Vase Moissonneur

Vase Moissonneur


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Vase Moissonneur : Hagia Triada

Le vase Harvester a été trouvé à Hagia Triada sur l'île de Crète. Ce vase est de la fin de l'âge du bronze, datant de 1550 à 1500 avant JC. Le vase a été à l'origine fait en trois parties et a été assemblé. Le visage est de forme ovale et a un vaisseau sur le dessus. Le vase a été sculpté sur de la stéatite brunâtre. Le vase était à l'origine glissé avec de l'or et martelé à une épaisseur aussi fine que du papier. Cette pièce est décorée de sculptures en bas-relief et montre une scène unique. La pièce a des dessins picturaux. La composition est puissante, rythmée et vivante. Le vase est une pièce sculpturale. Pour obtenir le plein effet de la pièce, vous devez voir l'ensemble, ce qui peut vous obliger à marcher autour de la pièce. La pièce est de couleur marron foncé et verdâtre. La couleur brune et verdâtre du vase ressemble en quelque sorte au temps de la récolte. Les figures des pièces sont stylistiques, cependant, leurs expressions, leurs traits du visage et leurs muscles semblent réalistes. Même s'il y a beaucoup de répétitions dans la pièce, l'artiste a également dépeint l'individualité. Tout en haut du navire a des lignes verticales qui créent de la texture.

Le col du vase semble avoir une texture lisse. Lorsque vous atteignez la bande, la texture redevient rugueuse car les figures sont sculptées dans la pièce. Ensuite, le fond, qui a été remis en place lorsque la pièce d'origine est devenue manquante, a une texture lisse qui correspond au col du vase. Le vase a deux parties, le col et l'épaule. La forme est une variante des grands vaisseaux rétrécis. Sur le groupe, il y a un leader d'un groupe de vingt-sept figures. Le chef, qui a les cheveux longs, porte un vêtement semblable à une cape avec un long bâton sur son épaule. La tenue et l'équipement des personnages sont uniformes. Les personnages sont vêtus d'un kilt et d'une casquette plate. Vingt et un personnages sur les vingt-sept portent un objet en forme de bâton avec trois extrémités pointues. Même si le vase est une répétition, il y a beaucoup de mouvement à l'intérieur de la pièce. Les figures se chevauchent, ce qui provoque un mouvement à l'intérieur de la pièce. Les objets en forme de bâton que les personnages portent sur leur épaule ont un fade incurvé avec trois tiges. L'objet en forme de bâton a un bouton à la fin. Les lames sont fixées au poteau au-dessus du bouton. Entre le bouton et les lames se trouvent des fixations qui relient la tige du milieu aux tiges extérieures.

Les objets en forme de bâton créent un mouvement rythmique chaotique. Les objets en forme de bâton provoquent également une onde multicouche. Les vagues créées par l'objet en forme de bâton ajoutent de l'énergie et un mouvement vers l'avant à la composition. Cette pièce a une combinaison de vues de face et de profil. Les corps des personnages sont très stylisés. Il semble que l'accent soit mis sur l'effort physique et musculaire. Cette pièce montre également la structure squelettique du corps humain. L'accent est mis sur l'effort physique. Les personnages sont nus jusqu'à la taille. Les silhouettes ont l'air très athlétiques, leur cuisse gauche semble légèrement relevée, comme si elles marchaient et sont structurées par des muscles. Cependant, leur jambe droite, qui est au sol, ne semble pas avoir de tels muscles. Ils ont des caractéristiques différentes et ils montrent tous un certain type d'émotion. Parmi tous les chiffres, quelques-uns ressortent. Il y a beaucoup d'emphase sur un chiffre en particulier. C'est lui qui secoue le hochet. Vous pouvez voir le profil complet de ce personnage, et il semble qu'il inhale de l'air, ce qui donne vie à ses côtes. Cela met vraiment l'accent sur la structure squelettique humaine de son corps. L'artiste de cette sculpture montre également la tension et la détente non seulement de son visage mais aussi de ses trois adeptes.

Les expressions faciales de tous les hommes sont naturalistes. Les expressions faciales donnent de l'animation à la pièce. Les images intenses d'émotions humaines révèlent que les personnes qui ont créé ce vase prenaient conscience de l'importance de l'émotion humaine et du monde intérieur. La composition déborde d'énergie en raison de l'individualité des humains. Le vase est divisé en deux parties. La moitié du vase présente un groupe de quatre personnages, qui semblent crier ou chanter. Vers les trois quarts après, le groupe de crieurs montre un homme qui est à genoux et tient la taille d'un autre homme devant lui. L'homme devant lui a la tête tournée vers l'arrière pour regarder l'homme qui est tombé derrière lui. Ces chiffres sont vivement pris dans leur mouvement et diffèrent de la cohérence de base des autres chiffres. Le vase Harvester a une composition solide et forte. La composition rythme la pièce. La pièce prend vie à travers tout le mouvement montré tout au long de la pièce. Cette pièce est réalisée de manière naturaliste. Les personnages de la pièce ont des caractéristiques réalistes et leurs vêtements correspondent aux vêtements du temps présent.

La façon dont les muscles des personnages sont exprimés est très réaliste et naturelle. Le détail du travail est incroyable, d'autant plus que le vase a un diamètre d'environ cinq pouces. Le vase Harvester est une représentation du corps humain, des émotions et des expressions. La distribution du vase montre une uniformité stylistique. Le vase Harvester peut être interprété de différentes manières. Les vingt autres personnages portent un objet en forme de bâton avec trois tiges au bout. Cet objet en forme de bâton pourrait représenter un instrument tel qu'une fourche. Cela conduit à l'idée que les vingt personnages sont des moissonneurs. Les moissonneurs semblent marcher par paires. Ils semblent piétiner, mais sont en phase les uns avec les autres. Leurs lèvres sont pressées l'une contre l'autre, ce qui pourrait indiquer le silence. Bien que la plupart des hommes soient au pas, il y a une exception. Une moissonneuse est tombée à genoux, obligeant la moissonneuse devant lui à se retourner vers lui. Un homme plus âgé, coiffé de ses cheveux longs et d'une sorte de chape frangée, qui représente un vêtement rituel, conduit les moissonneurs.

Le chef porte un long bâton qui est tordu à une extrémité et se rétrécit à l'autre. La scène est peut-être une fête de la moissonneuse. Au milieu du vase, il y a un homme qui agite un hochet. L'homme qui tient le hochet porte une chape à franges, connue pour être un vêtement rituel. Il porte également une casquette ajustée qui descend jusqu'au cou et a une découpe pour ses oreilles, ressemblant au tutulus d'un prêtre romain. L'homme qui porte le hochet a la bouche ouverte, comme s'il chantait ou criait. Derrière lui se trouvent quatre personnages, trois avec la bouche ouverte portant de longs manteaux. Ces personnages représentent peut-être un chœur dirigé par un prêtre. Le vase Harvester peut également être lié à des interprétations religieuses. Un homme porte des peaux, qui sont liées à des liens rituels. Le chef du groupe pourrait être considéré comme un prêtre puisqu'il porte un arroseur sur l'une de ses épaules. Ils s'approchent d'un personnage qui tient un bâton, ce qui pourrait certainement être lié à une signification religieuse.

Même si le vase Harvester peut être interprété de plusieurs manières, la plus populaire est qu'il s'agissait d'une cérémonie de récolte. La plupart des éléments de la pièce sont liés à la récolte. Cependant, il existe d'autres symboles qui peuvent être liés à des aspects religieux. Ces interprétations peuvent être argumentées. Cependant, je crois que l'artiste essayait surtout de mettre l'accent sur la condition humaine. Il met plus l'accent sur les émotions humaines, les expressions faciales et la tension physique des personnages qu'autre chose. Tous ceux qu'il a soulignés renvoient à la condition humaine. Je pense que c'est ce que l'artiste a vraiment voulu représenter tout au long de son travail.

Le vase Harvester, réalisé avec une habileté brillante, représentait une marche de personnages, qui participent manifestement à un certain type de cérémonie, quelle qu'elle soit. Le vase Harvester détient un degré de naturalisme. C'est une impression forte d'un groupe d'êtres humains, qui montrent une émotion extrême. Même si le vase Harvester est assez petit, l'artiste a pu représenter une grande quantité de détails. Les figures sont stylistiques, mais ont également un style naturaliste. Les traits du visage, les expressions et la tension physique sont grandement capturés dans cette pièce. Il y a aussi beaucoup de mouvement montré dans le vase. L'objectif du créateur était de mettre l'accent sur l'effort physique et les émotions des personnages. Dans l'ensemble, le vase Harvester est une œuvre d'art incroyable, avec une grande quantité de détails grâce à un style stylistique et naturaliste qui dépeint la condition humaine.


Le vase moissonneur de Hagia Triada : un œil sur l'agriculture minoenne antique

Trouvé à Hagia Triada, un site d'élite associé aux palais minoens et datant de la période néopalatiale (1600-1450 av. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un grand monument artistique, ce petit vaisseau (environ 4,5 pouces de diamètre) communique une grâce et une vitalité typiques de l'art de l'âge du bronze égéen.

