. L'État de Louisiane décide d'acheter la propriété Indian Camp (350 acres) en décembre.

1906-1916

De nombreuses améliorations des bâtiments sont réalisées et les premières passerelles couvertes sont construites reliant les dortoirs des patients à la salle à manger et à l'infirmerie.

La communauté environnante, appelée Island, Louisiane, est rebaptisée « Carville » par le ministre des Postes des États-Unis pour dissiper la confusion dans la livraison postale américaine (la Louisiane compte de nombreuses villes avec Island dans son nom). Louis Carville était le maître de poste local.

John Early, un patient du Louisiana Leper Home, s'échappe pour témoigner devant le Congrès américain à Washington, DC quant à la nécessité d'un hôpital américain pour la lèpre.

Le 3 février, le projet de loi du Sénat numéro 4086, une loi visant à établir une léproserie nationale à Carville, en Louisiane, est adopté par le Sénat américain. La Première Guerre mondiale retarde la sélection d'un site pour l'hôpital.

La « Maison » est vendue par l'État de Louisiane au gouvernement fédéral des États-Unis pour 35 000 $.

Le Service de santé publique des États-Unis (USPHS) prend le contrôle opérationnel et le « Home » devient le United States Marine Hospital Number 66. . . La léproserie nationale des États-Unis.

Un patient nommé « Stanley Stein » imprime le premier numéro du « Sixty-Six Star », une feuille d'information interne sur les patients qui deviendra plus tard « L'ÉTOILE », avec pour mission de « Diffuser la lumière de la vérité sur la maladie de Hansen ». Le STAR préconise de changer le nom de la maladie appelée lèpre en maladie de Hansen, pour atténuer la stigmatisation et honorer le médecin norvégien qui a découvert Mycobactérie Leprae au microscope en 1873.

Sœur Hilary Ross, DC et le Dr George Fite, USPHS, lancent un laboratoire de dépistage des drogues. Sr Hilary reste en résidence jusqu'en 1960 quand elle part en mission au Japon.

Les anciens combattants ont réussi à faire pression pour des améliorations à l'hôpital—une nouvelle infirmerie est terminée.

1940-1941

L'hôpital est reconstruit pour fournir des dortoirs individuels pour 450 patients.

Un nouveau bâtiment de loisirs et des logements séparés pour les Filles de la Charité sont achevés.

1940-1947

Guy Henry Faget, MD, directeur, National Leprosarium, pionnier de la thérapie médicamenteuse aux sulfones. Le Dr Faget et son équipe démontrent l'efficacité des sulfones, dont le Promin, le Diasone et le Promizole, dans le traitement de la maladie de Hansen (MH).

L'organisation d'anciens combattants 40/8 fait don d'une nouvelle presse à imprimer au magazine des patients « The STAR » et entame une relation de soutien continue.

Le droit de vote des patients aux élections en Louisiane est rétabli.

L'autobiographie de Betty Martin, "Miracle at Carville", figure sur la liste des best-sellers du New York Times. Betty est arrivée à Carville à l'âge de 19 ans. Son mémoire raconte sa vie de patiente, le miracle du traitement aux sulfones des années 40.

Années 1950

L'hôpital crée des départements de réadaptation, de formation et d'éducation.

Les patients sont autorisés à se marier. Les dortoirs des patients sont réaménagés pour accueillir les couples.

Équipe mariée Drs. Paul et Margaret Brand déménagent à Carville depuis l'Inde où le Dr Paul Brand commence le premier programme de recherche en réadaptation et le Dr Margaret Brand devient le plus grand expert mondial de la lèpre de l'œil.

Années 1970

Toutes les admissions de patients à Carville deviennent volontaires.

Années 1970

Le capitaine Robert R. Hastings, MD, Ph.D., USPHS, définit le rôle de la thalidomide dans la lèpre.

Le capitaine Robert R. Jacobson, MD, Ph.D., USPHS, a été le pionnier des travaux sur la résistance aux médicaments et sa prévention en introduisant la rifampicine dans le cadre de la polychimiothérapie pour la MH aux États-Unis.

Dr W.F. Kirchheimer, chercheur scientifique, développe le modèle du tatou comme outil pour le développement de maladies systémiques similaires à la MH humaine. M. leprae n'a pas été cultivé sur des milieux de laboratoire artificiels à ce jour.

Des cliniques externes sont ouvertes aux États-Unis. La maladie de Hansen devient officiellement un diagnostic ambulatoire.

La nouvelle Health Resources and Services Administration assume la responsabilité fédérale de la gestion et de l'exploitation de l'établissement HD de Carville.

L'établissement est rebaptisé "Gillis W. Long Hansen's Disease Center" - d'après le membre du Congrès américain, qui a réussi à faire pression pour que "Carville" reste ouvert aux patients MH lorsque d'autres hôpitaux PHS aux États-Unis ont été fermés.

1991-1993

Dans le cadre d'un accord de partage des coûts avec les programmes nationaux de lutte contre la maladie de Hansen, le Bureau of Prisons ouvre une unité à sécurité minimale pour les détenus. Il existe une population vieillissante de patients MH qui ont choisi de rester sur place.

Le quartier historique de Carville est inscrit au registre national des lieux historiques par le National Park Service.

La direction de la recherche en laboratoire du centre déménage à l'école de médecine vétérinaire de la Louisiana State University (LSU) à Baton Rouge.

Commémoration du centenaire (1894-1994) – Reconnaissance du 100e anniversaire de l'arrivée des premiers patients à « Carville ».

Une subvention de 3,5 millions de dollars est accordée à la direction générale de la recherche en laboratoire du Centre pour tester des médicaments contre la tuberculose. La subvention est dirigée par le Dr Scott Franzblou. Le Dr James Krahenbhul, lauréat du Distinguished Service Award pour son travail sur les macrophages en 1990, était le directeur de la Direction de la recherche en laboratoire.

Célébration du centenaire de la Mission des Filles de la Charité pour soigner les patients atteints de la maladie de Hansen.

Le Musée national de la maladie de Hansen est fondé.

Le Congrès américain adopte un projet de loi, rédigé par le membre du Congrès Richard Baker (R-LA), pour déplacer le Gillis W. Long Hansen's Disease Center à Baton Rouge, en Louisiane.

Les patients qui sont restés volontairement à « Carville » ont eu le choix entre une allocation médicale à vie, rester sur place en tant que patient de soins ambulatoires ou déménager avec l'hôpital à Baton Rouge.

L'État de Louisiane reprend le titre de Indian Camp Plantation et lance un programme pour les jeunes à risque supervisé par la Garde nationale de Louisiane.

Les Filles de la Charité mettent officiellement fin à leur Mission de soins aux patients de Carville.

Des preuves scientifiques concluant que les tatous sauvages et de nombreux patients atteints de la lèpre dans le sud des États-Unis sont infectés par la même souche de M. leprae est publié

Le tatou est reconnu comme modèle pour l'étude des lésions nerveuses causées par la lèpre.

Une deuxième souche de bactérie de la lèpre partagée par les tatous et les patients est découverte dans le sud-est des États-Unis.

Des tests de diagnostic moléculaire pour détecter les bactéries de la lèpre sont mis en œuvre comme norme de soins au NHDP.

Les études d'innocuité et d'efficacité réalisées par le laboratoire NHDP soutiennent l'avancement d'un nouveau vaccin contre la lèpre dans les essais cliniques de phase 1.


Mis en quarantaine à vie : l'histoire tragique des colonies de lèpre aux États-Unis - HISTOIRE

Hôpitaux et colonies de lépreux

Au Moyen Âge, nous commençons à voir une transition entre les simples colonies de lépreux et les hôpitaux de lépreux, et les églises commençaient à ouvrir leurs portes au traitement des lépreux. Des hôpitaux tels que l'hôpital pour lépreux St. James de Chichester ouvert en 1118 par la reine Maud (une épouse d'Henri I) et l'hôpital St. Nicholas Harbledown ouvert en 1084, incarnaient les idées de la société religieuse médiévale selon lesquelles c'était une chose noble. pouvoir converser et nouer des relations avec le lépreux.En effet, des institutions telles que celles de Harbledown étaient dirigées par des moines, et les lépreux étaient encouragés à vivre des styles de vie monastiques dans ces établissements, pour leur santé ainsi que leur quarantaine, mais aussi parce que la souffrance d'un lépreux était considérée comme un purgatoire sur terre, et donc plus saint que la souffrance d'une personne normale.

Le seul hôpital pour lépreux de la zone continentale des États-Unis a été établi entre la Nouvelle-Orléans et Baton Rouge en 1894 à Carville, en Louisiane. Le centre de Carville ressemblait d'abord à une prison où les lépreux étaient envoyés en isolement au début du 20 e siècle. De nombreux patients ont été introduits sur le site sous de faux noms et peu ont même donné des informations telles que leur ville natale par peur de la honte que même révéler autant d'informations entraînerait pour leurs familles et leurs communautés. L'hôpital s'est transformé au cours des dernières années en une institution moins semblable à une prison qu'en un lieu de traitement et de thérapie, mais la stigmatisation est restée. Les patients isolés à Carville ont développé leur propre sous-culture, écrivant leur propre journal et organisant même leur propre célébration du Mardi Gras. Une étude d'anciens patients de l'hôpital de Carville en 1990 montre que certains de ces patients avaient mené des mensonges élaborés pour raconter leur maladie à la personne ordinaire. Au lieu d'admettre la maladie, un patient interrogé avait affirmé que les blessures à la main et aux pieds étaient dues à son implication dans le conflit en Corée. Ses mains ont été déformées à cause d'une grenade défectueuse, a-t-il affirmé. Cette histoire était facile à croire et à revendiquer, car l'hôpital de Carville était un hôpital du service de santé publique des États-Unis et a admis de nombreux anciens combattants après la Seconde Guerre mondiale. L'homme a même dit qu'après avoir avoué aux gens que ses malformations étaient en fait dues à la lèpre, les gens ont refusé de le croire. Les gens préfèrent croire que la lèpre est une maladie du passé, et non de notre société moderne. L'hôpital de Carville a été fermé en 1999.

