Kent Island AG-78 - Histoire

Kent Island AG-78 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Île de Kent

Une île de la baie de Chesapeake, dans le Maryland, où un poste de traite a été établi en 1631 par William Claiborne.

(AG-78 : dp. 5.766 ; 1. 441'6" ; n. 56'11" ; dr. 23' ; s. 12.5 k. ; cpl. 883 ; a. 15", 12 20mm. ; cl. Belle Île)

Kent Island (AG-78) a été lancé le 9 janvier 1945 par la New England Shipbuilding Corp., South Portland, Maine, dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime; parrainé par Mme Nan Hatch; transféré à la Marine le 19 janvier 1945; commandé le même jour, convoyé à Todd Shipbuilding Co., Hoboken, N.J. ; désarmé le 23 janvier 1945 pour être converti en navire de caserne et d'émission ; et remis en service le I août 1945, Comdr. W. C. Ball, USNR, aux commandes.

Après le shakedown dans la Baie de Chesapeake, l'Île de Kent a autorisé Norfolk le 31 août pour le devoir avec la Force de Service de la Flotte Pacifique. Elle est arrivée à Pearl Harbor le 9 octobre via San Diego pour commencer des opérations dans les eaux hawaïennes. Elle a navigué pour Okinawa le 17 octobre pour recevoir des vétérans de la Marine pour le transport aux États-Unis et est revenue à San Francisco le 30 novembre. L'île de Kent dégagea San Francisco le 3 janvier 1946, traversa le canal de Panama et arriva à Hampton Roads le 26 janvier. Après l'entretien, elle a été mise à Orange, Texas, le 15 mars où elle a été mise hors service en réserve le 22 juin 1946. Elle a été rebaptisée AKS-26 le 18 août 1951 et retirée de la Navy List le 1er avril 1960. L'île de Kent a été vendue à Southern Scrap Material Co. le 2 novembre 1960 pour être mis au rebut.


La Société du patrimoine de l'île Kent

La Kent Island Heritage Society a été fondée en 1975 dans le but de découvrir, d'identifier, de restaurer et de préserver le patrimoine de Kent Island dans le Maryland. Il travaille avec diligence pour faciliter les processus par lesquels ses passionnés d'histoire jeunes et adultes peuvent acquérir une appréciation de la place de Kent Island dans l'histoire du Maryland et de notre nation.

Dernier Nouvelles!

Les sciences humaines du Smithsonian/Maryland Voix et votes l'exposition est arrivée dans le comté de Queen Anne!

La société historique du comté de Queen Anne’s accueille Voix et votes au Kennard African American Cultural Heritage Centre du 12 juin au 24 juillet 2021. Le centre est situé au 410 Little Kidwell Avenue à Centreville. L'exposition sera visible les mercredis et vendredis de 15h à 19h. et les samedis et dimanches de 10h00 à 14h00. Des arrangements spéciaux pour d'autres occasions de visionnement peuvent être demandés en appelant le (410) 708-0151. La Société historique de la Reine Anne et le Kennard African American Cultural Heritage Center suivront des protocoles de sécurité COVID spécifiques. En savoir plus sur www.QACHistoricalSociety.org ou appelez le 410.708.0151

Les sites historiques rouvrent le premier samedi d'août !

Nous sommes heureux d'annoncer que nos sites historiques à Stevensville (Cray House, Train Depot, Bank, Christ Church et Post Office) et Chester (Kirwan House, General Store et Museum) rouvriront au public le premier samedi d'août à partir de 12h à 16h. Des docents seront disponibles pour raconter notre histoire et répondre à vos questions. Nous apprécions la patience de chacun pendant que nous avons, avec tout le monde, résisté à la tempête Covid-19. Veuillez vérifier les annonces importantes.

Les guides de la Kent Island Heritage Society.

En attendant, visitez-nous virtuellement et explorez ce que nous avons à offrir en ligne. Les futures mises à jour seront disponibles sur notre site Web et nos comptes Twitter et Facebook auxquels vous pouvez accéder en haut de cette page.

Restez en bonne santé et nous espérons vous voir bientôt!

L'histoire de l'île de Kent (Kent Island)

Découvrez la première colonie de l'île de Kent en 1631 par William Claiborne et pourquoi elle n'est pas considérée comme la première colonie anglaise du Maryland, même s'il s'agit de la quatrième plus ancienne colonie anglaise permanente des États-Unis, après Jamestown, Virginie (1607), Hampton, Virginie (1609-1610) et Plymouth, Massachusetts (1620). Découvrez les conflits qui ont façonné l'histoire et la culture de l'île : peaux de castor, huîtres, moustiques, guerres, champs de tir… en cliquant ci-dessous !

Présentation de la Kent Island Heritage Society

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblait l'île de Kent ?

Découvrez à quoi ressemblait l'île de Kent depuis le présent jusqu'en 1937. Vous serez étonné ! Vous pouvez même comparer deux années côte à côte ! Lien ici.

Zoom sur l'histoire !

La Kent Island Heritage Society a suspendu toutes les présentations en personne jusqu'à nouvel ordre, cependant, nous sommes en mesure de zoomer certaines des présentations. S'il vous plaît restez à l'écoute pour les mises à jour! La Heritage Society propose diverses présentations historiques de l'île de Kent à votre école, à des organisations locales ou à des groupes.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire les résumés des présentations historiques ou télécharger la brochure :

Veuillez prévoir un mois de préavis et, si possible, nous fournirons un conférencier de la Heritage Society pour cette session interactive.

Chaque présentation dure de quarante-cinq minutes à une heure.

La Société travaille avec diligence pour aider nos jeunes et passionnés d'histoire à acquérir une appréciation de la place de Kent Island dans l'histoire de notre État et de notre nation.

Explosion du passé !

Profitez de cette vidéo de 2012 mettant en vedette notre Nancy Cook (présidente des sites historiques du comté de Queen Anne) et Linda Collier (conservatrice du magasin général et du musée de Kirwan House). Deux minutes d'histoire

Embellissement de la maison Kirwan

Le toit du magasin général Kirwan House a été récemment rénové. Regardez comme la maison est belle : prête pour quelques visiteurs en août !