Imiter et coquille d'oeuf

Rhyton d'œuf d'autruche du tombeau tholos de Dendra, Grèce, Mycénienne, XVe-XIVe s. B.C.E., œuf d'autruche, argent, or et cuivre (Musée national d'archéologie, Athènes, photo : Schuppi, CC BY-SA 3.0)

Le Harvester Vase n'est en fait pas un vase mais plutôt un rhyton, un récipient rituel utilisé pour verser des liquides. Il a un trou en haut et aurait eu un trou en bas avant d'être endommagé. Il est fait de stéatite noire et a la forme d'un récipient similaire fait d'un matériau encore plus précieux : une coquille d'œuf d'autruche. Les rhytes d'œufs d'autruche faisaient partie des biens rituels les plus luxueux et exotiques de l'âge du bronze égéen. Ce type d'objet était réalisé en perçant des trous à chaque extrémité d'un œuf d'autruche (importé d'Egypte), en extrayant le contenu et en apposant un rebord décoratif en haut et en bas. Cependant, ce qui manque au Harvester Vase dans le luxe importé, il le compense par son pur pouvoir sculptural.

Vase Harvester de Hagia Triada (détail), c. 1550-1500 avant notre ère, stéatite noire, diamètre 4,5 pouces (Musée archéologique d'Héraklion, photo : Zde, CC BY-SA 4.0)

Une Procession Rythmique

Vase Harvester de Hagia Triada (détail), c. 1550-1500 avant notre ère, stéatite noire, diamètre 4,5 pouces (Musée archéologique d'Héraklion, photo : Zde, CC BY-SA 4.0)

La scène miniature, sculptée en relief, illustre quelque vingt-sept hommes en procession. La plupart de ces hommes sont représentés par paires, les jambes hautes et les bras droits pliés au coude, les mains tenues près de la poitrine, et portant des costumes identiques : pagnes, casquettes plates, sacs de transport ou coussinets sur la cuisse gauche, et sur la gauche épaule, un bâton avec une courte lame incurvée et une fourche à trois dents. Ces hommes sont tous jeunes, minces et musclés, avec des visages anguleux tournés vers le ciel. Leur cortège jumelé au pas verrouillé évoque la marche ou le mouvement rythmé. Il y a une exception à ce rythme : près du fond du groupe, un homme se retourne pour regarder derrière lui, peut-être parce que, semble-t-il, un autre est tombé juste dans son dos.

Vase Harvester de Hagia Triada (détail), c. 1550-1500 avant notre ère, stéatite noire, diamètre 4,5 pouces (Musée archéologique d'Héraklion, photo : Zde, CC BY-SA 4.0)

Ce groupe de marche est dirigé par un homme apparemment plus âgé, portant de longs cheveux hirsutes et une robe à franges avec un motif festonné (ci-dessus). Il porte un long bâton, tordu en bas et effilé en haut. Au milieu du groupe d'hommes derrière lui se trouve une autre figure unique, un homme qui n'a peut-être pas l'air aussi jeune et maigre que ceux du groupe, qui secoue un sistre (un instrument de musique utilisé dans les rituels religieux). Celles-ci étaient courantes dans l'Égypte ancienne ainsi que dans la Grèce antique et des exemples à Rome ont également été trouvés en Crète à l'âge du bronze. Cet homme semble crier ou chanter la bouche grande ouverte et il est suivi de près par un rang de quatre hommes qui ont également la bouche grande ouverte et portent des capes autour des épaules.

Récolter ou semer ?

Vase Harvester de Hagia Triada (détail), v. 1550-1500 avant notre ère, stéatite noire, diamètre 4,5 pouces (Musée archéologique d'Héraklion, photo : Olaf Tausch, CC BY-SA 4.0)

Comme le nom de ce navire l'indique, on pense généralement que sa décoration fait référence à la récolte, la principale preuve étant le long instrument que chacun des jeunes hommes porte sur son épaule. Ce qui n'est pas clair, c'est exactement ce qu'est l'outil. S'il s'agit d'une fourche de vannage, ces hommes sont en train de récolter, ramassant des céréales mûres, ils utiliseront la fourche pour séparer le grain de son enveloppe. Si l'outil est une houe festonnée de branches, alors les hommes partent planter des graines, qui se trouvent peut-être dans chacun des sacs des hommes. Nous ne le saurons peut-être jamais, mais ce qui est clair, c'est la nature masculine, communautaire et festive de l'activité représentée sur ce magnifique navire.


Le vase guerrier


Dans l'un des bâtiments les plus proches du cercle A (Fig. 1, F), Schliemann a découvert les fragments d'un grand bol décoratif en céramique, utilisé pour mélanger l'eau et le vin. En raison de ses frises de soldats, il l'a surnommé "le vase du guerrier". C'est probablement la pièce la plus connue de la poterie helladique tardive (Figs. 3, 5A).

Pendant un certain temps après sa découverte, les érudits ont daté le bol du VIIe siècle av. Ils considéraient ses poignées de tête de taureau particulières comme définitivement dérivées de celles trouvées sur les vases du VIIIe siècle. (1) Ils considéraient également les registres des lanciers comme un développement des frises processionnelles du VIIIe siècle sur les jarres funéraires trouvées près de la porte Dipylon au cimetière Kerameikos d'Athènes. Ils attribuèrent sans hésitation les soldats sur le bol à la période protoattique (c'est-à-dire au début du VIIe siècle av. attribué les deux bols au même homme. (2) Ils ont estimé que d'autres caractéristiques techniques et stylistiques du bol et de sa décoration indiquaient une date comprise entre 700 et 650 av. pour le vase guerrier. (3) Ce même vase est maintenant fermement attribué au début de la période LH III C, que la chronologie égyptienne fixe à ca. 1200 avant J.-C., (4) laissant comme problèmes les poignées particulières et le style figuratif. Il y a plus de soixante-dix ans, D. Mackenzie a répondu à ceux qui ont tiré ses poignées de tête de taureau de prototypes du VIIIe siècle, que le vase guerrier lui-même prouvait qu'un tel dispositif avait une histoire bien plus ancienne. , ils se tenaient isolés des poignées beaucoup plus tardives, considérées à l'origine comme leur prototype. Les découvertes plus récentes de deux autres poignées LH III C du même type (6) ont fourni des pièces d'accompagnement, mais n'ont pas résolu le problème.

Indépendamment des dates absolues de la poterie LH III C, les érudits ont toujours considéré les poignées de tête de taureau comme un développement ultérieur des poignées à double boucle, maintenant artistiquement rendues comme des cornes surmontant un visage de bovin. En 1966, N. R. Oakeshott a traité le sujet en détail. Si les vases LH III C appartenaient à ca. 700 av. . 1200 avant JC, et depuis qu'Oakeshott a cherché en vain des boucles doubles avant cette date, elle a conclu que l'idée originale, vue pour la première fois dans les trois exemples de LH III C, était de façonner une tête de taureau entièrement articulée. , à la fois comme élément décoratif et fonctionnel. Elle a parlé d'une « tradition continue à partir de LH III C, mais, inversant le consensus précédent, elle a supposé que les exemples de l'âge du fer descendaient de ceux du vase guerrier, ne dégénérant que plus tard en de simples doubles boucles d'argile. (7)

Oakeshott a qualifié les poignées du début de l'âge du fer de "très dégradées, faisant partie d'une "opération de maintien" et presque d'une retraite tactique. solide de peut-être 1050 avant JC (au plus tôt), mais il existe une lacune d'au moins 150 ans entre les poignées de tête de taureau LH III C développées et les premières doubles boucles connues, qu'elles auraient engendrées. De plus, de toutes les nombreuses poignées de l'âge du fer à partir de la période protogéométrique, seules les formes les plus développées de ca. 700 av. ont recommencé à ressembler à des têtes de taureau articulées et étaient "très similaires" à celles du vase guerrier. (9) Un vase de Chypre présente non seulement des anses "très similaires", mais aussi un oiseau similaire à ceux représentés sur le vase guerrier, la décoration de l'oiseau chypriote et les frises d'ornements de remplissage au-dessus de la poignée sont également "très similaire aux autres pots LH III C. (10) Les érudits de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ont attribué les mêmes dates au vase guerrier et au pot chypriote. Après que la chronologie égyptienne ait placé le premier au début du XIIe siècle, tandis que la chronologie chypriote indépendante a fixé le second au début du VIIe, « l'écart entre les produits chypriotes et le vase guerrier, dont ils sont typologiquement les plus proches, s'est creusé » par un demi-millénaire. (11)

Confronté à une lacune de 500 ans entre les exemples de poignées de tête de taureau «typologiquement les plus proches» et «très similaires», Oakeshott a suggéré «qu'une tradition continue a culminé dans cette région [Chypre] dans un renouveau. ” (12) Nous verrons bientôt que de nombreux chercheurs notent un renouveau des styles de poterie LH III C à Chypre et dans toute la Méditerranée orientale après un écart de 500 ans encore, Oakeshott, confronté à un écart d'au moins 150 ans, qui perturbe l'idée d'une « tradition continue » et observe les similitudes les plus étroites entre les poignées de tête de taureau entièrement développées du septième siècle (qui ont connu environ 350 ans d'évolution continue à partir de doubles boucles) et 500 ans plus vieux poignées (qui étaient tout aussi pleinement développées, mais semblent être apparues soudainement, et sans aucun précurseur vérifiable) était dans un dilemme. Elle a conclu qu'« il s'agit d'une caractéristique d'un grand intérêt que d'autres doivent élucider. » (13) Une révision chronologique de 500 ans non seulement élucide la caractéristique, mais élimine également les problèmes.