Des colonies de lépreux existaient également à Hawaï au milieu du 19 e siècle, exilées dans la péninsule de Kalaupapa. Cet isolement des lépreux est resté jusqu'en 1969, date à laquelle la politique de quarantaine a été levée car la maladie a été découverte traitable dans des établissements de soins ambulatoires. En raison d'une stigmatisation si profondément enracinée, de nombreuses personnes atteintes de maladies ont décidé de rester dans la zone de quarantaine.

Des colonies de lépreux existent encore aujourd'hui. En 2001, une colonie au Japon a fait l'objet d'un examen minutieux pour d'éventuels mauvais traitements infligés aux personnes atteintes de la maladie, les maintenant en quarantaine jusqu'en 1996, bien après que la maladie se soit révélée peu contagieuse. La loi de prévention de la lèpre de 1907 a forcé les personnes touchées par la lèpre à se réfugier dans les îles au large du Japon, y compris l'île d'Oshima. Le gouvernement japonais a maintenu de force les personnes atteintes de la maladie sur l'île, ainsi que, dans de nombreux cas, des bébés avortés de force lorsque les personnes atteintes de la lèpre sont tombées enceintes. Une estimation suggère que plus de 3 500 avortements ont été pratiqués, même si la lèpre n'est pas génétique. Selon un article du New York Times, en juin 2001, le gouvernement japonais a déclaré qu'il ne contesterait pas une décision de justice l'ordonnant de payer 15 millions de dollars à 127 plaignants qui avaient contesté la loi qui maintenait les patients confinés dans des sanatoriums sur des montagnes lointaines et de petites îles comme Oshima. Le gouvernement a présenté des excuses formelles et a promis de fournir à tous les patients une indemnisation et une aide pour retourner dans la société.


Îles de la mort : la vie dans une léproserie

C'est la maladie la plus ancienne et la plus vilipendée au monde. Mais la lèpre n'a pas été éradiquée, et en fait, un nouveau lépreux est diagnostiqué toutes les deux minutes.

Bien que les symptômes puissent ne pas apparaître au début, les effets de la lèpre peuvent être horribles.

Bien que les symptômes puissent ne pas apparaître au début, les effets de la lèpre peuvent être horribles.

Les pieds et le bas des jambes d'une personne atteinte de la lèpre qui peuvent être guéris de la maladie, mais les dommages ne peuvent pas être inversés. Image : iStock Source : istock

C'est la maladie la plus ancienne et la plus vilipendée au monde avec des preuves qu'elle a pu exister en Inde en 4000 avant JC, il y a plus de 6000 ans.

Il a été mentionné dans des textes anciens, tels que l'ouvrage sacré sanskrit Arthavaveda en 2000 avant JC.

Et une forme de lèpre appelée &# x201Ctzara&# x2019aat&# x201D en hébreu est mentionnée dans l'Ancien Testament&# x2019s Livre du Lévitique, écrit vers 500 avant JC.

La lèpre est une affliction redoutée qui mutile et cause d'horribles défigurations et était considérée comme hautement contagieuse.

Le nom de ceux qui sont atteints de la maladie « lépreux » est associé aux exclus de la société, aux « impurs » et à ceux qui doivent être exclus de la société et reniés par leurs parents honteux.

Il porte un tel stigmate qu'il était connu sous le nom de "mort vivante", que ses victimes recevaient des services funéraires pour les déclarer "mortes" à la société et que les parents étaient autorisés à revendiquer leur héritage.

La lèpre est une maladie avec une longue histoire de misère, comme le dit l'anthropologue social de l'Université de Cambridge, Gilbert Lewis.

A l'époque médiévale, les malades étaient bannis dans les colonies de lépreux, condamnés à errer sur les routes en arborant une pancarte ou en sonnant des cloches pour avertir les personnes saines de leur approche.

À l'époque moderne, des colonies de lépreux ont été établies sur des îles qui sont devenues connues sous le nom de « îles de la mort » d'où les lépreux ne sont souvent jamais revenus.

Beaucoup de gens croient que la lèpre est une maladie ancienne depuis longtemps éradiquée de la surface de la terre.

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Un homme avec de graves distorsions faciales dues à la lèpre mendie de l'argent dans une rue de Bangkok en Thaïlande. Image : Alamy. Source : Alamy

Deux patients gravement défigurés atteints de lèpre en Chine à la fin des années 1800. Photo : Michael Maslan//Getty Source : Getty Images

Une femme avec des lésions lépreuses très avancées aux yeux et aux mains avec son fils ou son petit-fils non affecté à Mumbai, en Inde. Source : Getty Images

Une femme atteinte de la lèpre nodulaire. Photo : Norman Walker Source : Fourni

Arran Reeve, un Norvégien atteint de la lèpre en 1886. Photo : Pierre Arents Source : Fourni

Toutes les deux minutes, une personne supplémentaire est diagnostiquée avec la lèpre, selon lepra.org.uk, une organisation caritative internationale de sensibilisation à la lèpre.

"Des millions de plus ne sont pas diagnostiqués chaque année et environ quatre millions sont handicapés de façon permanente par la maladie", a déclaré l'association caritative, dont la reine Elizabeth est la patronne.

Chaque jour, 600 nouveaux lépreux, dont 50 enfants, sont diagnostiqués.

Mais, en raison de la peur et du manque de connaissances, plus de trois millions de personnes dans le monde vivent avec la lèpre non diagnostiquée.

Les souvenirs des infâmes colonies de lépreux du monde du passé plus récent inspirent le dégoût et le désir de garder la lèpre derrière des portes closes, enfermées.

Homme dans les hauts plateaux du centre du Vietnam souffrant de la lèpre qui provoque le rongement d'une partie de son visage. Photo : Nik Wheeler./Getty Source : Getty Images

Mains d'une femme asiatique qui a perdu des doigts à cause de la lèpre. Image : Shutterstock Source : Shutterstock

Patients atteints de la lèpre dans une colonie de lépreux éloignée à l'extérieur de la ville de Munger, dans l'État le plus pauvre de l'Inde, le Bihar. Image : iStock Source : istock

Les gens pensent que la lèpre est une maladie des tropiques.

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, l'Europe a été frappée par l'éclatement d'une épidémie de lèpre à grande échelle avec son épicentre en Norvège où 3000 cas ont été signalés

En 1873, alors qu'il travaillait dans un hôpital de la lèpre à Bergen, dans le sud de la Norvège, le médecin Dr Gerhard Armauer Hansen identifia la maladie.

L'examen d'un patient&# x2019s spécimen de biopsie nasale au microscope, Hansen a vu les bacilles en forme de tige de Mycobacterium leprae.

La bactérie, qui ressemble beaucoup à son parent Mycobacterium tuberculosis, a des parois cellulaires cireuses qui les rendent difficiles à détruire.

La maladie a été renommée maladie de Hansen&# x2019s qui, en dehors des humains, ne se produit naturellement que chez les chimpanzés et les singes mangabey, et les tatous à neuf bandes qui la portent dans leurs poumons, leur foie et leur rate.

Même ainsi, beaucoup de choses sur la lèpre restent mystérieuses, et malgré son histoire effrayante, l'infection est difficile à contracter.

La plupart des gens, même exposés à plusieurs reprises, ne développeront jamais la maladie.

Lépreux sur «l'île de la mort» de la Colombie-Britannique ou l'île D'Arcy, où les Chinois atteints de la lèpre ont été bannis il y a 100 ans. Source : Fourni

Modèle en cire d'une main lépreuse dans la collection d'histoire médicale du musée Ruhr-Universität Bochum. Photo : Markus Matzel/Getty Source : Getty Images

La lèpre peut être une croissance lente, prenant entre neuf mois et 20 ans pour se manifester.

La tuberculose, la plus courante représentant 80 % des cas dans le monde, se traduit par des plaques fermes et sèches avec des centres pâles et glabres qui sont insensibles à la chaleur, au froid, au toucher ou à la douleur.

Des lésions nerveuses se produisent dans les muscles et les os, entraînant des mains griffues et une déformation grossière des pieds.

Une paralysie des muscles du visage, des yeux et du cou peut également se produire, et en raison des plaques de peau anesthésiées, les patients peuvent accidentellement mutiler leurs propres membres.

De gros ulcères érodés peuvent se former, entraînant la perte des doigts et des orteils, parfois l'état du membre est si mauvais que l'amputation est nécessaire

La lèpre lépromateuse, moins courante, se présente sous la forme de lésions cutanées sur le corps, avec un épaississement de la peau du visage et des os, des doigts et des orteils se détachant.