Banque historique à vendre

L'historique Stevensville Bank est à vendre ! Il n'y avait pas de banque sur l'île de Kent avant 1900. Avec des ressources limitées et un effort concerté, une société a été formée en 1903. Le nom de la société était « The Stevensville Saving Bank of Queen Anne’s Country ». Plus tard, en 1912, le nom a été changé pour « The Stevensville Bank of Maryland ». Le président de la nouvelle société était Charles B. Downs. Les directeurs de banque d'origine comprenaient : Charles Percy Kemp, Milton Hysore Price, Issac Grollman, B. Harrison Bright, William E. Denny, Sr. Hugh A. Legg et John Fletcher Ruth.

La Kent Island Heritage Society a soumis une subvention au Maryland Historical Trust pour aider à payer, en partie, l'acquisition de la banque. Nous prévoyons de créer un nouveau centre de tourisme patrimonial qui fournira des informations indispensables à la communauté et aux visiteurs. Restez à l'écoute pour plus d'informations sur ce développement passionnant.


Veuillez utiliser le lien suivant pour rechercher notre collection

  • Les termes de recherche ne sont pas sensibles à la casse.
  • Pour effectuer une recherche simple, utilisez la méthode des mots clés.
  • Pour rechercher plusieurs mots-clés, entrez tous les mots et les enregistrements contenant tous ces mots (dans n'importe quel ordre) seront renvoyés.
  • Pour rechercher des mots-clés dans un ordre particulier, entourez le terme exact de guillemets.
    Exemple: la révolution américaine (sans les guillemets) vous donnera tous les enregistrements contenant ces deux mots dans n'importe quel ordre et même s'ils ne sont pas liés les uns aux autres. "la révolution américaine” (avec des guillemets) vous donnera tous les enregistrements avec ces mots dans cette relation exacte les uns avec les autres.
  • Pour choisir le contenu et les enregistrements à rechercher, cliquez sur la case appropriée sous le titre « Contenu [Enregistrements] à rechercher. »
  • Pour parcourir les enregistrements par lettre de l'alphabet, utilisez l'option « Cliquez et recherchez » en haut de la page de recherche.
  • Pour rechercher des mots-clés dans des champs spécifiques, utilisez l'option « Recherche avancée » en haut de la page de recherche.

Livres

Les livres de la collection de la Bibliothèque sont en train d'être catalogués à l'aide d'un système unique. La bibliothèque contient à la fois des livres et des livrets publiés et non publiés, en mettant l'accent sur l'histoire locale et régionale, les ressources généalogiques du Maryland et du comté de Kent et les histoires familiales.

  • Vous pouvez faire une recherche par mot-clé pour un titre d'un livre spécifique en tapant ce titre. Il est suggéré de taper les mots ou la phrase principaux dans le titre afin que la recherche ne soit pas trop spécifique. Par exemple : testaments du comté de Kent. Cela renverra une recherche pour le livre intitulé : « Abstracts of Kent County Wills » ainsi que le terme/sujet de recherche « Wills-Kent County ».
  • Une recherche par mot-clé pour des sujets ou des termes de recherche peut également être efficace. Essayez une recherche générale, telle que : Révolution américaine. Vous pouvez ensuite affiner votre recherche si nécessaire.

La collection de cartes contient des cartes originales, ainsi que des copies de cartes historiques principalement du comté de Kent et de ses villes et du Maryland. Des images sélectionnées de nos cartes sont disponibles dans la section « Cartes » de ce site Web.

  • Pour trouver une liste de toutes les cartes, tapez HSKC Maps Collection en utilisant
    une recherche par mot clé.
  • Utilisez la recherche par mot-clé pour trouver une carte d'un lieu ou d'une ville spécifique. Par exemple : la carte de Chestertown.

Documents

La Société détient à la fois des collections de documents, ainsi que des documents divers regroupés par catégories et sous-catégories. Les diverses catégories de documents sont : Architecture et ingénierie Commerce et industrie Culture Éducation Groupes ethniques et culturels Histoire familiale/généalogique Gouvernement Documents juridiques Cartes et atlas Maryland Militaire et guerre Histoire naturelle Histoire orale Organisations et religion. Divers documents ont été classés en janvier 2010, visitez la Bibliothèque pour consulter ces documents.

Photographies

La Société détient des collections de photographies, ainsi que diverses photographies regroupées par catégories et sous-catégories. Les principales catégories sont : Architecture et ingénierie Affaires et industrie Culture Éducation Groupes ethniques et culturels Histoire familiale/généalogique Gouvernement Documents juridiques Cartes et atlas Maryland Militaire et guerre Histoire naturelle Histoire orale Organisations et religion. Des collections distinctes de photographies seront cataloguées ensemble, puis identifiées et inventoriées individuellement lorsque cela est possible. Ce sera un processus de longue haleine. La collection d'actualités du comté d'Usilton/Kent contient plus de 5 000 images, par exemple. Finalement, certaines images peuvent être disponibles en ligne.

Sites historiques

La Société conserve des fichiers pour toutes les structures historiques dans l'inventaire des sites historiques du comté de Kent, initialement mené par le Maryland Historic Trust. Des sites et des structures supplémentaires continueront d'être ajoutés à cette liste « K-file ». Les dossiers contiennent la fiche d'inventaire, des photographies et des documents complémentaires collectés par la Société.

  • Pour trouver une liste de tous les fichiers, entrez une recherche par mot-clé : Inventaire des sites historiques
    *Pour rechercher un nom de maison ou de rue, entrez ce terme ou cette expression dans une recherche par mot-clé. Par exemple : Queen Street ou Middle Hall.
  • Les fichiers K auront finalement plusieurs sujets répertoriés sous des termes de recherche, qui peuvent être trouvés à l'aide d'une recherche par mot-clé. Par exemple : afro-américain.

Histoires orales

La Société possède une petite collection d'histoires orales, dans le but d'élargir ces fonds à l'avenir.

  • Pour trouver une liste de toutes les histoires orales, utilisez la recherche par mot-clé : Collection d'histoires orales.
  • Pour localiser une interview spécifique, essayez de rechercher par nom ou prénom.
  • Des termes de recherche pour le(s) sujet(s) des entretiens seront éventuellement ajoutés. Par exemple : l'agriculture.

Fichiers verticaux

Les fichiers verticaux sont des collections de coupures de journaux, d'articles et de copies de documents organisés en un système de catégories et de sous-catégories. Les catégories principales sont : Architecture et ingénierie Affaires et industrie Culture Éducation Groupes ethniques et culturels Histoire familiale/généalogique Gouvernement Documents juridiques Cartes et atlas Maryland Militaire et guerre Histoire naturelle Histoire orale Organisations et religion.