Les érudits du tournant du siècle, qui ont attribué les figures peintes du vase guerrier au septième siècle, l'ont fait à une époque où il y avait un consensus général sur le fait que la dernière poterie picturale mycénienne avait duré aussi tard.Après que la chronologie égyptienne ait poussé la fin de la civilisation mycénienne environ 400 ans plus tôt qu'ils ne le pensaient (et le vase guerrier 100 ans encore plus tôt), deux problèmes se sont posés, qui subsistent aujourd'hui. La première est que, au cours des siècles intermédiaires, il semble y avoir eu ce que JN Coldstream a appelé « l'obscurité du tabou sur la représentation figurée dans l'art grec ». le style figuratif l'a fait à la suite de l'expérimentation et "sans modèles antérieurs pour les guider", et parce qu'il considérait également ce renouveau artistique comme l'innovation la plus frappante du VIIIe siècle, (14) il faut expliquer comment le style de ca. 700 av. 1200 avant JC après une si longue rupture dans la tradition artistique. Le deuxième problème est de savoir pourquoi il y a eu une période de plusieurs siècles pendant laquelle les figures ont disparu de l'art, un phénomène qu'un observateur récent considérait à la fois comme « étrange » et « curieux ».

Malgré ces problèmes, les érudits modernes, comme Vermeule (16), voient encore des analogies entre les frises d'hommes sur le vase guerrier et celles sur la poterie du VIIIe siècle. Contrairement aux commentateurs précédents, qui ont également vu cette similitude, mais qui ont développé le premier à partir du second, les spécialistes modernes doivent voir le vase guerrier comme ca. 450 ans plus tôt et sans lien historique avec la poterie figurative du VIIIe siècle. O. W. von Vacano, comme ses prédécesseurs impressionnés par l'étroite similitude des soldats sur ce bol avec des personnages du VIIe siècle, a récemment parlé d'un « lien évident entre eux. (17) Si, cependant, 500 ans séparent vraiment le vase guerrier de la poterie plus récente, sans rien de semblable pour combler le vide, il y a, comme tout le monde l'a remarqué, une similitude "évidente", mais il ne peut y avoir aucune & #147lien,” évident ou autre.

Les lanciers du vase guerrier ressemblent non seulement aux hommes représentés sur la poterie protoattique du VIIe siècle de Grèce, mais, comme L. Woolley l'a justement noté, ils ressemblent également 'remarquablement' aux soldats peints sur des tuiles en terre cuite de Phrygie en Asie. Mineur, actuellement daté entre la fin du VIIIe siècle et le VIe (fig. 6) (18) En ce qui concerne l'art grec, on pourrait presque dire que les décorateurs de la poterie protoattique ont repris les dessins animaliers [et humains] là où leurs prédécesseurs de la fin de l'époque mycénienne s'était arrêtée. La similitude est très frappante.” (19) Avec 400 ans séparant la fin de l'un du début de l'autre, sans rien de comparable entre les deux, “la similitude est vraiment très frappante” !

F. Dümmler, “Bemerkungen zum ältesten Kunsthandelwerk auf griechischem Boden,” Ath. Gant. 13 (1888), p. 291 E. Pottier, “Observations sur la céramique mycenienne,” Revue Archéologique 28 (1896) pp. 20-21 idem, “Documents céramiques du Musée du Louvre,” Bulletin de la correspondance hellénique (désormais BCH), 31 (1907) p. 248, n. 1.

Potier, ibid. (1896), pp. 19-23 (1907), pp. 245-248 Walters, (1905), vol. I, p. 297-298.

Potier, ibid. (1896), bien que toutes ses considérations ne soient pas valables à des fins de datation.

S. Marinatos et M. Hirmer, Crète et Mycènes (New York, 1960) svp. 232-33 et légendes Lacy, (1967), p. 224.

D. Mackenzie, “Cretan Palaces and the Aegean Civilization III,” BSA, 13 (1906-07), p. 433.

O. Broneer, (1939), pp. 353-54 M. R. Popham et L. H. Sackett, Fouilles à Lefkandi, Eubée 1964-66 (Londres, 1968), p. 20, fig. 38-39 (de un autre “Vase Guerrier.” )

N. R. Oakeshott, “Horned-head Vase Handles,” JHS, 86 (1966), pp. 114-115, 121.

Pour les oiseaux LH III décorés de façon similaire, les arcs concentriques et les zigzags, voir A. Furumark, Poterie mycénienne (Stockholm, 1941) motifs 7.48-52 (esp. 49), 44.10 et 61.17-18 M. Ohnefalsch-Richter, dans son Kypros, la Bible et Homère [tr. S. Hermann] [Londres, 1893], pp. 36-37, 63-64) a reconnu depuis longtemps ces similitudes et d'autres avec la décoration LH III C.

J.N. Coldstream, (1968), pages 357, 28 et 350 respectivement.

E. Vermeule, (1972) p. 209 (approuvant le point de vue des autres).

O.W. von Vacano, Les Etrusques dans le monde antique (traduit par S. Ogilvie) (Bloomington, 1965) p. 81 cf. p. 88.

L. Woolley, Mésopotamie et Moyen-Orient (Londres, 1961) p. 166-168. Alors qu'il datait les tuiles de la fin du VIIIe siècle, E. Akurgal, (Phrygische Kunst [Ankara, 1955] p. 64, svp. 45-47 Die Kunst Anatoliens [Berlin, 1961] p. 100, pl. VII C) les assigne à la sixième, appréciation à laquelle M. Mellink (lettre du 31 octobre 1978) est d'accord. Quelle que soit leur véritable date et quelle que soit la région qui a influencé l'autre, les lanciers phrygiens ressemblent plus à l'art de la Grèce du VIIe siècle qu'à celui du VIIIe ou du VIe.


Histoire de l'art 1600

Au lieu de transposer toutes mes notes si près de la date du test, je vais simplement les parcourir et trouver les pièces qui se trouvent dans le guide d'étude et transcrire ce que j'ai sur ces pièces à partir de mes notes ou du cahier de texte. Je peux utiliser le manuel ou même Internet pour des pièces dont j'étais absent car elles n'ont pas été partagées par des camarades de classe sur la page Facebook.

Femme de Willendorf, 24 000 avant notre ère, Autriche
Calcaire, 4 pouces.

trouvé à Willendorf, Vienne. Calcaire. J'ai trouvé de la peinture à base d'ocre rouge, donc nous savons qu'elle a été peinte. Sculpture en ronde-bosse. Appelé à l'origine « Vénus de Willendorf », mais a changé parce que c'était grec ou autre et ce n'est pas le cas.

La silhouette est sinueuse, épaisse, le niveau de détail est assez étonnant. Accent sur les seins, le vagin, les rondeurs. La fertilité. Elle est grande parce que les femmes prennent du poids au niveau des hanches lorsqu'elles sont fertiles et cela signifie qu'elle est prête à avoir des enfants. Cela aussi aurait pu être un idéal de beauté de l'époque.

Pas le portrait d'une femme en particulier. Ces personnes vivaient en groupe et n'avaient pas une idée de l'individu comme nous. La chose sur sa tête pourrait être un chapeau.

La figurine ne mesure que 4 pouces, elle est petite, portable, les gens l'ont probablement emportée avec elles. Certains ont suggéré que cela faisait référence à une sorte de déesse, mais personne n'en est vraiment sûr. Les religions des déesses sont antérieures au christianisme et sont importantes à cette époque. Ce n'est que lorsque les religions occidentales que nous arrivons à des dieux masculins et des femmes éminents qui sont poussés vers le bas, etc.

Au paléolithique, les sculptures humaines étaient rares, et le plus souvent des femmes.

Grotte de Lascaux, homme à tête d'oiseau avec bison, 15 000 avant notre ère

cette pièce est au fond de la grotte et difficile d'accès. Le bison mesure 3 pieds et 8 pouces de long. Homme avec un masque d'oiseau et un bâton avec un oiseau dessus. Certains pensent que c'est du chamanisme. Les oiseaux jouent un rôle important dans les religions chamaniques, principalement parce que les oiseaux peuvent occuper 2 royaumes - la terre et les cieux. De plus, le bâton avec l'oiseau dessus – Les chamans en Sibérie utilisent toujours ce bâton. (regarder la culture contemporaine pour comprendre les cultures anciennes)

L'homme et le bison occupent-ils le même espace ? S'il s'agit d'un chaman, il pourrait avoir une sorte de vision. Le bison a été transpercé et éventré. Cela pourrait représenter un mythe, un présage/une vision pour une bonne chasse.

Stonehenge, 2750-1500 av. J.-C., Angleterre

Post & Lentil construction, débuts de l'architecture. Construit en continu. Avant Stonehenge, il y avait des poteaux en bois Woodhenge – placés en cercle. (Les Amérindiens avaient aussi des hangars à bois). Fonctionne comme un calendrier axé sur le soleil, utile pour une communauté agricole de savoir quand planter. Pierre de talon alignée avec la pierre d'autel et voici comment le soleil frapperait.

Les plus grosses pierres ont été prises à environ 23 milles de distance (pesaient jusqu'à 15 tonnes). L'eau peut avoir été utilisée pour déplacer des pierres. Les petites pierres (pierres bleues) ont probablement été amenées de 150 milles de distance. On pense que ces pierres provenaient d'une région avec une source et qu'ils croyaient que les pierres avaient des pouvoirs de guérison.

Des tumulus ont également été trouvés à Stonehenge. L'emplacement a probablement servi à des fins rituelles religieuses et à des fins de calendrier.

Sumérien, Visage de femme, 3300BCE-3000BCE, Uruk

8 pouces, sculpture en ronde-bosse, marbre (importé) (donc quelqu'un d'important). Très probablement la déesse Inanna, bien que certains pensent qu'il peut s'agir d'une prêtresse d'Inanna.