Il provoque une ondulation de la peau et un “lion visage”.

Des nodules mous apparaissent sur les oreilles, le nez et les joues et s'érodent parfois en plaies exsudatives. Le nez regorge souvent de bacilles, ce qui conduit parfois à la destruction de la cloison nasale et du palais.

Le médecin norvégien Gerhard Hansen a vu pour la première fois au microscope en 1873 la bactérie de la lèpre en forme de bâtonnet, un parent de la tuberculose. Image : Alamy Source : Alamy

Antonio Borges (ci-dessus), défenseur de la lèpre, avec une femme souffrant de la lèpre dans une léproserie. Image : Alamy Source : Alamy

La lèpre dérive du mot grec ancien &# x201Clepra&# x201D, qui signifie écailleux.

Un squelette vieux de 4000 ans trouvé en Inde en 2009 présentait des modèles d'érosion similaires à ceux trouvés dans des squelettes de lépreux en Europe datant du Moyen Âge.

Une maladie qui correspond à la description de la lèpre apparaît dans le Sushruta-samhita, un ouvrage médical indien datant d'environ 600 avant JC.

Un texte médical chinois de 400 avant JC décrit une maladie similaire et des textes grecs de 300 avant JC décrivent une maladie similaire.

Les armées d'Alexandre le Grand auraient contracté la maladie lorsqu'elles ont envahi l'Inde au 4ème siècle avant JC et l'ont ramenée au Moyen-Orient et en Méditerranée.

La “lepre” mentionnée dans la Bible, la “tzara�t” du Lévitique et la “lepra” du Nouveau Testament grec, peuvent représenter un certain nombre de maladies chroniques graves de la peau.

Mais selon Lévitique, toute personne déclarée impure à cause de la tsara�t devrait être mise hors du camp israélite, marquée et exilée comme pollueur.

Représentation médiévale d'une personne atteinte de la lèpre, la plus ancienne maladie identifiée au monde. Source : Fourni

Homme souffrant de la lèpre grave à la Maison de la compassion, pour les malades et les nécessiteux, dans le village de Kigera, en Tanzanie. Image : Alamy Source : Alamy

Cette personne doit porter des vêtements déchirés, laisser ses cheveux en désordre, couvrir la partie inférieure de son visage et crier : « Impur ! Impur!”

La tradition rabbinique a retracé la cause de la lèpre à diverses transgressions, allant du meurtre à la calomnie, et de l'arrogance à la cohabitation avec une femme menstruée.

Les soldats romains de l'armée de Pompée auraient transporté la lèpre d'Égypte en Italie au 1er siècle avant JC, et les légionnaires romains l'ont emmenée dans les îles britanniques.

Dans de nombreuses cultures traditionnelles, les lépreux étaient confinés dans un endroit isolé à la périphérie de la colonie afin d'empêcher la propagation de la maladie.

En 1200 après JC, environ 19 000 hôpitaux de lèpre existaient dans toute l'Europe.

Des colonies de lépreux, également appelées léproseries et Lazaret, ont été établies pour héberger les malades.

En dehors de ces hospices, ils étaient craints et ostracisés.

La stigmatisation perdure dans des endroits comme l'Inde, par exemple, où ce n'est qu'en février que le parlement a adopté un projet de loi visant à supprimer la lèpre comme motif de divorce.

Dans divers États indiens, il est interdit aux lépreux de se présenter aux élections.

L'Inde a déclaré en 2004 que la lèpre avait été éliminée en tant que problème de santé publique, mais en 2017, 135 485 nouveaux cas ont été détectés.

Photo d'un jeune lépreux des années 1890. Source : Fourni

Une colonie de lépreux aux Philippines a été surnommée « Isle of Sorrow » dans un article des années 1930 sur la maison de 500 lépreux qui ont formé leur propre « police des lépreux ». Source : Fourni

COLONIES DE LEPRES INFAMEUSES

L'une des colonies les plus célèbres se trouvait à Kalaupapa, sur l'île de Molokai, à Hawaï, où le prêtre belge, le père Damien, servait les malades de la lèpre qui y étaient déplacés de force par la loi.

Un autre célèbre lépreux&# x2019s home était à Carville, sur le fleuve Mississippi, près de la Nouvelle-Orléans, dans le sud de la Louisiane.

Il y a cent ans, la loi américaine exigeait que tous les citoyens diagnostiqués avec la lèpre y soient mis en quarantaine,

Des milliers de lépreux ont vécu leur vie dans cette lèpre nationale.

À ses débuts, Carville était plus une prison qu'un hôpital.

Horrifiées par la stigmatisation de la lèpre, les familles y laissaient souvent simplement leurs proches infectés et n'y retournaient jamais.

L'île Culion aux Philippines avec 500 lépreux, un médecin, quatre religieuses et un prêtre, s'appelait « l'île du chagrin ».

Les lépreux cultivaient leur propre nourriture, formaient leur propre police des lépreux et vivaient dans la misère avec une pénurie de fournitures ou de médicaments.

L'Australie avait plusieurs colonies de lépreux, le plus notoirement Peel Island Lazaret qui se trouvait dans la baie de Moreton entre Brisbane et Stradbroke Island.

Huttes pour hommes célibataires autochtones sur la colonie de lépreux de l'île Peel dans le Queensland. Photo : Campbell Scott Source : Nouvelles limitées

L'île Peel dans la baie Moreton a été utilisée comme colonie de lépreux et les gens ont été expulsés sans préavis, certains n'ayant plus jamais revu leur famille. Source : Fourni

Des bouteilles de bière marquent une tombe au Lazaret sur l'île Peel, une colonie de lépreux jusqu'en 1951. Photo : Campbell/Scott Source : News Corp Australie

Lits de patients à l'intérieur d'un bâtiment sur l'ancien Lazaret de l'île Peel au large de Brisbane. Source : Nouvelles limitées

Primitive et reculée, son implantation a permis aux autorités sanitaires d'éloigner arbitrairement et sans préavis des personnes même seulement vaguement suspectées d'être atteintes de la lèpre.

Il servait auparavant de station de quarantaine et d'asile pour les vagabonds et les ivrognes, avant de fonctionner comme une léproserie entre 1907 et 1959.

Queensland&# x2019s Leprosy Act de 1892 a légiféré pour isoler les patients atteints de la lèpre du continent.

Transportés à Peel Island, les mères, les pères et les enfants n'ont pas revu leur famille pendant des années, voire jamais.

Comme Carville, Peel Island ressemblait à une prison, avec des sols en terre battue, des huttes d'écorce et des patients enfermés ou enchaînés.

Trois composés séparaient les patients selon le sexe et l'origine ethnique.

Les personnes d'origine européenne blanche ont été tenues à l'écart de celles d'origine aborigène, de l'île du détroit de Torres, de l'île de la mer du Sud ou chinoise.

Une évasion était peu probable par-dessus les clôtures de 2,5 m ou à travers les 5 km d'eau infestée de requins vers le continent.

D'autres colonies de lépreux australiens se trouvaient sur l'île Anglo-Normande au large de Darwin et sur l'île Fantome dans le groupe d'îles Palm dans le nord du Queensland.

Dispensaire du chirurgien à l'ancienne colonie de lépreux sur l'île Fantome, 1940. Photo : Qld State Archives Source : Fourni

Soeur infirmière et Daisy Obah sur Fantome Island, nord du Queensland en 1940. Photo : Qld State Archives Source : Fourni

Survivant de la colonie de lépreux de Fantome Island près de Palm Island, Paddy Tanna. Source : News Corp Australie

Bien que redoutée tout au long de l'histoire, la lèpre n'est pas une maladie hautement contagieuse et est curable.

La transmission de l'infection nécessite un contact prolongé et étroit.

La bactérie semble se propager à partir de la peau et de la muqueuse nasale des personnes atteintes de la lèpre, mais la porte d'entrée exacte n'est pas connue.

Dans les années 1940, les médecins traitaient la lèpre avec succès avec un antibiotique connu sous le nom de dapsone, mais les microbactéries ont développé une résistance à ce médicament.

Un traitement multi-médicament a été développé, combinant la dapsone avec la rifampicine, un antibiotique utilisé pour traiter la tuberculose et la maladie des légionnaires, et la clofazimine, censée agir en interférant avec l'ADN.

La lèpre provoque la perte des doigts et des orteils chez un homme qui a souffert de pieds défigurés à cause de la maladie. Image : iStock Source : istock

Mais il n'existe pas de vaccin et tuer le bacille n'a aucun effet sur les tissus corporels qui ont déjà été endommagés ou détruits.

L'Assemblée mondiale de la santé, qui régit l'OMS, a adopté une résolution en 1991 pour éliminer la maladie d'ici 2000.

Cela a échoué, bien que la prévalence de la lèpre ait diminué de 90 % depuis le début des années 90.

La maladie a disparu de la plupart des pays tempérés, mais elle est toujours présente au Brésil, dans certaines parties de l'Afrique et de l'Asie du Sud.

Mais plus de sept millions de personnes sont actuellement touchées par la lèpre dans le monde.