  • Vous pouvez trouver une liste de tous les fichiers verticaux dans nos fonds en effectuant une recherche par mot-clé pour : « fichier vertical » (singulier, pas de « s »). Ensuite, parcourez tous les titres de fichiers, il y en a plus de 1000.
  • Vous pouvez rechercher tous les fichiers verticaux dans une catégorie principale en recherchant les mots-clés dans chaque catégorie. Par exemple : Fichier vertical d'atlas de cartes.
  • Les titres de fichiers verticaux sont conçus pour décrire le contenu. Par conséquent, la navigation peut être utile, ainsi qu'une simple recherche par mot-clé du sujet et du terme fichier vertical. Par exemple : fichier vertical Revolution.

Instruments de recherche

Ces cartes proviennent de l'atlas Lake, Griffing & Stevenson des comtés de Kent et de la Reine Anne, 1877. Les vignettes vous mènent à des cartes plus grandes que vous pouvez examiner. Notre bibliothèque contient également de nombreuses autres cartes de différentes époques, disponibles pour la recherche ici.

Des exemplaires imprimés de ces cartes, sur papier ivoire 8-1/2″ par 11″, sont disponibles. Plusieurs cartes sont disponibles au 8-1/2″ par 14″ et certaines en taille réelle, env. 20″ par 27″ selon la carte. Les membres de la société bénéficient d'une réduction. Consultez notre boutique de cadeaux pour voir les cartes que nous avons en stock. Des copies de plusieurs de nos cartes peuvent également être achetées sur Finishing Touch, finishtouchshop.com à Chestertown, pour lequel nous recevons une commission sur la vente.

Comté de Kent

Betterton, Lloyds et Turners Creek

Comté de la reine Anne

Crumpton est le site de Callister's Ferry sur la rivière Chester. C'était la traversée en ferry en amont de Chestertown. Crumpton est connu localement pour ses ventes aux enchères tous les mercredis.

Région de Delmarva

Ces intéressantes cartes régionales de Delmarva sont dans nos dossiers. Les cartes du canal Chesapeake & Delaware proviennent d'un prospectus boursier ca. 1828 tandis que la carte de Wilmington est une copie d'une carte de 1736 qui date de 1845.


Une petite histoire de l'île ancienne

Thomas & Elizabeth Marsh – 1715 & 1718 – Deux des plus anciennes pierres tombales trouvées sur l'île de Kent

Une petite histoire de l'île ancienne

Fondée en 1631 par William Claiborne, l'île de Kent est la troisième des colonies anglaises permanentes après Jamestown, VA (1607), également à l'origine arpentée par Claiborne, et Plymouth, MA (1620). Avant la colonisation de Claiborne, l'île de Kent ou Monoponson, comme on l'appelait d'abord, était habitée par les tribus indigènes Susquehannock et Matapeake. Fondé à l'origine dans le cadre de la Virginie, Claiborne a acheté l'île de Kent, du nom de sa ville natale de Kent, en Angleterre, aux Susquehannocks pour un «camion» d'une valeur de 12 livres sterling ! Une bonne affaire compte tenu du coût moyen par acre de terrain commercialement exploitable sur KI s'élève aujourd'hui à plus de 240 000 $. Oui, monsieur, Claiborne avait trouvé un diamant brut qui ferait autant de mal que de profit.

En 1638, la population était passée à 120 Anglais, plus des femmes et des enfants, mais les années précédentes avaient été assez tumultueuses, amenant les premières batailles navales en Amérique dans la baie de Chesapeake. C'est vrai, mesdames et messieurs, des escarmouches de cape et d'épée et des canons flamboyants là où les bateliers d'aujourd'hui attrapent vos fruits de mer préférés. Toutes ces frictions conduiraient à un tournant massif dans l'histoire américaine.

Vous voyez, l'île de Kent était un point chaud pour le commerce et tout le monde le savait, y compris le roi Charles Ier en Angleterre. Il a accordé une charte à la famille Calvert pour établir une colonie dans le Maryland. Les Calvert ont décidé que l'île de Kent faisait partie de cette concession de terre et sont allés la revendiquer comme la leur. Claiborne et ses habitants de l'île du Kent n'étaient manifestement pas d'accord. En 1635, les tensions grandissent, les mots s'échangent et les mains ouvertes se transforment rapidement en poings fermés. Cue batailles navales.

Au moins deux combats navals connus ont eu lieu autour de l'île en 1635, faisant quatre morts, dont trois hommes de Claiborne. Les combats se sont poursuivis pendant trois ans jusqu'à ce que Claiborne retourne en Angleterre pour affaires en 1638. Les Calvert en ont profité pour dominer et surpasser en nombre Fort Kent et s'emparer de l'île. Après une longue et infructueuse bataille juridique, Claiborne et sa famille sont retournés dans son domaine, Romancoke, en Virginie et l'île de Kent a finalement été colonisée dans le Maryland. Depuis qu'elle fait partie du pays où il fait bon vivre, l'île de Kent a connu de nombreux autres événements importants et a développé une longue liste de traditions et de légendes. Nous reviendrons en détail sur ces événements à l'avenir, mais en voici quelques-uns dignes d'intérêt :


Parcs de l'île Kent

Vivre sur Kent Island vous donne accès à plusieurs grands parcs. L'un des plus grands est Parc Old Love Point à Stevensville, composé de 30,5 acres de terrains de sport, de courts de tennis et de terrains de basket-ball. Il y a aussi une aire de jeux pour enfants, un pavillon de pique-nique et des stands de concession.

Terrapin Nature se garer a 276 acres avec un sentier de 3,25 milles à travers des prairies de fleurs sauvages, des étangs de marée, des forêts et une plage de sable sur la baie de Chesapeake.

Parc Mowbray, également à Stevensville, est un autre endroit idéal pour les familles. Il a des courts de tennis et des installations de softball et une grande aire de jeux et est situé près du complexe scolaire Matapeake.

Pour un Parc à chien dirigez-vous vers 200 Pine Street Stevensville. Kent Island Dog Park dispose de deux zones clôturées, une pour les petits chiens et une autre pour les grandes races. Chacune est équipée d'équipements d'agilité pour le plaisir de votre chien. Le parc propose également des bancs, des tables de pique-nique et une fontaine à eau conçue pour servir à la fois les humains et les chiens !

Un autre endroit idéal pour les chiens avec leur propre zone de baignade désignée est Pavillon Matapeake et plage publique. En plus d'une plage de baignade, il dispose d'une aire de pique-nique et d'un amphithéâtre extérieur.