Le dos de la sculpture est plat, des trous pour les yeux, une ouverture sur la tête – était évidemment décorée et ornée. Probablement une perruque a été mise dessus, des coquilles dans les trous pour les yeux et une indentation des sourcils, vêtue des meilleurs tissus et probablement attachée à un corps en bois. La sculpture résidait probablement dans le temple et certains jours de l'année étaient exécutées par le prêtre.
Le peuple croyait qu'Inanna descendrait du ciel et rencontrerait les prêtres et le roi (les seules personnes qui pouvaient entrer dans le temple).

Inanna était la déesse de l'amour et de la guerre, liée à la fertilité, également importante pour l'agriculture.

La tête a été volée en 2003 au Musée national d'Irak mais a été restituée. Le pillage de cette nature est un gros problème, en particulier pendant la guerre, tout comme les dommages causés aux artefacts.

Sumérien, Figures votives, 2900-2600BCE

Trouvé dans un temple. On pense que ces figures ont été placées dans des temples debout devant une grande sculpture d'un dieu/déesse en adoration.

Posé : les mains jointes, levant les yeux, les yeux écarquillés. Ornement. Ayez l'air alerte, prêt à servir. Certains personnages tiennent de petites bouteilles pour les libations (liquide versé pour le dieu).

Les figurines ont été produites en série, allez les chercher au marché. Les riches pouvaient les faire commander. Ici, nous voyons des preuves d'une société stratifiée - les plus gros chiffres coûtent plus cher (riches), les plus petits coûtent moins cher. Mais les chiffres ressemblent à ceux des hommes : barbes, cheveux mi-longs, jupes, pas de chemise. femmes : robes avec épaule droite exposée. Certains personnages sont agenouillés. Forme conique – un trait stylistique sumérien. Sur pied. Les yeux écarquillés - certains disent que cela signifie qu'ils sont éveillés / alertes / vénérant tandis que d'autres pensent qu'un hallucinogène a été utilisé pour améliorer l'expérience religieuse.
Mais quelques variantes : homme chauve (probablement un prêtre). Certains ont écrit sur le fond, des messages aux dieux de vénération, de prière, de requêtes, etc.

Sumérien, Lyre à Tête De Taureau, 2550-2400BCE, Ur

Détail de Taureau, Détail de la façade

On croyait que des familles riches étaient enterrées dans ce cimetière. Des personnes ont été retrouvées enterrées sous terre dans ces tombes avec des objets créés à partir de matériaux précieux et importés

Découvert dans un cimetière royal (tombeau 878) par Leonard Wolley dans les années 1920&8217.

Fabriqué à partir de bois, décoré. Lapis-lazuli, or. La lyre est comme une harpe. ce n'est pas la seule lyre trouvée à Ur. En fait, sur la lyre, il y a une lyre jouée (indication d'importance). Utilisé dans les banquets royaux et les banquets funéraires.
Rappelez-vous pourquoi les taureaux sont si importants (nombreuses représentations dans l'art paléolithique et néolithique) – Force, virilité, fertilité, agriculture.

Registres contenant des scènes, les érudits débattent encore de ce qui est représenté ici. Certains disent que ce sont des scènes de l'épopée de Gilgamesh - une figure en particulier est liée à cette épopée (l'homme scorpion près du bas - il protège la terre des morts dans l'épopée de Gilgamesh.)

Akkadien, Stèle de Naram-Sin, 2220-2184BCE

6 pi 7 pouces, grès rose

Naram-Sin était le petit-fils de Sargon. Nom signifie “Bien-aimé du Dieu de la Lune”.

Commémore sa défaite des Lullubi. Inscrit deux fois - une fois pour la victoire de Naram Sin - puis à nouveau plus tard par un roi élamite qui avait repris la stèle comme butin après une victoire. (référence : livre)

L'assaut de la montagne, montre son lien avec les dieux. Naram-Sin est la figure la plus haute et la plus grande de la pièce (point focal, échelle hiérarchique)

Une ligne de masse est montrée sur cette image – c'est significatif. Le mouvement diagonal de la ligne de fond se déplace tout au long de la pièce, déplaçant l'œil, montrant l'action et le mouvement. Changement de composition et établissement du rythme - ceci est également accompli par la répétition des soldats derrière Naram-Sin. Les soldats montrent l'ordre tandis que l'ennemi est organisé de manière chaotique, montrant comment l'ordre surmonte le chaos.

((Infos sur les Sumériens))

  • Pas d'empire unifié – toutes les cités-états. Chaque cité-état avait son propre dieu/déesse et on croyait que cette dieu/déesse protégeait la cité-état et ses habitants. La religion devient très importante pendant cette période. Les villes construiront des temples élaborés pour leurs dieux/déesses afin de les rendre heureux. Les dieux ont fourni la fertilité (cultures, bébés, animaux).
  1. En bas : Esclaves (prisonniers de guerre)
  2. Paysans et ouvriers (travaillent dans les temples, aident les agriculteurs, etc.)
  3. Propriétaires
  4. Règle
  • Le souverain de la ville est une représentation du ou des dieu(x). Vous iriez à lui et en votre nom il irait aux dieux.
  • Les Sumériens sont appelés la culture des premiers : roue, charrue, irrigation, écriture.
  • L'écriture a commencé sous forme de pictogrammes, change au fil du temps. Devient en forme de coin (cunéiforme). L'écriture a d'abord été utilisée pour la comptabilité/l'économie (enregistrer des choses avec le commerce). D'autres cultures l'adoptent, appliquant leur langage à l'écriture. Les Sumériens sont connus pour leur littérature (Épopée de Gilgamesh). L'écriture cunéiforme sumérienne a été déchiffrée en 1857.
  • Gilgamish était un roi d'Uruk en 2750 avant notre ère. Des histoires à son sujet ont commencé à circuler après sa mort. La première version date de 2100 av. Lorsque d'autres cultures sont arrivées, ils ont pris l'épopée et l'ont traduit dans leurs propres langues. Les Assyriens en avaient un exemplaire dans leurs bibliothèques. L'histoire concerne essentiellement Gilgamesh et son compagnon. Son compagnon meurt & puis il part à la recherche de l'immortalité. Gilgamesh était un roi et était donc semi-divin.
  • Notez donc que les choses changent depuis la préhistoire avec l'avènement de la littérature. Cela nous donne également la première stèle.

Sumérien, Nanna Ziggurat, 2100-2050BCE, Ur
(Notes de book & facebook, pas de classe)

  • Ziggourat : pour construire haut
  • La base est une masse solide de brique de 50 pieds de haut. Les constructeurs ont utilisé des briques cuites posées dans du bitume (une substance semblable à l'asphalte) pour le revêtement de l'ensemble du monument. 3 escaliers en forme de rampe de 100 marches convergent vers une passerelle flanquée d'une tour. De là, un autre escalier menait probablement au temple proprement dit, qui n'existe plus.
  • Les temples étaient considérés comme des salles d'attente, où les dieux pouvaient venir.
  • Montre la puissance du sumérien, de leur roi et de leurs dieux.

Babylonien, Stèle d'Hammourabi, 1792-1750
(((Notes du livre)))

Contient le code de la loi d'Hammourabi écrit en akkadien – 3 500 lignes de caractères cunéiformes. Ces lois régissaient tous les aspects de la vie babylonienne, du commerce et de la propriété au meurtre, au vol et à la fidélité conjugale, aux héritages et au traitement des esclaves.
Emporté comme butin à Suse aux côtés de la stèle de Naram Sin.

Le haut est une représentation en haut-relief d'Hammourabi en présence de Shamash (le dieu du soleil aux épaules de flammes). Hammurabi (roi) lève la main en signe de respect. Le dieu lui tend la verge et l'anneau qui symbolisent l'autorité. Les symboles dérivent des outils des constructeurs (tiges à mesurer et corde enroulée) et évoquent la capacité du dirigeant à construire l'ordre social et à mesurer la vie des gens (c'est-à-dire à rendre des jugements et à appliquer les lois énoncées sur la stèle).

La stèle est également remarquable sur le plan artistique – le sculpteur a représenté Shamash dans la convention familière des vues de face et de côté combinées, mais à 2 exceptions importantes près – sa grande coiffe avec ses 4 paires de cornes est dans le vrai profil de sorte que seulement 4, pas les 8 paires de cornes sont visibles et l'artiste semble avoir provisoirement exploré la notion de raccourci. La barbe de Shamash est formée d'une série de lignes diagonales plutôt qu'horizontales, suggérant sa récession par rapport au plan de l'image, et le sculpteur a représenté le côté de son trône sous un angle.

Exemples de lois figurant sur la stèle :

  • Si un homme arrache l'œil d'un autre homme, son œil s'arrachera
  • S'il tue un homme esclave, il paiera un tiers de mina
  • Si quelqu'un vole des biens dans un temple, il sera mis à mort, de même que la personne qui reçoit les biens volés.
  • Si un homme loue un bateau et que le bateau fait naufrage, le locataire doit remplacer le bateau par un autre
  • Si une femme mariée meurt avant d'avoir eu des fils, sa dot sera remboursée à son père, mais si elle a donné naissance à des fils, la dot leur appartiendra.
  • Si la femme d'un homme est prise au lit avec un autre homme, les deux seront attachés et jetés dans l'eau.

Assyrien, Assurnasirpal II tuant des lions, 850BCE

Considéré comme une intrigue narrative nous racontant une histoire sur cette chasse. C'est ainsi que le roi montrait son pouvoir : les gens venaient et regardaient. Propagande politique.