Mis en quarantaine à vie : l'histoire tragique des colonies de lèpre aux États-Unis - HISTOIRE

En ce nouveau millénaire, la stratégie séculaire de quarantaine devient un élément puissant de la réponse de santé publique aux maladies infectieuses émergentes et réémergentes. Au cours de la pandémie de 2003 de syndrome respiratoire aigu sévère, le recours à la quarantaine, aux contrôles aux frontières, à la recherche des contacts et à la surveillance s'est avéré efficace pour contenir la menace mondiale en un peu plus de 3 mois. Pendant des siècles, ces pratiques ont été la pierre angulaire des réponses organisées aux épidémies de maladies infectieuses. Cependant, l'utilisation de la quarantaine et d'autres mesures pour contrôler les maladies épidémiques a toujours été controversée car de telles stratégies soulèvent des questions politiques, éthiques et socio-économiques et nécessitent un équilibre prudent entre l'intérêt public et les droits individuels. Dans un monde globalisé qui devient de plus en plus vulnérable aux maladies transmissibles, une perspective historique peut aider à clarifier l'utilisation et les implications d'une stratégie de santé publique toujours valide.

Le risque de maladies infectieuses mortelles à potentiel pandémique (par exemple, le syndrome respiratoire aigu sévère [SRAS]) augmente dans le monde entier, tout comme le risque de résurgence de maladies infectieuses de longue date (par exemple, la tuberculose) et d'actes de terrorisme biologique. Pour réduire le risque de ces menaces nouvelles et résurgentes pour la santé publique, les autorités utilisent à nouveau la quarantaine comme stratégie pour limiter la propagation des maladies transmissibles (1). L'histoire de la quarantaine - non pas dans son sens le plus étroit, mais dans le sens plus large de la restriction de la circulation des personnes ou des biens sur terre ou sur mer en raison d'une maladie contagieuse - n'a pas reçu beaucoup d'attention des historiens de la santé publique. Pourtant, une perspective historique de la quarantaine peut contribuer à une meilleure compréhension de ses applications et peut aider à retracer les longues racines de la stigmatisation et des préjugés depuis l'époque de la peste noire et des premières épidémies de choléra jusqu'à la pandémie de grippe de 1918 (2) et à la première pandémie de grippe du XXIe siècle, l'épidémie de grippe A(H1N1)pdm09 de 2009 (3).

La quarantaine (de l'italien "quaranta", qui signifie 40) a été adoptée comme moyen obligatoire de séparer les personnes, les animaux et les biens susceptibles d'avoir été exposés à une maladie contagieuse. Depuis le XIVe siècle, la quarantaine est la pierre angulaire d'une stratégie coordonnée de lutte contre les maladies, y compris l'isolement, les cordons sanitaires, les certificats de santé délivrés aux navires, la fumigation, la désinfection et la réglementation des groupes de personnes soupçonnées d'être responsables de la propagation du virus. infection (4,5).

Peste

Les réponses institutionnelles organisées à la lutte contre la maladie ont commencé pendant l'épidémie de peste de 1347-1352 (6). La peste a d'abord été propagée par des marins, des rats et des cargaisons arrivant en Sicile en provenance de la Méditerranée orientale (6,7) il s'est rapidement répandu dans toute l'Italie, décimant les populations de puissantes cités-États comme Florence, Venise et Gênes (8). La peste s'est ensuite déplacée des ports d'Italie vers des ports de France et d'Espagne (9). Du nord-est de l'Italie, la peste a traversé les Alpes et touché des populations en Autriche et en Europe centrale. Vers la fin du XIVe siècle, l'épidémie s'était atténuée mais n'avait pas disparu. Des épidémies de peste pulmonaire et septicémique se sont produites dans différentes villes au cours des 350 années suivantes (8).

La médecine était impuissante contre la peste (8), le seul moyen d'échapper à l'infection était d'éviter tout contact avec des personnes infectées et des objets contaminés. Ainsi, certaines cités-états empêchaient les étrangers d'entrer dans leurs villes, en particulier les marchands (10) et des groupes minoritaires, tels que les Juifs et les personnes atteintes de la lèpre. Un cordon sanitaire, à ne pas rompre sous peine de mort, a été imposé par des gardes armés le long des voies de transit et aux points d'accès aux villes. La mise en œuvre de ces mesures a nécessité une action rapide et ferme des autorités, y compris la mobilisation rapide de forces de police répressives. Une séparation rigide entre les personnes saines et infectées a d'abord été réalisée grâce à l'utilisation de camps de fortune (10).

La quarantaine a été introduite pour la première fois en 1377 à Dubrovnik sur la côte dalmate de la Croatie (11), et le premier hôpital permanent de la peste (lazaret) a été ouvert par la République de Venise en 1423 sur la petite île de Santa Maria di Nazareth. Le lazaret était communément appelé Nazarethum ou Lazarethum en raison de la ressemblance du mot lazaret avec le nom biblique Lazare (12). En 1467, Gênes adopta le système vénitien et en 1476 à Marseille, en France, un hôpital pour personnes atteintes de la lèpre fut transformé en lazaret. Les lazarets étaient situés suffisamment loin des centres d'habitation pour limiter la propagation des maladies, mais suffisamment proches pour transporter les malades. Lorsque cela était possible, les lazarets étaient situés de manière à ce qu'une barrière naturelle, telle que la mer ou une rivière, les sépare de la ville lorsque les barrières naturelles n'étaient pas disponibles, la séparation était réalisée en encerclant le lazaret avec un fossé ou un fossé. Dans les ports, les lazarets consistaient en des bâtiments utilisés pour isoler les passagers et l'équipage des navires qui avaient ou étaient soupçonnés d'avoir la peste. Les marchandises des navires ont été déchargées dans des bâtiments désignés. Des procédures de soi-disant « purge » des divers produits étaient prescrites minutieusement. Laine, fil, tissu, cuir, perruques et couvertures étaient considérés comme les produits les plus susceptibles de transmettre des maladies. Le traitement des marchandises consistait en une ventilation continue de cire et une éponge ont été immergées dans l'eau courante pendant 48 heures.

On ne sait pas pourquoi 40 jours a été choisi comme durée d'isolement nécessaire pour éviter la contamination, mais cela peut provenir des théories d'Hippocrate concernant les maladies aiguës. Une autre théorie est que le nombre de jours était lié à la théorie pythagoricienne des nombres. Le chiffre 4 avait une signification particulière. Quarante jours était la période du travail biblique de Jésus dans le désert. Quarante jours étaient censés représenter le temps nécessaire pour dissiper les miasmes pestilentiels des corps et des biens grâce au système d'isolement, de fumigation et de désinfection. Dans les siècles qui suivirent, le système d'isolement fut amélioré (1315).

Dans le cadre du commerce levantin, la prochaine étape prise pour réduire la propagation de la maladie consistait à établir des certificats de santé qui détaillaient le statut sanitaire du port d'origine d'un navire (14). Après la notification d'un nouveau foyer de peste le long de la mer Méditerranée orientale, les villes portuaires à l'ouest ont été fermées aux navires en provenance de zones infectées par la peste (15). La première ville à perfectionner un système de cordons maritimes fut Venise, qui en raison de sa configuration géographique particulière et de son importance en tant que centre commercial, était dangereusement exposée (12,15,16). L'arrivée des bateaux soupçonnés de transporter la peste était signalée par un drapeau qui serait vu par les guetteurs sur le clocher de l'église Saint-Marc. Le capitaine a été emmené dans un canot de sauvetage jusqu'au bureau du magistrat de santé et a été maintenu dans une enceinte où il a parlé à travers une fenêtre ainsi, la conversation a eu lieu à une distance de sécurité. Cette précaution était basée sur une hypothèse erronée (c. Le capitaine devait justifier de l'état de santé des marins et des passagers et fournir des informations sur l'origine des marchandises à bord. En cas de suspicion de maladie sur le navire, le capitaine recevait l'ordre de se rendre à la station de quarantaine, où les passagers et l'équipage étaient isolés et le navire était soigneusement fumigé et retenu pendant 40 jours (13,17). Ce système, utilisé par les villes italiennes, a ensuite été adopté par d'autres pays européens.

Les premiers règlements anglais de quarantaine, élaborés en 1663, prévoyaient le confinement (dans l'estuaire de la Tamise) des navires avec des passagers ou des membres d'équipage suspectés d'être infectés par la peste. En 1683 à Marseille, de nouvelles lois exigent que toutes les personnes suspectées de peste soient mises en quarantaine et désinfectées. Dans les ports d'Amérique du Nord, la quarantaine a été introduite au cours de la même décennie où des tentatives ont été faites pour contrôler la fièvre jaune, qui est apparue pour la première fois à New York et à Boston en 1688 et 1691, respectivement (18). Dans certaines colonies, la crainte d'épidémies de variole, qui coïncidait avec l'arrivée des navires, a conduit les autorités sanitaires à ordonner l'isolement obligatoire à domicile des personnes atteintes de variole (19), même si une autre stratégie controversée, l'inoculation, était utilisée pour se protéger contre la maladie. Aux États-Unis, la législation sur la quarantaine, qui jusqu'en 1796 était du ressort des États, était mise en œuvre dans les villes portuaires menacées par la fièvre jaune des Antilles (18). En 1720, des mesures de quarantaine furent prescrites lors d'une épidémie de peste qui éclata à Marseille et ravagea le littoral méditerranéen de la France et causa une grande appréhension en Angleterre. En Angleterre, la loi sur la quarantaine de 1710 a été renouvelée en 1721 et 1733 et à nouveau en 1743 lors de la désastreuse épidémie de Messine, en Sicile (19). Un système de surveillance active a été mis en place dans les grandes villes levantines. Le réseau, formé de consuls de divers pays, reliait les grands ports méditerranéens d'Europe occidentale (15).