Parc de la pointe des ferries est un autre endroit idéal pour pêcher, marcher sur les sentiers et regarder les feux d'artifice chaque 4 juillet.

Vivre sur l'île de Kent vous donne également accès à plusieurs grands quais de pêche ainsi que le Jetée de pêche de Matapeake et rampe de mise à l'eau et le quai de pêche Romancoke et qui est également idéal pour le kayak.


Transitions dans la période d'avant-guerre

Introduction: Dans les années 1800, l'ère du commerce international pour le comté de Kent était révolue. Baltimore était maintenant la plaque tournante pour l'expédition de blé et d'autres produits à l'étranger. La transition de la voile à la vapeur a énormément amélioré la capacité des agriculteurs et des marchands de la côte est d'envoyer leurs produits vers l'ouest. En 1813, Chesapeake est devenu le premier bateau à vapeur à traverser de Baltimore à Rock Hall. En 1827, il offrait également des services à Chestertown. La transition précoce de Kent vers le blé et les céréales et les innovations dans les techniques agricoles ont également revigoré l'économie et attiré de nouveaux arrivants tels que George Burgin Westcott. « Le blé est en demande… et en hausse. Vous pouvez calculer sur un prix à l'avance… sauf que quelque chose de défavorable devrait avoir lieu à l'étranger », a écrit William R. Stuart, un marchand de Baltimore, à Joseph Wickes de Chestertown le 13 novembre 1829. Néanmoins, le comté de Kent et la côte est étaient dans une période de transition politique. Les riches propriétaires terriens ne dominaient plus la politique locale sur la Haute-Côte, et une classe montante de petits agriculteurs, marchands, artisans et ouvriers cherchait leur propre place au gouvernement. Ces tensions ont atteint leur paroxysme pendant la guerre de 1812, mais ont continué tout au long des années qui ont précédé la guerre civile.

Guerre de 1812

Baltimore est devenue l'une des principales villes commerciales des États-Unis à la fin des années 1700 grâce aux terres agricoles productives du Maryland. Mais en 1807, les tensions économiques avec la Grande-Bretagne qui ont alimenté la Révolution américaine ont de nouveau éclaté. La Grande-Bretagne a refusé de reconnaître l'Amérique comme une partie neutre dans la guerre européenne, ce qui a conduit les États à déclarer un boycott économique particulièrement dévastateur pour les riches agriculteurs. Cette noblesse terrienne, avec les commerçants et les banquiers, dominait le Parti fédéraliste, qui s'opposait à l'embargo et à la guerre déclarée en 1812. Dans le comté de Kent, le Parti républicain plus égalitaire composé de petits agriculteurs, marchands, artisans et ouvriers avait gagné en popularité. après la guerre, mais les citoyens redoutaient les risques d'une nouvelle guerre. L'inquiétude suscitée par les escarmouches et le bombardement de Fort McHenry à Baltimore apporta un soutien temporaire aux fédéralistes anti-guerre, mais en fin de compte, la victoire américaine dans la guerre de 1812 signifiait la victoire des républicains les plus « démocrates ».

La menace le long de la baie de Chesapeake était bien réelle. En 1813, un blocus britannique avait presque fermé la baie et les navires menaçaient constamment les fermes et les villes. En mai 1813, les Britanniques sont positionnés à l'embouchure de la rivière Sassafras et envoient un détachement d'environ 500 hommes brûler Georgetown et Fredericktown. Après avoir incendié la partie basse de la ville, les Britanniques ont mis le feu à une maison en briques au sommet de la colline lorsqu'une femme nommée Catherine ("Kitty") Knight les a implorés de ne pas brûler la maison car il y avait une vieille femme malade à l'intérieur. Kitty Knight a continué à protester alors que les hommes se dirigeaient vers la maison suivante, jusqu'à ce qu'ils soient finalement partis. L'héroïque Kitty a éteint les incendies et sauvé les structures qui seront plus tard connues sous son nom.

L'incendie du Capitole à Washington en août 1814 envoya une vague d'inquiétude sur les deux rives. À sept milles à l'ouest de Chestertown, la 21e milice du Maryland, commandée par le colonel Phillip Reed, campait près de Fairlee lorsque la nouvelle leur parvint qu'une frégate britannique et deux navires plus petits se dirigeaient vers eux. Le capitaine britannique, Sir Peter Parker, avait reçu l'ordre d'empêcher les milices de traverser la baie pour défendre Baltimore. Le 28 août, Parker débarqua 100 hommes près de l'embouchure de Fairlee Creek et brûla tous les bâtiments de la ferme de John Waltham, le blé dans son grenier et les meules de son champ. Deux jours plus tard, ils ont brûlé la ferme de Richard Frisby et ont fait des plans pour capturer le colonel Reed et ses hommes. Au lieu de cela, le colonel Reed a appris l'attaque surprise et attendait quand ils sont arrivés. Les deux parties se sont rencontrées dans un champ appartenant à Isaac Caulk. Malgré leur infériorité numérique et leur manque de munitions, les Américains repoussent les hommes de Parker jusqu'à ce qu'ils battent en retraite. Plus de quarante Britanniques ont été tués ou blessés, avec Parker parmi les morts.

Entreprises du XIXe siècle

Bien que le commerce international ait diminué dans le Kent, des établissements commerciaux florissants se sont développés à Chestertown pour desservir la région environnante. Thomas Eliason, Abel Reese, B.B. Perkins, Thomas Hynson et William Albert Vickers faisaient partie de ceux qui ont fait de la publicité pour les vêtements, les produits secs, l'épicerie, la quincaillerie et les outils agricoles au milieu du XIXe siècle. Des dames comme Mary Perkins et Eliza Smith tenaient des boutiques de chapellerie.

Les hommes et femmes d'affaires afro-américains ont également prospéré

Levi Rogers exploitait un bar à crème glacée, servant des huîtres et des tortues en saison. William Perkins possédait le Rising Sun Saloon, avec une « salle à huîtres » réservée aux hommes et la « salle est » pour les dames et leurs invités messieurs. James Jones a acquis une réputation de rôtis de haute qualité dans son épicerie et sa boucherie. Maria Bracker possédait un restaurant proposant aux clients des gâteaux éponge, des glaces et de la limonade.

Cliquez ici pour télécharger un PDF imprimable de la brochure Visite à pied de l'histoire afro-américaine à Chestertown, MD des années 1700 à nos jours.