(Renseignez-vous sur cette pièce lundi :( )

Assyrien, Assurbanipal et sa reine dans le jardin, 669-627 avant notre ère

  • Assurbanipal est allongé ici (et enveloppé dans une couverture), montrant non seulement qu'il est détendu, mais qu'il est puissant - la reine est assise, il est donc évidemment plus important. Les serviteurs à droite éventent le roi et deux éventent les ventilateurs de la reine pour plus de confort et pour éloigner les insectes. Des serviteurs qui tiennent à manger, elle boit, il mange – c'est là qu'ils viennent pour les loisirs.
  • Remarquez les plantes exotiques importées de pays étrangers.
  • Il y a une tête d'ennemi abattu qui nous rappelle le pouvoir du roi.

Début dynastique, Palette du Roi Narmer, 3000BCE

  • 2 pieds de haut, en ardoise (pierre)
  • Les palettes servaient à moudre le maquillage des yeux (qui servait à se protéger du soleil). Il s'agissait évidemment d'une palette de cérémonie plutôt que d'un usage quotidien. Palettes célébrait souvent Hathor, qui était une déesse de la beauté et la mère divinisée du pharaon.
  • Palette montre comment Narmer a réuni la Haute et la Basse Egypte.
  • Notez la couronne en forme de Papyrus & “Bowling Pin”. Le papyrus est un symbole de la Basse-Égypte, tandis que la couronne est un symbole de la Haute-Égypte.
  • Détail : Narmer frappe un ennemi

Début dynastique, Imhotep, pyramide à gradins, 2630-2611 avant notre ère

(Taille normale) (Schémas détaillés et ampères)

  • Tombeau de Djéser.
  • Ce sont les premières chambres funéraires après les Mastabas à un étage. La Pyramide à Degrés est une progression naturelle de Mastaba aux Pyramides complètes.
  • Il est possible que Djoser ait voulu quelque chose de plus grand et de plus important pour sa tombe, donc ce qu'Imhotep a conçu était une série de mastabas empilés qui servaient d'escalier que le pharaon monterait symboliquement pour rencontrer Ra dans le ciel dans son bateau solaire et entrer dans la vie après la mort.
  • On voit ici dans la pyramide, une référence au monticule qui est sorti des eaux du chaos (Ben Ben)
  • Cette pyramide fait partie d'un complexe entier qui comprend un temple funéraire (où serait la statue Ka de Djéser) – un endroit où les gens pourraient venir faire des offrandes au roi. La cour Heb-sed était également incluse. (ici (?) Tous les 13 ans, un festival célébrant le renouveau du roi avait lieu au cours duquel les dieux descendaient et approuvaient le règne continu du roi.) Ensuite, il y avait la Maison du Nord qui comprend les premières colonnes de l'histoire de l'art – ce sont des colonnes engagées conçues pour référencer le papyrus.

(Remarque : comparer la pyramide à degrés à la ziggourat : )

  • tous les deux ont l'idée d'aller vers le ciel
  • énorme et seul l'échelon supérieur est autorisé à l'intérieur.
  • pas d'escaliers physiques dans la pyramide à degrés réelle.
  • l'un rectangulaire et l'autre est en forme de pyramide
  • l'un pour l'adoration vivante et l'autre pour la mort

Ancien Empire, Pyramides de Gizeh (Khufu, Khafre, Menkaure)

(Vue aérienne du complexe de Gizeh et des détails)

Le complexe de Gizeh se compose de 3 grandes pyramides - les tombeaux de Khufu, Khafre et Menkaure.

Les pyramides, comme mentionné précédemment, font référence au Ben Ben, mais la forme était importante pour d'autres raisons : la forme triangulaire fait référence aux rayons du soleil et la construction de la pyramide est orientée vers les 4 directions cardinales pour aligner les pyramides avec le soleil levant et couchant.

Seul un roi pouvait être enterré dans une pyramide.

La construction a été faite par des citoyens (pas des esclaves) en tant que service civil pour les jeunes hommes recrutés dans les villes par le pharaon. C'était un peu comme avoir été repêché : vous aviez un endroit où vivre et on vous donnait des repas.

Construit en calcaire extrait de carrière, la pierre a été découpée avec des ciseaux en cuivre et des maillets en bois. Des morceaux de pierre étaient extraits de la carrière puis transportés par des ânes, des rouleaux de bois et des traîneaux, ou à la main par des hommes. Une fois que la pierre brute a atteint la pyramide, elle serait remodelée et polie pour s'adapter à sa place. Certains pensent que les rampes ont été utilisées à angle droit puis construites, tandis que d'autres pensent qu'il y avait une rampe construite autour de la pyramide puis construite.

Le Sphinx faisait également partie du complexe de Gizeh.

Pyramide de Khéops (2551-2528 avant notre ère)
450 pieds, la plus grande pyramide.
Khéops n'était pas très apprécié et beaucoup de ses statues Ka ont été détruites.

Pyramide de Khafré 2520-2494
(PAS D'INFORMATION ?? Demandez lundi.)

Pyramide de Menkaourê, 2490-2472 av.
La plus petite des 3 pyramides de Gizeh, probablement parce qu'elles manquaient de pierre et que les gens en avaient assez de faire ce dur labeur pour le roi. Ce type de tension a duré jusqu'à la fin des troubles civils de l'Ancien Empire, provoquant finalement l'effondrement de l'Ancien Empire après 500 ans.

Ancien Empire, Khafré intronisé, 2520-2494 avant notre ère


(Détail du dos et de l'amp)

  • 5 pi 6 po dyarite. avait l'air vert quand la lumière l'a frappé.
  • Trouvé dans le temple de la vallée
  • Khafré est assis, intronisé. Il porte la coiffe royale. Horus est derrière sa tête.
  • idéalisé

Ancien Empire, Grand Sphinx, 2520-2494 AEC

  • 65 pi x 240 pi, Grès.
  • Sculpté dans un éperon rocheux dans une ancienne carrière. Statue colossale – la plus grande du Proche-Orient ancien.
  • Placé devant la pyramide de Khafré, il est probable que le visage du pharaon sur le Sphinx soit Khafré. (Orné à l'origine d'une coiffe et d'une fausse barbe et d'un peint). Certains chercheurs pensent qu'il dépeint Khéops et a été sculpté avant le début de la construction du complexe de Khafré.
  • Quoi qu'il en soit, dépeint un dieu du soleil & était donc approprié pour un pharaon. La forme composite suggère que le Pharaon combine l'intelligence humaine avec l'immense force et l'autorité du roi des bêtes. (Du livre)
  • La Stèle au pied du Sphinx : Stèle de rêve de Thoutmosis IV. Il chassait un jour sur le plateau de Gizeh et il s'est endormi sous le Sphinx. Il fit un rêve au cours duquel le Sphinx lui proposa de faire de lui le prochain pharaon s'il le dépouillait du sable.

Ancien Empire, Triade de Menkaourê, 2490-2474 avant notre ère

  • 38 pouces, Graywlacke
  • Menkaure est la plus grande figure, (échelle hiérarchique).
  • A sa gauche, Hathor. A sa droite, une représentation anthropomorphe d'une province.
  • Nous savons que c'est Hathor parce qu'elle a les cornes et le disque solaire. (Elle est aussi parfois représentée comme une vache)
  • L'observation des pieds d'Hathor indique que le roi détient plus de pouvoir qu'elle. Bien qu'elle ait un pied en avant, le pied avant de Menukare est plus en avant que le sien.
  • Hathor et Menkaure se tiennent la main, montrant le lien du roi avec les dieux. La Province ne tient pas la main de Menukare, ce qui signifie qu'elle est la moins puissante. Ses pieds sont également joints, montrant que ses deux pieds sont sur terre.
  • Les égyptologues croyaient que chaque province avait une triade comme celle-ci - lorsque vous avez observé cela, vous vous êtes souvenu que le pharaon, ainsi que les dieux et les déesses régnaient sur vous. Chaque province peut avoir un gouverneur mais c'est le roi qui règne (tenir la main d'Hathor un pied au ciel, un pied sur terre).
  • Menukare notamment est coiffé de la couronne de haute Egypte (en forme de quilles).
  • Hathor est connue comme la mère du Pharaon, donc cela peut aussi avoir quelque chose à voir avec la raison pour laquelle ils se tiennent la main aussi.

Empire du Milieu, Statue assise de Mentuhotep II, 2055BCE-2004BCE

  • Statue Ka en pierre calcaire.
  • Trouvé dans sa tombe funéraire à Deir El Bahri. (tombeau construit dans les falaises).
  • Visage et corps peints en noir, bras croisés faisant référence à Osiris. Lorsque le soleil frappe la statue noire, elle semble verte - également une référence à Osiris. (Comme la statue Ka de Kaphre en dyrite)
  • Coiffé de la couronne rouge de Basse-Égypte, assis, intronisé.
  • Mentuhotep est important car il a réuni la Haute et la Basse Egypte après l'effondrement de l'Ancien Empire. Plus tard, les pharaons se référeront à lui.

Empire du Milieu, Amon reçoit Senusret I, 1965BCE-1920BCE

  • Senusret I a commencé la construction du temple de Karnak à Louxor auquel chaque pharaon après lui contribuera plus tard.
  • Cette pièce, située dans la Chapelle Blanche à Karnak est une scène de présentation. Amon le reçoit en tenant un Anhk à sa bouche. Derrière Senusret, nous avons le dieu Montou (tête de faucon, coiffe avec disque solaire et deux panaches dépassant, le reliant à Amon. Notez que Montou prend également les caractéristiques d'Horus). Notez que Montu a son bras autour de Senusret, montrant à nouveau le lien entre le Pharaon et les Dieux.
  • Senusret, représenté en perspective tordue (ou vue composite) a la couronne blanche de Haute-Égypte, un maillet dans une main et un bâton dans l'autre. Le maillet est une référence à la guerre.
  • Notez la cartouche qui contient le nom de Senusret.