Choléra

Au XVIIIe siècle, l'apparition de la fièvre jaune dans les ports méditerranéens de France, d'Espagne et d'Italie a contraint les gouvernements à introduire des règles impliquant l'utilisation de la quarantaine (18). Mais au XIXe siècle, un autre fléau encore plus effrayant, le choléra, approchait (20). Le choléra est apparu au cours d'une période de mondialisation croissante causée par les changements technologiques dans les transports, une diminution drastique du temps de trajet par bateaux à vapeur et par chemin de fer et une augmentation du commerce. Le choléra, la « maladie asiatique », atteint l'Europe en 1830 et les États-Unis en 1832, terrifiant les populations (2124). Malgré les progrès concernant la cause et la transmission du choléra, il n'y a pas eu de réponse médicale efficace (25).

Lors de la première vague d'épidémies de choléra, les stratégies adoptées par les autorités sanitaires étaient essentiellement celles qui avaient été utilisées contre la peste. De nouveaux lazarets ont été prévus dans les ports de l'ouest, et une vaste structure a été établie près de Bordeaux, en France (26). Dans les ports européens, les navires étaient interdits d'entrée s'ils avaient des « permis impurs » (c'est-à-dire des navires arrivant de régions où le choléra était présent) (27). Dans les villes, les autorités ont adopté des interventions sociales et les outils de santé traditionnels. Par exemple, les voyageurs qui ont été en contact avec des personnes infectées ou qui venaient d'un endroit où le choléra était présent ont été mis en quarantaine et les malades ont été contraints de se cacher dans des lazarets. En général, les autorités locales ont essayé de maintenir les membres marginalisés de la population à l'écart des villes (27). En 1836 à Naples, les autorités sanitaires ont entravé la libre circulation des prostituées et des mendiants, considérés comme porteurs de contagion et, par conséquent, un danger pour la population urbaine en bonne santé (27,28). Cette réponse impliquait des pouvoirs d'intervention inconnus en temps normal, et les actions ont généré une peur et un ressentiment généralisés.

Dans certains pays, la suspension de la liberté individuelle a fourni l'occasion, à l'aide de lois spéciales, d'arrêter l'opposition politique. Cependant, le contexte culturel et social différait de celui des siècles précédents. Par exemple, l'utilisation croissante de la quarantaine et de l'isolement était en conflit avec l'affirmation des droits des citoyens et des sentiments croissants de liberté personnelle favorisés par la Révolution française de 1789. En Angleterre, les réformateurs libéraux ont contesté à la fois la quarantaine et la vaccination obligatoire contre la variole. Les tensions sociales et politiques ont créé un mélange explosif, culminant dans des rébellions populaires et des soulèvements, un phénomène qui a touché de nombreux pays européens (29). Dans les États italiens, où les groupes révolutionnaires avaient pris la cause de l'unification et du républicanisme (27), les épidémies de choléra ont fourni une justification (c'est-à-dire l'application de mesures sanitaires) pour augmenter le pouvoir de la police.

Vers le milieu du XIXe siècle, un nombre croissant de scientifiques et d'administrateurs de la santé ont commencé à alléguer l'impuissance des cordons sanitaires et de la quarantaine maritime contre le choléra. Ces anciennes mesures reposaient sur l'idée que la contagion se propageait par la transmission interpersonnelle de germes ou par des vêtements et objets contaminés (30). Cette théorie justifiait la sévérité des mesures utilisées contre le choléra après tout, elle avait bien fonctionné contre la peste. La durée de la quarantaine (40 jours) a dépassé la période d'incubation du bacille de la peste, laissant suffisamment de temps pour la mort des puces infectées nécessaires à la transmission de la maladie et de l'agent biologique, Yersinia pestis. Cependant, la quarantaine n'était presque pas pertinente en tant que méthode principale de prévention de la fièvre jaune ou du choléra. Un cordon maritime rigide ne pouvait être efficace que pour protéger les petites îles. Lors de la terrifiante épidémie de choléra de 1835-1836, l'île de Sardaigne fut la seule région italienne à échapper au choléra, grâce à la surveillance d'hommes armés qui avaient ordre d'empêcher, par la force, tout navire qui tenterait de débarquer des personnes ou des marchandises sur la côte. (27).

Figure 1. . . Désinfection des vêtements. Frontière franco-italienne lors de l'épidémie de choléra de 1865-1866. (Photo en possession de l'auteur).

Figure 2. . . Quarantaine. Le dortoir des femmes. Frontière franco-italienne lors de l'épidémie de choléra de 1865-1866. (Photo en possession de l'auteur).

Figure 3. . . Le contrôle des voyageurs en provenance des pays touchés par le choléra, qui arrivaient par voie terrestre à la frontière franco-italienne lors de l'épidémie de choléra de 1865-1866. (Photo en possession de l'auteur).

Les anticontagionnaires, qui ne croyaient pas à la transmissibilité du choléra, ont contesté la quarantaine et ont allégué que la pratique était une relique du passé, inutile et préjudiciable au commerce. Ils se plaignaient que la libre circulation des voyageurs était entravée par des cordons sanitaires et par des contrôles aux postes frontières, qui comprenaient la fumigation et la désinfection des vêtements (Figures 1,2,3). De plus, la quarantaine inspirait un faux sentiment de sécurité, ce qui était dangereux pour la santé publique car il détournait les personnes de prendre les bonnes précautions. La coopération et la coordination internationales ont été entravées par l'absence d'accord concernant l'utilisation de la quarantaine. La discussion entre les scientifiques, les administrateurs de la santé, les bureaucraties diplomatiques et les gouvernements a traîné en longueur pendant des décennies, comme en témoignent les débats des Conférences sanitaires internationales (31), notamment après l'ouverture, en 1869, du canal de Suez, perçu comme une porte d'entrée pour les maladies d'Orient (32). Malgré des doutes omniprésents quant à l'efficacité de la quarantaine, les autorités locales ont hésité à abandonner la protection des stratégies traditionnelles qui fournissaient un antidote à la panique de la population, qui, lors d'une grave épidémie, pouvait produire le chaos et perturber l'ordre public (33).

Un tournant dans l'histoire de la quarantaine intervient après l'identification des agents pathogènes des maladies épidémiques les plus redoutées entre le XIXe et le XXe siècle. La prophylaxie internationale contre le choléra, la peste et la fièvre jaune a commencé à être considérée séparément. À la lumière des nouvelles connaissances, une restructuration des réglementations internationales a été approuvée en 1903 par la 11e Conférence sanitaire, au cours de laquelle la célèbre convention de 184 articles a été signée (31).

Grippe

En 1911, la onzième édition de l'Encyclopedia Britannica soulignait que « l'ancien système sanitaire préventif de détention des navires et des hommes » était « une chose du passé » (34). À l'époque, la bataille contre les maladies infectieuses semblait sur le point d'être gagnée et les anciennes pratiques de santé ne resteraient dans les mémoires que comme un sophisme scientifique archaïque. Personne ne s'attendait à ce que d'ici quelques années, les nations soient à nouveau obligées de mettre en œuvre des mesures d'urgence en réponse à un énorme défi sanitaire, la pandémie de grippe de 1918, qui a frappé le monde en 3 vagues entre 1918 et 1919 (annexe technique). À l'époque, l'étiologie de la maladie était inconnue. La plupart des scientifiques pensaient que l'agent pathogène était une bactérie, Haemophilus influenzae, identifié en 1892 par le bactériologiste allemand Richard Pfeiffer (35).

De 1918 à 1919, dans un monde divisé par la guerre, les systèmes multilatéraux de surveillance sanitaire, qui avaient été laborieusement mis en place au cours des décennies précédentes en Europe et aux États-Unis, n'ont pas aidé à contrôler la pandémie de grippe. L'ancêtre de l'Organisation mondiale de la santé, l'Office International d'Hygiène Publique, situé à Paris (31), n'a pu jouer aucun rôle pendant l'épidémie. Au début de la pandémie, les médecins militaires de l'armée ont isolé des soldats présentant des signes ou des symptômes, mais la maladie, qui était extrêmement contagieuse, s'est rapidement propagée, infectant des personnes dans presque tous les pays. Diverses réponses à la pandémie ont été tentées. Les autorités sanitaires des grandes villes du monde occidental ont mis en œuvre une série de stratégies de confinement des maladies, notamment la fermeture des écoles, des églises et des théâtres et la suspension des rassemblements publics. A Paris, une manifestation sportive, à laquelle devaient participer 10 000 jeunes, a été reportée (36). L'Université de Yale a annulé toutes les réunions publiques sur le campus et certaines églises en Italie ont suspendu les confessions et les cérémonies funéraires. Les médecins ont encouragé l'utilisation de mesures telles que l'hygiène respiratoire et la distanciation sociale. Cependant, les mesures ont été mises en œuvre trop tard et de manière non coordonnée, en particulier dans les zones déchirées par la guerre où les interventions (par exemple, restrictions de voyage, contrôles aux frontières) étaient impraticables, à une époque où les mouvements de troupes facilitaient la propagation du virus.