Cliquez ici pour télécharger un PDF de la carte de l'histoire afro-américaine du chemin de fer clandestin du comté de Kent et de Chestertown.

Les liens ci-dessous renvoient à certains des dossiers de catalogue d'études de sites historiques contenus dans notre bibliothèque de recherche concernant cette période. S'il vous plaît visitez notre bibliothèque (mer-ven, 10-3) pour plus d'informations et de photographies sur ces propriétés. Bon nombre de ces documents sont également accessibles via le Maryland Historical Trust, dans leur Maryland Inventory of Historic Properties, disponible en ligne à l'adresse http://www.mdihp.net/dsp_county.cfm?criteria2=KE. projet de documentation du site mené dans les années 1980 grâce à un partenariat entre la Historical Society of Kent County, la ville de Chestertown, Kent County et le Maryland Historical Trust. À la suite de cette enquête, la Société historique a produit et publié Maisons historiques du comté de Kent, une œuvre inégalée d'histoire de l'architecture, maintenant dans sa deuxième impression et disponible à l'achat par l'intermédiaire de la Société.

Caulk's Field House, construit en 1743
Structure à proximité du site de la célèbre bataille de 1814.

Rose Hill, v. 1760
Martha Ogle Forman a documenté la vie dans cette plantation de 1814 à 1845 dans ses journaux, publiés par la Historical Society of Delaware.

Kitty Knight House ou Archibald Wright House, construit c. 1773
Maison que Kitty Knight a convaincu les Britanniques de ne pas brûler lors de leur raid sur Georgetown en 1813

Grantham et Forrest Farm, v. 1815
Benjamin Tillotson s'est échappé de l'esclavage ici en 1857 lors d'une réunion de réveil du camp. Tillotson, craignant d'être vendu à des marchands d'esclaves de Géorgie à la mort de son maître, le propriétaire de plantation Samuel Jarman. Tillotson a échappé de justesse aux chasseurs d'esclaves qui l'ont poursuivi sans relâche

Traditions de Noël tôt
« La bûche de Noël : « Se souvenir de Noël dans le comté de Kent au XVIIIe siècle », réminiscence de Peregrine Wroth, 1858.

Guerre de 1812 à Chesapeake
Site Web « Redécouvrir 1812 » avec des ressources et des informations sur la guerre dans la région de Chesapeake.

Fort McHenry
Site Web du monument national de Fort McHenry.

Philippe Roseau
Brève biographie du lieutenant-colonel et sénateur américain du comté de Kent, 1806-1813.

La vie d'avant-guerre dans le Kent
Brève description du livre, « Plantation life at Rose Hill: The diaries of Martha Ogle Forman, 1814-1845 », une précieuse source primaire sur l'histoire du comté de Kent (épuisé). Originaux à la MD Historical Society, MS 1779.

Philip Reed et Caulk's Field
Allocution prononcée lors de l'inauguration d'un mémorial à Caulk's Field en 1902.

Recensement du comté de Kent de 1790
Transcription de l'enregistrement du recensement.

Recensement de 1800 du comté de Kent
Texte intégral des recensements manuscrits.

Recensement du comté de Kent en 1810
Texte intégral des recensements manuscrits.

Recensement du comté de Kent en 1820
Texte intégral des recensements manuscrits.

Recensement du comté de Kent en 1830
Texte intégral des recensements manuscrits.

Recensement du comté de Kent en 1840
Texte intégral des recensements manuscrits.

Monument et drapeau à Champ de calfeutrage près de Fairlee, où la milice du Kent a vaincu les hommes de la frégate britannique Menelaus en 1813.

Parties de Georgetown ont été brûlés par les Britanniques en 1813.

Portrait de Philippe Roseau, qui a dirigé la milice du comté de Kent à Caulk's Field en 1813.

HMS Ménélas, commandé par Peter Parker, et qui a jeté l'ancre avec plusieurs petits navires à Fairlee Creek en 1813.

Peter Parker
Portrait du commandant britannique du HMS Menelaus, tué à la bataille de Caulk's Field.

Palais de justice du comté de Kent
Dessin de 1907 Bird's Eye View of Chestertown montrant la section la plus ancienne du comté de Kent, HSKC

Armurerie et Market House, Chestertown
Dessin de l'armurerie et de la maison du marché à partir de la carte de 1860 de Martenet du comté de Kent.

Publicité du Cape May Saloon
Le noir libre Levi Rodgers exploitait le Cape May Saloon à Chestertown dans les années 1840.

Publicité des marchands de Chestertown
Les marchands Wilmer & Francis et Thomas W. Eliason vendaient des marchandises de toutes sortes dans leurs établissements dans les années 1840.


Attractions

Musique & Concerts

L'une des meilleures salles de musique country de Rhode Island. TOUS les événements musicaux et les concerts sur la scène principale sont inclus avec votre billet d'entrée à la foire ce jour-là !

Promenades à mi-chemin

De la grande roue à la fermeture éclair, Rockwell Amusements présente un classique à mi-chemin avec des manèges pour tous les âges avec de nouvelles attractions attrayantes, telles que les plus grandes montagnes russes itinérantes de la Nouvelle-Angleterre et un cirque sous tente mettant en vedette des clowns, des jongleurs et des numéros traditionnels.

Nourriture & Concessions

Envie de plus que de l'excitation ? Parfait! Plus de 130 vendeurs d'aliments et d'artisanat se sont installés tout au long de la foire pour une journée de dégustations et de shopping. Des hamburgers au barbecue et des fruits de mer à la limonade fraîchement pressée, profitez d'une grande variété de délices Rhody et de plats de festival en plein air.