Empire du Milieu, chef de Senusret III, 1874BCE-1855BCE

  • Senusret III était important en raison de ses expansions militaires. Il a étendu le royaume dans la région de la Palestine.
  • Je ne suis pas tout à fait sûr de la section de mes notes qui fait référence à cette pièce, mais j'ai quelques notes intitulées "Une autre représentation de Senusret III" qui, je pense, pourrait concerner cette pièce, donc je vais les utiliser et lui demander à ce sujet lundi.
  • Les sculptures de cette époque étaient remarquables en raison du passage de personnes idéalistes, jeunes et puissantes à des personnes plus naturelles qui affichaient des émotions. Il existe différentes théories sur les raisons pour lesquelles Senusret a l'air vieux et triste ici - certains disent que c'est simplement du naturalisme et c'est à quoi il ressemblait vraiment (il a vieilli pendant qu'il régnait) tandis que d'autres pensent qu'il a l'air triste comme un reflet de la chute de l'empire après la première période intermédiaire - un événement que les Égyptiens n'ont jamais oublié. (Même dans la littérature, vous avez beaucoup parlé de la première chute d'Égypte.)
  • Fait de pierre.

Nouvel Empire, Temple funéraire, Deir El-Bahri, 1479-1458 avant notre ère

(Du livre)
Temple funéraire d'Hatchepsout.

  • Hatchepsout est la première grande femme monarque dont le nom est enregistré. Elle était la régente de Thoutmosis III, mais se proclama pharaon au bout de quelques années, allant même jusqu'à prétendre que son père l'avait choisie de son vivant pour lui succéder.
  • Des reliefs peints racontant sa naissance divine (Dit être la fille du dieu Amon-Rê - un sanctuaire auquel était situé le niveau le plus élevé du temple) et des réalisations importantes ornaient son immense temple funéraire.
  • Le temple s'élève du fond de la vallée en trois terrasses à colonnades reliées par des rampes sur l'axe central. Les longues horizontales et verticales des colonnades et leur rythme de lumière et d'obscurité reprennent le motif des falaises calcaires au-dessus. Les piliers de colonnade, qui sont soit simplement rectangulaires, soit <i>chamfer</i> (biseautés ou aplatis sur les bords) en 16 côtés, sont bien proportionnés et rythmés.
  • Les terrasses étaient à l'origine des jardins contenant des arbres à encens et des plantes rares apportées par le pharaon.

Nouvel Empire, Hatchepsout en tant qu'Osiris, 1479-1458 avant notre ère

(Dézoomer)
(pas d'info, posté sur le groupe facebook pour demander des infos.)

Nouvel Empire, Hatchepsout intronisé, 1479-1458 avant notre ère

(pas d'info, posté sur le groupe facebook pour demander des infos.)

Nouvel Empire, Amenhotep III avec les dieux, 1390-1352


(pas d'info, posté sur le groupe facebook pour demander des infos.)


Nouvel Empire, Statue colossale d'Akhenaton, 1352-1336

  • 13 pieds de haut, grès.
  • Ceci a été créé pour montrer la puissance d'Akhenaton.
  • Akhenanton a apporté des changements importants à la fois à la religion de l'Égypte ancienne ainsi qu'à son style artistique et au canon utilisé pour représenter les images. Les statues deviennent plus courbées avec des visages plus longs qui sont idéalisés. Bien que ces changements ne soient pas aussi abrupts que les égyptologues auraient pu le croire, ils sont toujours importants. Il conserve d'anciennes conceptions stylistiques telles que l'utilisation de l'escroc et du fléau, de la fausse barbe et de la coiffe, mais les changements visuels sont frappants et étonnants. Ce style d'art est appelé la période Armana.
  • Les changements religieux étaient encore plus importants et drastiques. Autrefois une religion extrêmement monothéiste, Akhenaton a abandonné (et carrément interdit) le culte de tous les dieux, et s'est plutôt concentré sur un dieu nommé Aton (ou Aton, selon le manuel), représenté par un disque solaire (significatif car tous les dieux avant cela étaient représentés sous forme animale ou humaine). Il alla jusqu'à rayer le nom d'Amen des inscriptions et vida les grands temples, enrageant les prêtres. Il a également déplacé la capitale en aval de Thèbes vers un site qu'il a nommé Akhetaton (Akhetaton selon le livre) (du nom du dieu Aton). Akhetaton s'appelle maintenant Armana.

Nouvel Empire, Akhénaton et sa famille, 1352-1336

  • 15 pouces, calcaire, relief creux.
  • C'est la première fois qu'un portrait de famille comme celui-ci est vu. La famille est montrée dans une scène domestique. Les gens en auraient chez eux.
  • Notez que la coiffe de Néfertiti est similaire à la coiffe de la basse Egypte.
  • L'Aton est au sommet, mais la famille est le point central. Les rayons d'Aton descendent, se terminant par les mains comme il est normalement représenté, mais notez que les rayons devant Néfertiti et Akhenaton se terminent par ankhs, signifiant vie et pouvoir - le dieu donne littéralement vie et pouvoir au pharaon et sa femme. Un cobra était à l'origine à l'intérieur du disque solaire d'Aton, mais il n'y est plus.
  • Notez que le petit trône sur lequel Néfertiti est assise est fait de lotus et de papyrus, symboles de la haute et basse Egypte.
  • Il y a ici un thème représentant le pouvoir régnant presque égal du roi et de la reine qui n'a jamais été vu auparavant. La famille royale est aussi importante que le pharaon et les dieux ici.

(À propos du pharaon Toutankhamon)

  • Dirigé de 1333 à 1323
  • Fils d'Akhenanten et d'une femme mineure. Son nom de naissance était Toutankhaton – “image vivante du disque solaire,” mais comme l'Egypte est revenue à la religion traditionnelle après le règne d'Akhenaton, son nom a été changé en Toutankhamon (image vivante d'Amen).
  • Il y aura encore des vestiges du style artistique Armana, malgré tous les changements qui sont entrés en vigueur après la mort d'Akhenaton.
  • Pendant son règne, la capitale s'est déplacée vers le sud d'Akhetaton à Thèbes (près de Karnak). Cela signifie un retour à la construction du temple de Karnak, y compris la réparation des dommages causés au temple par Akhenaton.
  • Il est devenu roi à l'âge de 8 ans et est décédé à 19 ans. Il y a un débat sur la façon dont il est mort. Les théories incluent le meurtre, l'infection d'une jambe cassée et les maladies cardiaques. Nous en savons beaucoup sur Toutankhamon en raison de la quantité de trésors retrouvés intacts dans sa tombe. Il était, cependant, un pharaon mineur dans l'histoire de l'Égypte, alors imaginez, sur cette base, combien de trésors se trouvaient probablement dans les temples pillés comme Gizeh.
  • La tombe de Toutankhamon a été découverte en 1922 par Howard Carter (égyptologue) dans la Vallée des Rois à Thèbes. Tous les pharaons du Nouvel Empire (à l'exception d'Hatchepsout) seront enterrés ici dans des tombes taillées dans la roche dans les falaises et sous terre.

Nouvel Empire, Masque de Toutankhamon, 1333-1323

  • 1 pied, 9 pouces. Or, lapis lazuli & pierres semi-précieuses.
  • C'est un masque mortuaire qui a été retrouvé sur son corps. Notez que le visage n'est pas allongé comme les statues et les représentations d'Akhenaton. Il y a un retour à la représentation jeune et idéalisée du Pharaon (bien que Toutankhamon soit très jeune).
  • Le cobra sur le dessus est une référence à Ouadjet, une très ancienne déesse du soleil et déesse de la Basse-Égypte.
  • Ce masque ne voyage plus par peur du vol et des dommages.

Nouvel Empire, trône du roi Toutankhamon, 1333-1323

(Détail)

  • 40 pouces. Bois, feuille d'or et argent.
  • Le détail au dos de la sculpture est un portrait de famille dans le style Armana. Il montre Toutankhamon avec sa femme, qui le frotte avec de la lotion. C'est évidemment une scène de famille. L'Aton est représenté en arrière-plan, y compris le cobra et les rayons du soleil. Sa femme porte une coiffe à plumes. Il y a aussi une référence au lotus et au papyrus sur le trône illustré sur lequel Toutankhamon est assis, tout comme le trône de Néfertiti dans le portrait d'Akhénanten et de sa famille.
  • Notez également les lions et les pattes de lion vus précédemment sur la sculpture de Kaphre.

Nouvel Empire, Livre des Morts (Hunefer), 1285 avant notre ère

Il s'agit d'un récit continu. Les scènes sont les suivantes :

  • Anubis tient Hunefer par la main.
  • Anubis pèse le cœur de Hunefer
  • Thot enregistre ce qui se passe
  • Horus présentant Hunefer à Osiris
  • Devant Osiris sont assis ses 4 fils sous forme de jarres canopes, tandis que derrière lui se tiennent Isis & Nepthys.