En Italie, qui, avec le Portugal, affichait le taux de mortalité le plus élevé d'Europe, les écoles ont été fermées après le premier cas de pneumonie hémorragique inhabituellement grave. Cependant, la décision de fermer les écoles n'a pas été simultanément acceptée par les autorités sanitaires et scolaires (37). Les décisions prises par les autorités sanitaires semblaient souvent plus axées sur le fait de rassurer le public sur les efforts déployés pour arrêter la transmission du virus plutôt que sur l'arrêt réel de la transmission du virus (35). Les mesures adoptées dans de nombreux pays ont touché de manière disproportionnée les groupes ethniques et marginalisés. Dans les possessions coloniales (ex : Nouvelle-Calédonie), les restrictions de déplacements ont affecté les populations locales (3). Le rôle que joueraient les médias pour influencer l'opinion publique à l'avenir commença à prendre forme. Les journaux ont pris des positions contradictoires sur les mesures sanitaires et ont contribué à la propagation de la panique. Le journal le plus important et le plus influent d'Italie, Corriere della Sera, a été contraint par les autorités civiles de cesser de signaler le nombre de décès (150 à 180 décès/jour) à Milan parce que les rapports ont provoqué une grande anxiété parmi les citoyens. Dans les pays déchirés par la guerre, la censure a causé un manque de communication et de transparence concernant le processus de prise de décision, ce qui a conduit à la confusion et à l'incompréhension des mesures et des dispositifs de lutte contre les maladies, tels que les masques faciaux (ironiquement nommés « muselières » en italien) (35).

Au cours de la deuxième pandémie de grippe du XXe siècle, la pandémie de « grippe asiatique » de 1957-1958, certains pays ont mis en œuvre des mesures pour contrôler la propagation de la maladie. La maladie était généralement plus bénigne que celle causée par la grippe de 1918, et la situation mondiale était différente. La compréhension de la grippe avait beaucoup progressé : l'agent pathogène avait été identifié en 1933, des vaccins contre les épidémies saisonnières étaient disponibles et des médicaments antimicrobiens étaient disponibles pour traiter les complications. En outre, l'Organisation mondiale de la santé a mis en place un réseau mondial de surveillance de la grippe qui a fourni une alerte précoce lorsque le nouveau virus de la grippe (H2N2) a commencé à se propager en Chine en février 1957 et dans le monde plus tard cette année-là. Des vaccins avaient été mis au point dans les pays occidentaux mais n'étaient pas encore disponibles lorsque la pandémie a commencé à se propager en même temps que l'ouverture d'écoles dans plusieurs pays. Les mesures de contrôle (p.38). Ce scénario s'est répété lors de la pandémie de grippe A(H3N2) de 1968-1969, la troisième et la plus bénigne des pandémies de grippe du vingtième siècle. Le virus a été détecté pour la première fois à Hong Kong au début de 1968 et a été introduit aux États-Unis en septembre 1968 par des Marines américains de retour du Vietnam. Au cours de l'hiver 1968-1969, le virus s'est propagé dans le monde entier, l'effet a été limité et il n'y a eu aucune mesure de confinement spécifique.

Un nouveau chapitre de l'histoire de la quarantaine s'est ouvert au début du XXIe siècle lorsque les mesures d'intervention traditionnelles ont été ressuscitées en réponse à la crise mondiale précipitée par l'émergence du SRAS, une menace particulièrement grave pour la santé publique dans le monde. Le SRAS, qui est originaire de la province du Guangdong, en Chine, en 2003, s'est propagé le long des routes aériennes et est rapidement devenu une menace mondiale en raison de sa transmission rapide et de son taux de mortalité élevé et parce que l'immunité protectrice de la population générale, des médicaments antiviraux efficaces et des vaccins étaient manquant.Cependant, par rapport à la grippe, le SRAS avait une infectiosité plus faible et une période d'incubation plus longue, ce qui laisse le temps de mettre en place une série de mesures de confinement qui ont bien fonctionné (39). Les stratégies variaient parmi les pays les plus durement touchés par le SRAS (République populaire de Chine et Région administrative spéciale de Hong Kong, Singapour et Canada). Au Canada, les autorités de santé publique ont demandé aux personnes qui auraient pu être exposées au SRAS de se mettre volontairement en quarantaine. En Chine, la police a bouclé des bâtiments, organisé des points de contrôle sur les routes et même installé des caméras Web dans des maisons privées. Il y avait un contrôle plus fort des personnes dans les couches sociales inférieures (les gouvernements au niveau des villages ont été habilités à isoler les travailleurs des zones touchées par le SRAS). Les responsables de la santé publique dans certaines régions ont eu recours à des mesures policières répressives, en utilisant des lois avec des peines extrêmement sévères (y compris la peine de mort), contre ceux qui ont violé la quarantaine. Comme cela s'est produit par le passé, les stratégies adoptées dans certains pays pendant cette urgence de santé publique ont contribué à la discrimination et à la stigmatisation des personnes et des communautés et ont suscité des protestations et des plaintes contre les limitations et les restrictions de voyage.

Conclusion

Plus d'un demi-millénaire depuis que la quarantaine est devenue le cœur d'une stratégie à plusieurs volets pour contrôler les épidémies de maladies transmissibles, les outils traditionnels de santé publique sont adaptés à la nature des maladies individuelles et au degré de risque de transmission et sont utilisés efficacement pour contenir les épidémies, comme l'épidémie de SRAS de 2003 et la pandémie de grippe A(H1N1)pdm09 de 2009. L'histoire de la quarantaine - comment elle a commencé, comment elle a été utilisée dans le passé et comment elle est utilisée à l'ère moderne - est un sujet fascinant dans l'histoire de l'assainissement. Au fil des siècles, de l'époque de la peste noire aux premières pandémies du XXIe siècle, les mesures de contrôle de la santé publique ont été un moyen essentiel pour réduire les contacts entre les personnes atteintes d'une maladie et les personnes sensibles à la maladie. En l'absence d'interventions pharmaceutiques, de telles mesures ont aidé à contenir l'infection, à retarder la propagation de la maladie, à éviter la terreur et la mort et à maintenir l'infrastructure de la société.

La quarantaine et d'autres pratiques de santé publique sont des moyens efficaces et précieux de contrôler les épidémies de maladies transmissibles et l'anxiété du public, mais ces stratégies ont toujours été très débattues, perçues comme intrusives et accompagnées à chaque époque et sous tous les régimes politiques d'un courant sous-jacent de suspicion, de méfiance , et des émeutes. Ces mesures stratégiques ont soulevé (et continuent de soulever) diverses questions politiques, économiques, sociales et éthiques (39,40). Face à une crise sanitaire dramatique, les droits individuels ont souvent été bafoués au nom du bien public. Le recours à la ségrégation ou à l'isolement pour séparer les personnes soupçonnées d'être infectées a fréquemment violé la liberté de personnes apparemment en bonne santé, le plus souvent issues de classes inférieures, et les groupes minoritaires ethniques et marginalisés ont été stigmatisés et victimes de discrimination. Cette caractéristique, presque inhérente à la quarantaine, trace une ligne de continuité depuis l'époque de la peste jusqu'à la pandémie de grippe A(H1N1)pdm09 de 2009.

La perspective historique aide à comprendre dans quelle mesure la panique, liée à la stigmatisation et aux préjugés sociaux, a entravé les efforts de santé publique visant à contrôler la propagation des maladies. Lors des épidémies de peste et de choléra, la peur de la discrimination et de la quarantaine et de l'isolement obligatoires ont conduit les groupes sociaux et les minorités les plus faibles à échapper aux zones touchées et, ainsi, contribuent à propager la maladie plus loin et plus rapidement, comme cela se produit régulièrement dans les villes touchées par des épidémies mortelles. . Mais dans le monde globalisé, la peur, l'alarme et la panique, renforcées par les médias mondiaux, peuvent se propager plus loin et plus rapidement et, ainsi, jouer un rôle plus important que par le passé. De plus, dans ce contexte, des populations entières ou des segments de populations, et pas seulement des personnes ou des groupes minoritaires, risquent d'être stigmatisées. Face aux nouveaux défis posés au XXIe siècle par le risque croissant d'émergence et de propagation rapide de maladies infectieuses, la quarantaine et d'autres outils de santé publique restent au cœur de la préparation de la santé publique. Mais ces mesures, de par leur nature, nécessitent une attention vigilante pour éviter de provoquer des préjugés et de l'intolérance. La confiance du public doit être gagnée par des communications régulières, transparentes et complètes qui équilibrent les risques et les avantages des interventions de santé publique. Les réponses réussies aux urgences de santé publique doivent tenir compte des précieuses leçons du passé (39,40).

Le professeur Tognotti est professeur d'histoire de la médecine et des sciences humaines à l'Université de Sassari. Son principal intérêt de recherche est l'histoire des maladies épidémiques et pandémiques à l'ère moderne.