Contenu

Tard le mardi 24 janvier 1978, des cartes de surface ont révélé une dépression du Golfe chargée d'humidité se développant sur le sud des États-Unis, tandis qu'un système dépressionnaire distinct et sans rapport était présent sur le Haut-Midwest. En environ 24 heures, la fusion du courant-jet subtropical (contenant un vent maximum de 130 nœuds) et du courant-jet polaire (contenant un vent maximum de 110 nœuds) a conduit le système dépressionnaire à subir une cyclogenèse explosive alors qu'il se déplaçait rapidement vers le nord. dans la soirée du 25 janvier (des dépressions records ont été enregistrées dans certaines parties du sud et du centre de l'Atlantique). [3] Pour être classée comme subissant une cyclogenèse explosive, la pression centrale d'une tempête doit chuter d'au moins 24 millibars, ou une moyenne de 1 millibar par heure, sur une période de 24 heures, le Grand Blizzard a chuté de 40 millibars remarquables au cours de cette période de temps. [3]

La tempête a commencé par de la pluie, mais s'est rapidement transformée en neige abondante avant l'aube (alors que l'air arctique s'approfondit avant la tempête), entraînant de fréquents voiles blancs et une visibilité nulle pendant la journée du 26 janvier. Alors que la tempête se dirigeait vers l'Ohio, elle était "d'une ampleur sans précédent", selon le National Weather Service, qui l'a classé comme un blizzard sévère rare, le degré de tempête hivernale le plus violent. L'Illinois, l'Indiana, le Kentucky, le Michigan, l'Ohio et le sud-est du Wisconsin ont été particulièrement touchés, où jusqu'à 102 cm de neige sont tombés. Des vents soufflant jusqu'à 100 miles par heure (161 km/h) ont provoqué des dérives qui ont presque enseveli certaines maisons. Les valeurs de refroidissement éolien ont atteint -60 °F (-51 °C) dans une grande partie de l'Ohio, où 51 des 70 décès liés à la tempête se sont produits. [4]

Le Canada n'a pas échappé à la colère de la tempête, car les conditions de blizzard étaient courantes dans le sud-ouest de l'Ontario. London, en Ontario, a été paralysé par 41 centimètres (16 pouces) de neige et des vents soufflant à 128 kilomètres à l'heure (80 mph).

Le 26 janvier, la troisième pression atmosphérique la plus basse enregistrée sur la partie continentale des États-Unis, à l'exception d'un système tropical, s'est produite lors du passage de la tempête sur le mont Clemens, dans le Michigan. Là, le baromètre est tombé à 956,0 mb (28,23 inHg). [2] À Detroit, la pression atmosphérique est tombée à 28,34 pouces de mercure (960 mbar). À peu près au même moment, la dépression absolue a été mesurée à Sarnia, dans le sud-ouest de l'Ontario, au Canada, où le baromètre a atteint un creux de 955,5 mb (28,22 inHg). [2] La pression de Toronto est tombée à 28,40 pouces, battant son record de 0,17.

La mesure de la pression barométrique de 956,0 mb (28,23 inHg) enregistrée à Mount Clemens, Michigan, était la troisième pression atmosphérique non tropicale la plus basse enregistrée sur le continent américain [5] et la plus basse dans le centre des États-Unis. [2] La pression confirmée la plus basse pour un système non tropical aux États-Unis continentaux avait été établie par une tempête de la côte atlantique de janvier 1913. [2] La pression centrale la plus basse pour le blizzard de 1978 était de 955,5 mb (28,22 inHg) mesurée à Sarnia, en Ontario. [2] En de rares occasions, des cyclones extratropicaux avec des pressions centrales inférieures à 28 pouces de mercure ou environ 95 kPa (950 mb) ont été enregistrés à Wiscasset, dans le Maine (27,9 ") et à Terre-Neuve (27,76"). [6] De plus, le blizzard est la tempête hivernale la mieux classée sur l'indice régional des chutes de neige, avec une valeur maximale de 39,07, et l'une des 26 tempêtes à atteindre la catégorie 5 sur l'échelle. [7]

Le blizzard a été le pire de l'histoire de l'Ohio, 51 personnes sont mortes à cause de la tempête. Plus de 5 000 membres de la Garde nationale de l'Ohio ont été appelés pour effectuer de nombreux sauvetages. La police a demandé à des citoyens avec des véhicules à quatre roues motrices ou des motoneiges de transporter des médecins et des infirmières à l'hôpital. Du 26 au 27 janvier, l'ensemble de l'Ohio Turnpike a été fermé pour la première fois. [8] L'effet total sur le transport dans l'Ohio a été décrit par le major général James C. Clem de la garde nationale de l'Ohio comme comparable à une attaque nucléaire. [9] Le gouverneur du Michigan, William Milliken, a déclaré l'état d'urgence et a appelé la Garde nationale du Michigan pour aider les automobilistes et les équipes de route bloqués. La police de l'État du Michigan a déclaré Traverse City, Michigan "officiellement fermée" et a averti les résidents de la région de rester chez eux. Marty Spaulding, membre du personnel de la radio WTCM, qui a fermé la station de localisation au bord de la baie la nuit précédente à 23 heures, a été appelé pour la rouvrir le lendemain à 6 heures du matin, car les membres du personnel habituels ne pouvaient pas s'y rendre en raison de routes impraticables. Upon arriving after a 45-minute walk in waist-deep snow from his home 10 city blocks away, he had to dig down "a foot" to put the key in the front door. [ citation requise ]

In Indiana on day two, just a half hour after the front blasted through, the Indianapolis International Airport was closed due to whiteout conditions. At 3 am, the blizzard produced peak winds of 55 mph. Temperatures dropped to zero that morning. Wind chills remained at 40 to 50 below zero nearly all day. Governor Otis R. (Doc) Bowen declared a snow emergency for the entire state the morning of the 26th. Snow drifts of 10 to 20 feet made travel virtually impossible, stranding an Amtrak train and thousands of vehicles and weary travelers. During the afternoon of the 26th, the Indiana State Police considered all Indiana roads closed. [dix]

Classes at The Ohio State University in Columbus, Ohio and the University of Notre Dame in Notre Dame, Indiana were canceled for the first time in the history of those universities at Purdue University in West Lafayette, Indiana (where 25 inches of snow fell) for the third time in its history and, at Miami University in Oxford, Ohio for the first time since the assassination of President John F. Kennedy. An inch or more, usually much more, of snow remained on much of that area for nearly two months. In Indiana schools were closed for as much as three weeks, [11] and the historic state basketball tournament would have to be postponed for 17 days. [12] The storm did much damage to the Ohio valley and the Great Lakes.

In Brampton, Ontario (northwest of Toronto) on Thursday afternoon, school buses could not get through deep snow to the then-rural campus of Sheridan College to take students home. Neither could any other vehicles, so some community college students had to stay on campus overnight. Muskegon, Michigan, had the most extreme measurements: up to 52 inches of snow in 4 days due to heavy lake-effect snow squalls after the blizzard hit with a whopping 30 inches.