A propos du Livre des Morts :

  • Aussi appelé le “Book of Going Forth by Day” (Le soleil s'avance le jour, vous aussi.)
  • Au cours de l'Ancien Empire, les textes des pyramides étaient inscrits sur les murs des tombes. Au Moyen Empire, il y avait des textes de cercueil. Maintenant, dans le Nouvel Empire, nous avons Le Livre des Morts. Les sorts sont maintenant sur papyrus - certains mesuraient jusqu'à 70 pieds de long. Les rouleaux ont été enroulés et placés entre les jambes du cadavre momifié.
  • Les sorts étaient ensuite utilisés par l'esprit de la personne décédée au cours de son voyage. Certains de ces sorts étaient également transformateurs, permettant à l'utilisateur de se transformer en d'autres êtres, généralement des animaux (serpent, faucon) mais aussi des choses comme le lotus. C'est peut-être aussi l'objet du Sphinx. Bien sûr, le défunt veut avoir toutes les possibilités lorsqu'il est mort à cause de tout ce qu'il peut rencontrer au cours de son voyage.
  • Ce n'est pas comme la Bible où il y a un canon défini – lorsqu'une personne a commandé son Livre des Morts, elle avait des sorts et des passages à choisir parmi lesquels elle voulait inclure. Même les citoyens de la classe moyenne ont fini par commander leurs propres livres.

Afrique, Nok, Tête, 500BCE-200CE

  • 8 pouces, terre cuite.
  • La première sculpture de Nok a été découverte près de la petite ville de Nok en 1983, et c'est ainsi que le nom a été inventé. Nous n'avons aucune idée de ce que les personnes qui les ont créées se sont appelées – ils n'avaient pas de langue écrite.
  • L'instructeur a d'abord dit qu'ils avaient été trouvés dans toute l'Afrique, mais il s'est ensuite contredit et a déclaré qu'ils avaient tous été trouvés au Nigeria. (Je lui demanderai à ce sujet lundi)
  • Ils ont été trouvés près des rivières, ce qui complique les choses pour les archéologues, car nous ne savons pas comment ils ont été utilisés à l'origine ni où ils ont été placés. Ils se sont probablement déplacés avec les inondations et l'érosion.
  • Le fond est cassé - il s'agissait probablement d'une sculpture complète avec un corps plus petit que la tête, mais aucun corps ni aucune sculpture complète n'ont été trouvés. Il est également possible que les corps soient en bois et n'aient pas été conservés. Les têtes auraient été plus grosses (et potentiellement fabriquées dans un matériau plus durable, car cette culture mettait probablement l'accent sur la tête, tout comme les Yoruba qui vivent dans la région le font maintenant. Les Yoruba croient que la tête est le plus important. partie du corps, et ainsi mettre l'accent sur elle dans leur art.)
  • On pense que ces figurines auraient pu être enterrées dans ou à proximité de sanctuaires ou de tombes ou simplement placées à l'intérieur d'eux. Il est probable qu'ils étaient constitués de membres de la royauté ou de dieux, bien que l'accent soit mis sur la vénération des ancêtres dans la culture Yoruba actuelle, ainsi que dans de nombreuses cultures à travers l'Afrique. (La royauté serait particulièrement importante pour les ancêtres, importante pour garder leur mémoire vivante. Les gens se rendraient également dans les sanctuaires et leur demanderaient des choses, telles que la fertilité ou les récoltes.) Il est également possible que ces personnages aient été ornés et apportés lors de festivals comme nous l'avons vu dans d'autres cultures auparavant (Égypte, Proche-Orient et Yoruba contemporain).
  • Cette sculpture contient des traits stylistiques spécifiques à Nok : yeux triangulaires à l'envers, sourcils striés, nez large, bouche ouverte. Les yeux pour les trous, les narines et la bouche étaient probablement pour le processus de cuisson et sont également un trait stylistique. Remarquez les cheveux - cela reflétait les cheveux que les gens avaient à l'époque.
  • On pense que ces têtes ont été fabriquées à l'aide d'une méthode soustractive parce que les Nok étaient un peuple sculpteur sur bois, comme le sont les cultures contemporaines au Nigeria. On croyait aussi qu'ils avaient une tradition de masquage. Cependant, le bois se détériore, donc nous n'avons plus rien de ces choses aujourd'hui.

(À propos des Yoruba)

Les Yoruba sont le plus grand groupe ethnique d'Afrique et leur culture s'est répandue dans le monde entier. Ils ont été fortement touchés par la traite négrière, ce qui a également contribué à diffuser leur culture à travers le monde. (y compris les États-Unis et les Caraïbes).

Religion : Santeria. À l'intérieur de cela, nous avons l'idée des Orishas (esprits). Les sprites peuvent être des ancêtres divinisés ou des forces naturelles personnifiées (parfois les deux). De plus, l'idée de vénération des ancêtres est maintenue, y compris d'avoir un sanctuaire familial. La religion change et évolue constamment et n'a pas de dogme défini. Aujourd'hui encore, la religion varie d'un village à l'autre.

Capitale : ileife, d'environ 1200 ce – 1400 ce. Il y avait beaucoup de provinces de puissance et d'ampères.C'est encore une ville aujourd'hui, bien qu'elle ne fasse pas encore partie de ce puissant royaume Yoruba. Il a été fortement impacté par la traite des esclaves, qui a en quelque sorte tout gâché lorsqu'elle a frappé. Toutes les villes yorubas sont circulaires, avec le palais du roi au centre et tout ce qui l'entoure.

Mythe de la création yoruba : Dieu Olodumare (dieu suprême) ordonne à Obatala (dieu créateur) de créer la vie. A cette époque, le monde était recouvert d'eau, Obatala a pris une coquille d'escargot avec de la terre et un poulet. La terre a été versée sur l'eau et le poulet l'a répandue tout autour. Obatala crée Ileife & cela devient sa ville (dieu patron). D'autres dieux créent leurs propres villes.

Dans toutes les religions africaines, vous avez cette idée d'un dieu suprême (premier moteur) qui commence tout, mais une fois qu'il demande à un autre dieu de créer la vie, il s'en va et les humains n'ont plus d'interaction avec lui. Vous avez des Orishas comme intermédiaires.

Avec les Yoruba, on a des tonnes de têtes aussi, surtout en cette période.

Afrique, Yoruba, Tête d'Oni, 11-12ème siècle

  • Oni signifie roi.
  • 1 pied de haut, laiton. Méthode de moulage à la cire perdue (qui a commencé en Asie).
  • La méthode Lost Wax Casting est une procédure très avancée qui a pris beaucoup de temps - bien sûr, elle ne sera utilisée que pour le roi en raison de ce processus de création intensif.
  • Trouvé enterré avec d'autres objets en laiton à l'arrière du palais du roi.
  • On pense que cela a été utilisé lors de certaines cérémonies. Encore une fois, le roi est un ancêtre très important auquel ils voudraient plaire. Alors ils le sortiraient orné d'une coiffe, vraisemblablement sur un corps en bois (emphase sur la tête)
  • Notez les lignes sur le visage - au début, les historiens pensaient qu'il s'agissait d'une représentation de scarification, mais remarquez les trous sur le dessus Il s'agissait probablement d'une coiffe que la tête portait, un peu comme le Yoruba Oni contemporain
  • On croyait que l'Oni était très puissant - sa voix est puissante et vous ne pouvez pas le regarder dans les yeux, il est donc complètement couvert.
  • Naturalisme idéalisé – a l'air jeune (chair sur le visage, yeux nez bouche oreilles -réalisme). Lorsque les Occidentaux ont découvert ces têtes pour la première fois, ils ne croyaient pas que les gens de cette région les avaient faites. (Darwinisme social)

Égée (Îles Cyclades), joueur de lyre masculin, 2700-2500 avant notre ère

9 pouces de haut, marbre
(Du livre)

Les figurines masculines cycladiques les plus élaborées prennent la forme de ces musiciens assis. La signification de toutes les figurines cycladiques est insaisissable, mais ce musicien assis peut jouer pour le défunt dans l'au-delà. La statuette présente les mêmes formes géométriques simples et les mêmes plans plats que les autres figurines de cette période. Pourtant, l'artiste a montré un vif intérêt à enregistrer la forme élégante de ce qui devait être un bien précieux : la harpe avec un ornement en bec de canard ou en tête de cygne au sommet de sa caisse de résonance. (Les instruments à tête d'animal sont bien documentés dans la Mésopotamie et l'Égypte contemporaines.)

Il y a une absence de documents écrits en Grèce à cette date, comme partout ailleurs à l'époque préhistorique. Ceci, ajouté au manque d'informations sur l'endroit où beaucoup de ces pièces ont été trouvées et dans quel contexte, rend difficile la détermination de leur signification exacte. Il est probable, en fait, qu'une même forme ait pris un sens différent dans des contextes différents

Pour comprendre le rôle que cette œuvre ou toute autre œuvre a joué dans la société ancienne - dans de nombreux cas, même pour déterminer la date et le lieu d'origine d'un objet - l'historien de l'art doit savoir où la pièce a été découverte. Ce n'est que lorsque le contexte d'une œuvre d'art est connu que l'on peut dépasser l'appréciation de ses qualités formelles et commencer à analyser sa place dans l'histoire de l'art et dans la société qui l'a produite.

L'extraordinaire popularité des figures cycladiques au cours des dernières décennies a eu des conséquences fâcheuses. Des chasseurs de trésors clandestins, désireux de répondre aux demandes insatiables des collectionneurs modernes, ont pillé de nombreux sites et fait sortir clandestinement leurs trouvailles de Grèce pour les vendre au plus offrant sur le marché international. Des cimetières et des villes préhistoriques entiers ont été détruits en raison de la haute estime dans laquelle ces sculptures sont aujourd'hui tenues. Environ 10% des statuettes en marbre des Cyclades connues proviennent d'un contexte archéologique sécurisé - la plupart des autres pourraient être des contrefaçons produites après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les développements de l'art moderne ont favorisé une nouvelle appréciation de ces interprétations abstraites de l'anatomie humaine et créé un boom de la demande de “Cycladica” parmi les collectionneurs.