Lèpre: l'histoire du gouvernement de la quarantaine forcée

Il leur a fallu très longtemps pour comprendre que certaines personnes ne pouvaient pas contracter la lèpre. Ils emmenaient les gens qui l'avaient emmené dans un endroit à Hawaï appelé Molokai et les laissaient là pour mourir parce qu'ils craignaient que d'autres soient touchés. Ils étaient pourchassés et tués s'ils pensaient l'avoir et refusaient d'y aller ou essayaient de se cacher. Ils seraient même tués si un voisin disait qu'ils l'avaient et qu'ils refusaient de se soumettre à des "tests" qui étaient souvent juste un médecin examinant quelque chose d'aussi bénin que l'eczéma, l'appelant la lèpre et les condamnant à se rendre à Molokai. Cela a commencé en 1866. Plus de 8000 personnes y ont vécu/mouru et les conditions (surtout au début) étaient absolument barbares. On leur a promis un traitement et on leur a laissé mourir de faim avec des rations inhumaines, mais ils ont finalement créé une ville fonctionnelle pour eux-mêmes. Le gouvernement leur a alloué des fournitures supplémentaires une fois qu'ils ont réalisé que des lettres parlaient des conditions, mais beaucoup de gens sont morts avant cela. Il y a ENCORE des personnes qui y ont été envoyées (6 en 2015). Ils ont été autorisés à partir à partir de 1969, mais c'est tout ce qu'ils savaient donc ils sont restés.

C'est vrai, nous avons eu une colonie de personnes qui n'étaient pas autorisées à quitter un bord accidenté et isolé d'une île hawaïenne jusqu'en 1969, même si leur maladie était curable avec des antibiotiques. Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, voici un article https://www.history.com/news/leprosy-colonies-us-quarantine

Pour étudier la maladie, ils ont pris des criminels par ailleurs en bonne santé et ont essayé de les infecter, mais pour certains, cela n'a pas fonctionné, peu importe les efforts qu'ils ont déployés. Ils ont appris plus tard que c'était parce que 95% des personnes exposées à la lèpre (maintenant appelée maladie de Hansen) ne développent pas de symptômes parce que leur système immunitaire la combat. La susceptibilité à attraper la maladie semble fonctionner dans les familles.

Donc, pour récapituler, toutes ces personnes ont été torturées, envoyées dans une "colonie" de quarantaine inhumaine à long terme pour une maladie qui souvent n'était pas mortelle et avec laquelle les gens pouvaient vivre pendant de nombreuses années. 95% des personnes ne développent JAMAIS de symptômes lorsqu'elles sont directement exposées, même au fil du temps. Les gens ne pensent pas que notre gouvernement nous ferait du mal, séparerait les familles et nous assassinerait si nous ne nous conformions pas, cela ne peut même pas remonter aussi loin dans l'histoire qu'en 1969. Il y a 52 ans. Si vous êtes intéressé par un livre plus long sur ce sujet, il y en a un intitulé The Colony: The Harrowing True Story Of The Exiles Of Molokai. Mes parents étaient adolescents et cet endroit avait encore des personnes en quarantaine pour une infection bactérienne facilement guérissable.

En passant, si vous éduquez vos enfants à la maison, c'est une bonne leçon d'histoire non seulement sur la façon dont la compréhension des maladies se développe au fil du temps, mais aussi sur la peur et les suppositions qui peuvent conduire à ce que des groupes entiers de personnes soient inutilement coupés de la société et vilipendés.


10 îles de quarantaine et lazarets

Tout au long de l'histoire, l'humanité a craint les maladies et les fléaux. Une méthode pour essayer de lutter contre la propagation de la maladie consistait à placer les victimes potentiellement infectieuses sur les îles. À l'époque où les immigrants et les voyageurs arrivaient encore en masse par bateau, il était courant que les pays et les villes promulguent des lois imposant la mise en quarantaine des passagers malades (ou de tous les passagers) des navires entrants avant qu'ils ne puissent atteindre le port.

Ces lieux de quarantaine s'appelaient &ldquoLazarets&rdquo ou &ldquoLazerets.&rdquo Tous portaient le nom de Lazare, le mendiant des Écritures. Les îles se sont souvent doublées de colonies de lépreux et parfois de colonies pénitentiaires. Le but du Lazaret était simple : isoler et mettre en quarantaine ceux qui étaient malades&mdashor pensés pour être malades&mdashu jusqu'à ce qu'ils se rétablissent, ou jusqu'à leur mort.

Construit en 1423 après JC sur une île de la lagune de Venise, Lazzaretto Vecchio a été le premier lazaret construit pour mettre les gens en quarantaine et les soigner pendant les années des épidémies de peste qui ont ravagé l'Europe. Il a servi un double objectif, étant également une colonie de lépreux. Bien qu'il ne se compose que d'environ six acres (2,5 hectares) de terrain, ce lazaret est maintenant le lieu de repos de milliers de personnes qui y ont été enterrées, à la fois victimes de la peste et lépreux décédés après y avoir été hébergés.

Il resta en activité jusqu'au XVIIe siècle. Personne ne sait exactement combien de corps sont enterrés sur l'île, mais au plus fort de l'épidémie de peste, on estimait que jusqu'à cinq cents personnes mouraient chaque jour. En 2004, en creusant les fondations d'un musée, un charnier de victimes de la peste bubonique, estimé à plus de 1500 corps, a été découvert. On pense que des milliers d'autres se trouvent à l'état non découvert sur l'île.

Le lazaret de Dubrovnik a été construit en 1627 pour aider à prévenir la propagation des maladies lorsque les gens arrivaient dans la ville portuaire animée. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une île, ce lazaret était une structure construite à l'extérieur des murs de la ville et c'est une autre pratique de quarantaine courante. Entre les XIVe et XVIe siècles, Dubrovnik était une étape importante pour les commerçants de l'Empire ottoman cherchant à vendre leurs marchandises à l'Occident.

Dubrovnik est l'une des villes fortifiées les mieux conservées et le lazaret est l'un des rares bâtiments de ce type à avoir survécu en Europe. Le lazaret de Dubrovnik était l'une des stations de quarantaine les plus civilisées et les mieux construites d'Europe, et il a fonctionné jusqu'au XIXe siècle. Vous pouvez encore voir la maison Lazar aujourd'hui si vous visitez Dubrovnik, car la structure a été restaurée et préservée en tant que site du patrimoine.

Kamau Taurua (à juste titre, elle s'appelait à l'origine &ldquoQuarantine Island&rdquo) est une île de trente-sept acres (15 hectares) située dans le port d'Otago, près de la ville de Dunedin, en Nouvelle-Zélande. Dans les années 1800, alors que les colons commençaient à arriver en grand nombre en Nouvelle-Zélande, le navire Victory a navigué à Port Chalmers, en Nouvelle-Zélande.

C'était en 1863, et le navire était chargé de personnes souffrant de variole et d'une maladie hautement infectieuse et mortelle. Le Victory n'a pas été autorisé à accoster à Port Chalmers et a été envoyé à ce qui allait devenir l'île de quarantaine. Jusqu'à sa fermeture en 1924, plus de quarante autres navires ont dû débarquer sur Quarantine Island parce qu'eux aussi transportaient des passagers malades et contagieux. Ceux qui sont morts ont été enterrés sur l'île.

Après la Première Guerre mondiale, les anciens combattants atteints de maladies vénériennes y ont été hébergés. Un seul des bâtiments de quarantaine d'origine est encore debout et il est aujourd'hui protégé par le New Zealand Historic Places Trust. L'île a même sa propre chanson, qui commence :

Le vent secoue ce petit pays

Ancré entre ciel et mer

Pause dans la dérive du temps

Berceau des possibles

L'une des plus petites îles de quarantaine ou de peste était une minuscule île de 1,2 hectare située dans la baie de Passamaquoddy, au large de la côte du Maine. En 1832, cette petite île a été rebaptisée &ldquoHospital Island&rdquo et a commencé à être utilisée pour héberger et isoler tous les passagers des navires arrivant que l'on croyait infectés par le choléra.

Un lazaret a été construit pour abriter les mis en quarantaine. L'eau potable devait être expédiée sur l'île. C'était pendant les années de la Grande famine de la pomme de terre, lorsque des navires chargés de bois d'œuvre du Canada et du Maine se rendaient en Europe et revenaient chargés d'immigrants irlandais. De nombreux immigrants irlandais sont morts au passage de l'Europe ou une fois arrivés sur l'île, et y ont été enterrés.

En 1869, le &ldquoGreat Saxby Gale&rdquo a ravagé l'île, emportant une grande partie du sol, y compris la plupart sinon la totalité du cimetière. Un témoin a décrit les vagues &lquo emportant la terre du cimetière et découvrant les cercueils»,» les déchirant,&ldquoexposant le contenu horrible du crâne et des os, et dans certains cas les lavant même maintenant, les curieux qui visitent l'île peuvent voir le les os des bras ou des jambes dépassent du sol.»

Plus tard, lorsque les ossements ont commencé à s'échouer sur le rivage du Maine, certains écoliers ont utilisé les crânes comme ballons de football. L'incident a été appelé « un vrai grief irlandais » et n'a pas été réglé tant que les autorités n'ont pas réenterré ce qui restait des morts. Plus tard, les visiteurs de l'île ont prétendu entendre leurs lamentations hantées et horribles.