The most extensive and very nearly the most severe blizzard in Michigan history raged January 26, 1978 and into part of Friday January 27. About 20 people died as a direct or indirect result of the storm, most due to heart attacks or traffic accidents. At least one person died of exposure in a stranded automobile. Many were hospitalized for exposure, mostly from homes that lost power and heat. About 100,000 cars were abandoned on Michigan highways, most of them in the southeast part of the state. [3]


Local History & Heritage

Take a trip to the past, and relive the historic culture found within Queen Anne’s County while visiting nearly twenty well preserved historic sites! Get a true feel for what life back in the early days was like. History is plentiful in the over three-hundred-year-old county.

Kent Island, the largest island on the Bay, is located at the eastern terminus of The Chesapeake Bay Bridge. Home to the first English settlement (Kent Fort Manor, settled by William Claiborne in 1631) within Maryland, and the country’s third settlement after Jamestown and Plymouth Rock.

Explore our History & Heritage!

Take a trip to the past, and relive the historic culture found within Queen Anne’s County while visiting nearly twenty well preserved historic sites! Get a true feel for what life back in the early days was like. History is plentiful in the over three-hundred-year-old county.

Kent Island, the largest island on the Bay, is located at the eastern terminus of The Chesapeake Bay Bridge. Home to the first English settlement (Kent Fort Manor, settled by William Claiborne in 1631) within Maryland, and the country’s third settlement after Jamestown and Plymouth Rock.

Explore our History & Heritage!

Kent Narrows

The channel, which separates Kent Island from the Eastern Shore mainland, provides convenient access for vessels traveling between the broad Chester River to the north, and Eastern Bay to the south. The foot of the Kent Narrows Bridge is a good place to view numerous examples of the shallow draft work boats used by generations of waterman who deliver their daily catch to local markets, restaurants and packing houses. Although few remain today, there were once a dozen packing houses in “the Narrows,” and seafood was shipped from here to markets nationwide. The Chesapeake Heritage & Visitors Center welcomes visitors with information and exhibits about the unique heritage, culture, and attractions of the region.

Centreville Streetscapes

The core of Centreville lies along two parallel streets Commerce and Liberty. Architectural styles, ranging from early Federal though late Victorian, illustrate the town’s development. See magnificent Victorian homes with ornate facades situated on Commerce Street, some of the earliest surviving homes in the town, dating back to 1794. Greek revival home designs (1830s) can be found along Liberty Street, while additional stately Victorian homes can be seen along Chesterfield Avenue.

Wye Island (Natural Resources Management Area)

A 1668 deed refers to Wye Island (2,450 acres) as the “Great Island in the Wye River.” Two of Maryland’s leading Revolutionaries acquired the land in 1700s William Paca, signer of the Declaration of Independence, owned the eastern half of the island, and John Beale Bordley a jurist, owned the western half of the island. Attacked by Tories during the American Revolution, Wye Island was defended by a gunboat, the Experiment. Paca, who was twice Governor of Maryland, is said to be buried nearby, on the mainland.

Crumpton

In Crumpton, the Chester River narrows, providing a convenient crossing point. In 1759, Henry Callister established a ferry, operated by pulling a barge by ropes between the north and south banks. During the cold winter months the area river’s would often freeze, shutting down other ferries, but the current in Crumpton kept this specific point in the Chester River free of ice, allowing Callister’s Ferry to operate. After Callister’s death, the ferry at Crumpton remained in use until the first bridge was built in 1865.


Digging into Kent Island’s Past

Archaeologist Dr. Darrin Lowery sits behind his desk in his office lined with display cases of artifacts he’s found during his career. Affiliated with the University of Delaware, where he works with graduate students, and working as a research associate at the Smithsonian Institution, he has a wealth of knowledge about geology, archaeology, and history.

Born in Easton, Maryland and raised on Tilghman Island, his story begins while growing up in the ’70s, when he tagged along with his father to look for artifacts on Tilghman and Poplar Islands.

“My spark came when I was 13,” he says. “I was watching a program on PBS called Odyssée, which would be called Nova aujourd'hui. The subject dealt with [wooly] mammoth remains found in New Mexico, which were about 13,000 years old.” That program greatly influenced him.

“What hooks you,” he says, “is the question—‘Why?’ Then that cascades into many ‘Whys.’” After he received his Bachelor’s degree from the University of Delaware, he was ready to begin answering some of those Why questions.

“I was a newbie fresh out of school in 1990, when I began working with some of the Kent Island Heritage Society members—Bill Denny, Audrey Hawkins, Marty Gibson, and Mary White.” They explored the fields and shores of the island looking for tangible evidence of its history.

He knocked on property owners’ doors and convinced them to give him permission to walk their fields and farms, and he managed to explore about 100 acres daily. He walked up the fields and then back down, which averaged 15–18 miles a day.

Between 1992 and 1997, Lowery estimates that he walked every tillable acre on the island, amounting to about 60,000 acres. Along the way, he found vessel fragments, remnants of clay tobacco pipes, projectile points (spearheads and arrowheads), and three clovis points, which are prehistoric tools used 10,000–13,000 years ago. On one memorable day, he discovered 42 projectile points all found on one site.

“It was the best education I ever got,” he says of those days.

After earning a Master’s degree at Temple University, he later he returned to the University of Delaware where he earned a Ph.D. Since then, he’s conducted numerous archaeological and geological explorations. He’ll often go out by himself or sometimes with Bill Denny, using tools such as shovels, spades, or trowels.

Every official archaeological site has to be documented. This is done by marking it by state, county, and by longitude. He then takes slides of the site.

“It’s easier these days because we now have GPS,” Lowery remarks.

When discussing the artifacts that he has found, which date back to William Claiborne’s settlement in 1631, Lowery holds up a segment of a small clay pipe and then two melted blue glass beads. The beads were commonly used for trade with the native tribes—two of which were known as the Matapeakes and the fiercer Susquehannocks. The beads and other trinkets were exchanged for tobacco, corn, and beaver furs. Lowery explains that the beads most likely melted when Claiborne’s fort caught fire in October 1631.

The settlement, located on the southern end of Kent Island, quickly recovered and by 1634, it was enclosed by a palisade that included a grist mill, courthouse, trading post, and a church.

In 1638, the Calverts, who maintained that Kent Island belonged to them since they had a charter from King Charles I, took control of the Island after fighting a few naval and legal battles with Claiborne, who had insisted that the Island was part of Virginia.

Today, no remnants of the settlement have been found. With shore erosion, whatever was left of it has most likely been swept away with the tides.

The Land that Once Was Eden

Meanwhile, the Native People, were being pushed out. Ravaged by disease and the insatiable push for land by the Europeans, they soon had no other option but to leave the Island. Dans son livre The Land that Was Once Eden, author Janet Freedman, includes a letter written by James Bryan, a Revolutionary War soldier, to a friend.

“I remember the Indians their last dwelling place was upon the northwest side of the Island near the mouth of Broad Creek, and they lived in their cabins of bark upon a small tract of woodland. They always seemed friendly. I also remember the time of their departure. They left the island near the mouth of the creek and turned their faces westward. They were the last of the Indians upon the island.”

Christ Episcopal Church

The Reverend Mark Delcuze is the Rector of Christ Church located on Kent Island on Route 8. It’s a spacious and modern church with a light-filled sanctuary that can accommodate 400 parishioners. It’s also a far cry from the rustic building that was the first house of worship on Maryland soil, built soon after Claiborne and his settlers arrived.

To minister to the small congregation was Claiborne’s cousin, the Reverend Richard James, who accompanied him to the Isle of Kent. Soon after their arrival, the record states, “Wee framed a church.” He also brought along “bibles and bookes of prayers for the howse and boates…and a black velvet cushion and black cloth for the pulpitt.”

“It must have been like being on the moon for them,” Rev. Delcuze says.

The Rev. James ministered to the congregation for three years and then left. As the settlement grew, so did the church, and in 1652 after the Calverts had chased out Claiborne, a new church was built near Broad Creek.

“During those days, everyone got around on water,” Rev. Delecuze says. “Everything was tied to the waterways because there were no roads.” This early church was used until 1712 when a new one was built on the same site. The 1712 church, which measured 25 feet by 40 feet,’ served the whole of the Island until it, too, was beyond repair. When it became quite apparent that a new church was needed, another structure was built in 1825 and was ready for occupation in 1826. Poorly built, this one didn’t last long.

According to historian Reginald V. Truitt, during a lecture to the Queen Anne’s County Historical Society, he stated that in 1959, a group of local citizens wanted to find the exact location and size of the 1652 church. Under the supervision of an archaeologist, the citizens were able to pinpoint where the remains of the church were buried. A digging team of 10 men shoveled up the earth and within an hour they struck the church’s foundation. Also, to their great delight, they struck another foundation—the cornerstones of the 1712 church. Both of the brick foundations were for the most part, intact.

Today, however, the excavations aren’t visible. “They were reburied to protect them from the weather and from vandalism,” Rev. Delcuze explains.

Along with the remains of the church are the remains of the many parishioners who were interred nearby in Broad Creek Cemetery, which was once the site of the church’s burial ground. “There’s been no excavations there,” Rev. Delcuze explains. “We want to respect their burial sites.”

One wonders about the lives of those who walked this ground so many years ago and now lie silently within it—interred in this sacred and beautiful place.

While the old churches have passed into history, a carefully preserved treasure remains. It’s Christ Church built in 1880, which still stands in the middle of Stevensville. When you step into this Gothic structure built in Queen Anne style, you first notice the thick, wooden beams arching up to the soaring ceiling. Topped by a steeply pitched slate roof and graced by stained glass windows, you marvel at the work and skill it took to build this church so many years ago. “That’s because the men who built this church were boat builders,” Rev. Delcuze says. “They knew how to build a solid structure.”

This unique church was acquired by Queen Anne’s County in 2003, which then began restoration projects. The church has been on the National Register of Historic Places since 1979. The rare 1754 Baskett Bible, 17 th century communion chalice, and the baptismal font from the 1712 church have been relocated to the present church near Broad Creek, where Rev. Delcuze proudly displays them. He’s also proud of the fact that he is currently serving the oldest continuous congregation in Maryland.

Kent Island Heritage Society

Jack Broderick, president of the Kent Island Heritage Society, enjoys nothing more than sharing his love of history with others, and you can often find him in front of a high school class impersonating a historical character. Or you might see him walking along the banks of Cox Creek looking for arrowheads and Native American tools, and he’s found a number of them. “There’s so much old stuff here,” he says. He doesn’t just read history, he looks for it.

He holds up one of his treasures—an old stone that resembles a dried-up russet potato. Thousands of years ago, it was in the hand of a prehistoric human who used it to grind corn, acorns, and seeds on a stone pestle. He points out the ancient fingerprints that are etched into the stone.

Next, he brings out a perfectly preserved black arrowhead. Then he displays his oldest treasure. “It’s a petrified oyster shell with a shiny black stone jutting out of it. It has to be about 20 million-years-old,” Broderick says.

As he brings out the stones, he remarks that when Claiborne came to the Island, bringing metal parts with him from England to build a pinnace (a small boat), the natives were anxious to trade their corn and tobacco for some of the metal—a much better material than their stone axes, arrows, and spearheads, some of which they had to fashion by chipping off a part of a stone with a piece of deer antler. These discarded pieces are called flakes by archaeologists.

Years later, when the natives had disappeared, their heaps of oyster shells called middens, were still discovered on Kent Island farms.

One of the Society’s interesting finds came when some of its members took metal detectors to the James Kirwan Farm and found tiny stamped tokens that the farm workers used as cash to buy goods at the Kirwan store.

Kirwin, who lived from 1848–1938, served in the Maryland senate for two terms. “He was an astute businessman and farmer—a renaissance man,” Broderick says. Kirwin is best remembered for using his influence to stop the federal government from designating Kent Island as an army base to test military ordnance. The base was then built at Aberdeen, Maryland.

This farm and the store the family owned now belong to the Heritage Society, along with the historic Stevensville post office and train station. One of the Society’s future endeavors is to build a working blacksmith shop on the Kirwin farm and open it up to the public.

To celebrate the 350 th anniversary of the founding of the “Isle of Kent,” a great celebration was held in 1981. Since then, an annual Kent Island Day has been celebrated in May.

From a small fort in the wilderness to a bustling metropolis, there’s still stories to tell about this island and places to look for them.


Voir la vidéo: Small Town Series: Kent Narrows


Commentaires:

  1. Shakak

    Félicitations, un beau message

  2. Conway

    peut combler l'écart ...

  3. Sahn

    C'est évident, tu n'as pas tort

  4. Erhard

    Sérieusement!

  5. German

    Je pense que tu n'as pas raison. Écrivez-moi en MP, on en parlera.

  6. Kajika

    Ce précieux avis

  7. Tenris

    Essayons d'être sensé.



Écrire un message