Quail Island, située dans le port de Lyttelton près de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a été ainsi nommée par un capitaine de navire qui a vu des cailles sur l'île en 1842 (en trente ans, les cailles locales ont disparu). Le nom maori de l'île est Otamahua (&ldquolieu où les enfants ramassent des œufs de mer&rdquo). Elle a été inhabitée jusque dans les années 1850, puis dans les années 1870, elle a été transformée en île de quarantaine. Les passagers immigrants y étaient hébergés s'ils pensaient qu'ils avaient été infectés par la maladie avant de pouvoir atteindre Lyttelton ou Christchurch.

À la fin des années 1870, des enfants atteints de diphtérie ont été envoyés sur l'île depuis un orphelinat de Lyttelton. Comme de nombreux lazarets, il servait également de léproserie. Plus tard, l'île abrita ceux qui souffraient de la grande pandémie de grippe espagnole de 1918.

Quail Island a également joué un rôle important dans l'histoire de l'exploration de l'Antarctique. Les animaux utilisés pour les célèbres explorations antarctiques de Robert Falcon Scott, Richard Byrd et Ernest Shackleton y ont été mis en quarantaine. Cela comprenait des huskies sibériens, des mules de l'Himalaya, des poneys de Mandchourie et des huskies du Yukon.

Juste au large de Staten Island dans la baie de New York, New York, se trouvent deux des îles de quarantaine les plus connues. Les îles Swinburne et Hoffman étaient toutes deux des îles artificielles construites par le gouvernement fédéral après que plusieurs épidémies de choléra aient ravagé la ville de New York au XIXe siècle. Lorsque les immigrants sont arrivés au port très fréquenté de New York, ils ont été envoyés dans ces îles pour être mis en quarantaine s'ils présentaient des signes de maladie infectieuse. S'ils étaient évalués comme étant en bonne santé, ils étaient autorisés à se rendre à Ellis Island et à entrer à New York. Les îles ont également été utilisées pour héberger des patients mis en quarantaine lors de la dernière grande épidémie de choléra aux États-Unis en 1910.

Après la Première Guerre mondiale, l'immigration diminuait et un meilleur assainissement et des moyens de traiter les personnes infectieuses ont été développés, de sorte que les îles n'étaient plus nécessaires pour la quarantaine. Aujourd'hui, les îles elles-mêmes sont &ldquoquarantaines» il est interdit au grand public de les visiter.

Située au large de la Crète, l'île de Spinalonga n'était pas à l'origine sa propre île, mais faisait plutôt partie de l'île de Crète. Mais pendant l'occupation vénitienne de la Crète, Spinalonga a été littéralement taillée dans la Crète pour en faire une forteresse insulaire. Aujourd'hui, le nom grec de l'île est Kalydon.

Spinalonga est remarquable car c'était l'une des dernières colonies de lépreux en Europe. Elle fonctionna de 1903 à 1957. Un prêtre en fut le dernier habitant, avant de quitter l'île en 1962. Après la fermeture de l'île en 1957, ce prêtre était resté car dans le cadre de la tradition grecque orthodoxe, une personne enterrée doit être commémorée à intervalles allant jusqu'à cinq ans après le décès.

Parfois appelée "l'île Ellis de l'Ouest", Angel Island est la plus grande île de la baie de San Francisco. Plus d'un million d'immigrants, principalement originaires d'Extrême-Orient, sont passés par Angel Island pour se rendre aux États-Unis.

En 1891, une station de quarantaine a été ouverte dans ce qui s'appelait alors &ldquoHospital Cove&rdquo (aujourd'hui Ayala Cove). Le but de la station de quarantaine était de fumiger et d'épouiller les immigrants qui arrivaient ainsi que de détenir et d'héberger ceux qui étaient porteurs de maladies infectieuses. Pour faciliter la désinfection, les États-Unis ont apporté une vieille pente en bois, l'USS Omaha, qui a utilisé ses machines à vapeur pour créer de la vapeur utilisée pour désinfecter les immigrants. De grands quartiers ont été construits sur son pont pour abriter les arrivées.

Le bateau à vapeur &ldquoChina&rdquo est un exemple de la procédure de quarantaine actuelle. En 1891, c'était le premier navire à être envoyé à Angel Island parce que les passagers avaient la variole. Les passagers ont été contrôlés par des médecins, puis baignés dans de l'acide phénique. Ils ont retiré leurs vêtements qui, avec leurs bagages, ont été désinfectés dans de grands cylindres à la vapeur vive sous pression. Les passagers sont ensuite restés dans les casernes pendant quatorze jours. Ces casernes étaient désinfectées quotidiennement avec de l'anhydride sulfureux et de l'eau salée. Les navires eux-mêmes étaient désinfectés à l'aide de cyanure ou de soufre brûlant.

Sur l'île de Molokai dans les îles hawaïennes se trouve la communauté de Kalaupapa. Situé dans une péninsule au pied de certaines des plus hautes falaises maritimes du monde (2 000 pieds ou 610 mètres au-dessus de l'océan), le village de Kalaupapa était utilisé comme colonie de lépreux pour toute personne soupçonnée d'avoir la lèpre sur les îles.

À partir de 1866 et jusqu'en 1969, Kalaupapa deviendrait le foyer permanent de plus de 10 000 lépreux. À son apogée, il abritait une prison d'où il n'y avait pas d'évasion et environ 1200 hommes, femmes et enfants. Bien que l'isolement obligatoire des habitants ait pris fin en 1969, beaucoup (y compris le chanteur/artiste Don Ho) ont fait pression pour garder Kalaupapa ouvert, car il y avait une telle stigmatisation autour de la maladie que les Kalaupapans seraient traités comme, eh bien, des lépreux, s'ils essayaient de vivre ailleurs.

Ainsi, bien qu'il n'y ait en fait aucun cas actif (infectieux) de lèpre sur l'île, ceux qui souhaitaient rester étaient donc autorisés à garder Kalaupapa comme foyer.

La grande famine de la pomme de terre en Irlande dans les années 1845-1849 a forcé des milliers d'Irlandais à fuir leur pays d'origine. L'une de leurs destinations était Québec, Canada. Le gouvernement canadien a choisi Grosse Island, dans le golfe du Saint-Laurent, comme île pour héberger les immigrants irlandais avant de leur permettre d'entrer au Canada.

De 1832 à 1848, des milliers d'immigrants irlandais débarquèrent à Grosse Island&mdashand dont beaucoup ne partiraient jamais. Plus de 5 000 Irlandais ont été enterrés sur Grosse Island&mdasha, ce qui en fait le plus grand cimetière irlandais de la famine de la pomme de terre en dehors de l'Irlande.

En 1847, une épidémie massive de typhus a tué des milliers de personnes sur l'île et à bord des navires. Pour les passagers assez chanceux pour descendre des navires, des contrôles de santé superficiels ont permis à des milliers d'immigrants désespérés et malades de quitter l'île et de se rendre dans des villes comme Montréal, risquant ainsi une nouvelle propagation de l'épidémie. &ldquoFever sheds&rdquo ont été installés à Montréal pour tenter d'isoler ces personnes infectées et malades, et on estime que jusqu'à 6000 victimes supplémentaires y sont décédées. Soit dit en passant, un immigrant qui a réussi à quitter Grosse Island en toute sécurité était le grand-père d'Henry Ford.

Patrick Weidinger est un contributeur fréquent de Listverse.Il écrivait des listes sous son pseudonyme, &ldquoVanOwensBody&rdquo . Il vit dans le sud-est de la Pennsylvanie, aux États-Unis.


Damien a lui aussi été atteint de la lèpre

En termes d'isolement, la péninsule était idéale : les seuls points d'accès étaient un petit sentier difficile à flanc de montagne et la plage. La peur a souvent entraîné le déchargement des patients arrivant dans les vagues, les forçant à lutter à terre du mieux qu'ils pouvaient. Alors que la géographie rendait relativement facile le fait de garder les patients à l'intérieur et d'autres à l'extérieur, elle a également servi à déchirer les familles. La culture hawaïenne d'hier et d'aujourd'hui est profondément familiale, et il n'était pas rare que des membres de la famille en bonne santé rejoignent l'exil forcé des patients, pour maintenir l'unité familiale et prodiguer des soins. Avec le temps, la colonie de lèpre a développé sa propre culture. Des étrangers sont venus aider à créer et à maintenir un environnement plus sain, peut-être plus particulièrement un prêtre catholique, Damien de Veuster, et sœur Marianne Cope. Le père Damien a finalement contracté et est décédé de la maladie. Selon The Colony de John Tayman, une prédisposition génétique est nécessaire pour être infecté, ce qui n'a été découvert qu'en 2004 par une équipe de chercheurs canadiens. Les Hawaïens ont tendance à être génétiquement vulnérables, tout comme certains Français.

L'isolement de la colonie a créé ses propres liens familiaux, et lorsque des avancées médicales ont arrêté et, plus tard, guéri la maladie, la loi a été levée. Néanmoins, de nombreux habitants de la colonie ont choisi de rester. Selon CNN, une poignée continue d'y vivre aujourd'hui.


Voir la vidéo: LA LÈPRE, DEUX MALADIES EN UNE - HISTOIRE - FRANCK FERNANDEZ - N 67


Commentaires:

  1. Rickie

    positivcheg)))

  2. Adkyn

    Je félicite, on vous a visité avec une idée tout simplement magnifique

  3. Nibar

    Jusqu'a quand?

  4. Devy

    Désolé, non à ce paragraphe .....



Écrire un message