Minoan, jeune fille cueillant des fleurs, 1700-1450BCE

(Aucune information fournie)

Minoan, femme aux serpents, 1700-1450 avant notre ère

1 pi, 1 1/2 pouce de haut, faïence (silicate opaque à faible cuisson)
(Du livre)

  • (Populairement connu sous le nom de) Déesse Serpent, du palais de Knossos (Crète), Grèce.
  • L'une des trouvailles les plus fictives du palais de Knossos.
  • Reconstruite à partir de plusieurs pièces, c'est l'une des nombreuses figurines similaires qui, selon certains érudits, pourraient représenter des préposés mortels plutôt qu'une divinité, bien que les seins bien exposés suggèrent que ces figurines se situent dans la longue lignée d'images de fertilité préhistorique généralement considérées comme des divinités.
  • Les serpents dans ses mains et le félin sur sa tête impliquent qu'elle a un pouvoir sur le monde animal approprié pour une divinité.
  • La formalité de la figure rappelle la statuaire égyptienne et proche-orientale, mais le costume avec son corsage ouvert et sa jupe à volants est distinctement minoen. Si la statuette représente une déesse, comme cela semble probable, c'est encore un autre exemple de la façon dont les humains façonnent leurs dieux à leur image.

Minoan, Vase Moissonneur, 1700-1450BCE

  • Plus grand diamètre – 5 pouces, stéatite, à l'origine avec feuille d'or.
  • Ce vase est le plus bel exemple de sculpture en relief minoenne. Seule la moitié supérieure du corps en forme d'œuf et le col du récipient sont conservés. Il manque les parties inférieures des moissonneuses et le sol sur lequel elles se tiennent, ainsi que la feuille d'or qui couvrait à l'origine les figures en relief
  • Les scènes de semis et de récolte étaient des éléments de base de l'art funéraire égyptien, mais l'artiste minoen a évité la répétition statique en faveur d'une composition qui éclate avec l'énergie de ses personnages caractérisés individuellement.
  • Représenté est une foule déchaînée chantant et criant alors qu'ils vont ou reviennent des champs. L'artiste a capturé de manière vivante le mouvement en avant et l'exubérance des jeunes.
  • Bien que la plupart des figures se conforment à la convention séculaire des vues combinées de profil et de face, le sculpteur a distingué une figure de ses compagnons. Il agite un hochet pour battre le temps et l'artiste l'a représenté de profil avec ses poumons si gonflés d'air que ses côtes laissent apparaître. C'est l'un des premiers exemples de l'histoire à représenter la structure musculaire et squelettique sous-jacente du corps humain. C'est une réalisation remarquable, surtout compte tenu de la petite taille du vase. Tout aussi remarquable est la façon dont le sculpteur a enregistré la tension et le relâchement des muscles du visage avec une exactitude étonnante, non seulement pour le chef au hochet, mais aussi pour ses 3 compagnons. Ce degré d'animation du visage humain est sans précédent dans l'art antique.

Mycénienne, Masque d'Agamemnon, 1600-1100 avant notre ère

  • 1 pied de long, or.
  • L'or a été pris et battu par derrière pour créer ce relief.
  • L'homme qui a trouvé ce masque (l'anthropologue Heinrich Schliemann) était un homme d'affaires et un archéologue amateur. Il est venu dans la région à la recherche des restes d'Agamemnon, le roi légendaire qui a dirigé les forces grecques lors de la bataille de Troie. Personne ne sait vraiment si Agamemnon a réellement existé - ils croient maintenant qu'ils ont trouvé la ville de Troie en Turquie. Mais Schliemann a dit que c'était Agememnon, donc il a été accepté à l'époque que c'était de qui il s'agissait.
  • Les érudits reconnaissent maintenant que cet artefact date de 300 ans pour être Agememnon.
  • Certains disent aussi que des choses ont été ajoutées au masque, comme la moustache et les grandes oreilles.
  • Il s'agissait d'un masque funéraire, il était donc placé sur le visage de quelqu'un lorsqu'il était enterré. Il est beaucoup plus petit que le masque de Toutankhamon, un mouvement notable vers le naturalisme, où ils essaient de couvrir le visage plutôt que de fabriquer un masque colossal.
  • Paléolithique - Vieil âge de pierre…. Groupes de chasseurs, déplacés
  • Néolithique-Nouvel âge de pierre… L'agriculture et la colonisation ont commencé
  • Méthode de sculpture à haut relief où plus de la moitié du sujet est projeté depuis l'arrière-plan
  • Méthode Low Relief-Carving avec une faible profondeur globale.
  • Soulagement en contrebas - Le sujet est sculpté dans l'arrière-plan
  • Chaman - Une personne qui pourrait communiquer avec l'autre monde/Dieux. Premier type de croyances religieuses.
  • Poteau et linteau - Deux barres vers le haut, de l'autre côté…. Comment Stonehedge a été construit
  • Zone Mésopotamie-Moyen-Orient que nous avons étudiée impliquant les Syriens, les Sumériens et les Babyloniens. Signifie « La terre entre deux rivières », également connue sous le nom de croissant fertile.
  • Perspective tordue-où une partie du corps est de profil tandis que l'autre partie est en vue frontale & #8230. Très commun dans l'art égyptien. Également appelée “vue composite”.
  • Hiérarchie d'échelle-L'importance d'un objet dans une pièce est indiquée en taille. Plus c'est important, plus c'est gros
  • Esprit Ka-égyptien…. C'est ce qui a voyagé dans l'au-delà. Il y avait beaucoup de statues faites pour le ka des pharaons.
  • Mastaba-Premier type de tombe pour les Pharohs & #8230 Squared off top.
  • Rock Cut Tomb- chambres funéraires construites dans le mur d'une montagne
  • Nécropole - Grand lieu de sépulture pour de nombreuses personnes & #8230Mensuel & #8220Ville des morts.
  • Maat-Le mot égyptien pour la vérité et l'ordre. Maat était également personnifiée comme une déesse régulant les étoiles, les saisons et les actions des mortels et des divinités, qui ont établi l'ordre de l'univers à partir du chaos au moment de la création. Le travail qu'elle était souvent représentée en train de faire consistait à peser le cœur du défunt tel qu'il était jugé à sa mort. Si le cœur était plus lourd (avec le mal ou les méfaits) que sa plume, il était consommé par Ammit (une bête avec la tête d'un crocodile, les pattes avant et le corps de lion ou de léopard, et les pattes arrière d'un hippopotame). Si le cœur était plus léger que sa plume, le défunt était autorisé à continuer dans l'au-delà.
  • Style Amarna - Changement de style de l'art égyptien, pendant le règne d'Akhenaton. Nommé d'après la région actuelle d'Armana où se trouvait la capitale d'Akhenaton, Akhetaton se trouvait autrefois.
  • Repousse- Type de travail en métal où vous faites un renversement de la forme sur le dos. Voir masque funéraire
  • Ethnoarchéologie-L'étude du passé à travers les cultures actuelles.
  • Idéalisme – Quand une pièce est dessinée//créée davantage pour correspondre à l'image idéale qu'à la réalité/la vérité

(Sierra a eu la gentillesse de fournir les définitions des termes clés. J'ai développé quelques-uns d'entre eux, mais le mérite lui revient vraiment. Merci.)


Fichier:Vase Harvester, stéatite, Agia Triada, 1450 BC, AMH, 145139.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant20:36, 7 novembre 20164 341 × 2 894 (9,71 Mo) Zde (discuter | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Vues disponibles

Jgc-0937 Connectez-vous pour commander cet article ! La description: Vue d'ensemble, avec la moissonneuse regardant par-dessus son épaule Vendeur: Saskia, Ltd. Droits d'auteur de l'image : (C) Dr Ronald V. Wiedenhoeft Jgc-0938 Connectez-vous pour commander cet article ! La description: moissonneuses bouches ouvertes Vendeur: Saskia, Ltd. Droits d'auteur de l'image : (C) Dr Ronald V. Wiedenhoeft Jgc-0939 Connectez-vous pour commander cet article ! La description: moissonneuse tenant un sistre Vendeur: Saskia, Ltd. Droits d'auteur de l'image : (C) Dr Ronald V. Wiedenhoeft Jgc-0940 Connectez-vous pour commander cet article ! La description: le chef vêtu d'une robe à franges Vendeur: Saskia, Ltd. Droits d'auteur de l'image : (C) Dr Ronald V. Wiedenhoeft

La véritable histoire de « l'État libre de Jones »

Avec deux rats terriers au trot sur ses talons et un long bâton en bois à la main, J.R. Gavin me conduit à travers les bois jusqu'à l'une des vieilles cachettes des marais. Grand homme blanc avec une voix traînante du Sud, Gavin a une présence sévère, des manières gracieuses et des yeux maussades intenses. Au début, je l'ai pris pour un prédicateur, mais c'est un ingénieur en électronique à la retraite qui écrit des romans auto-publiés sur l'enlèvement et l'apocalypse. L'un d'eux s'intitule Sal Batrée, après l'endroit qu'il veut me montrer.

Je suis ici dans le comté de Jones, Mississippi, pour respirer les vapeurs historiques laissées par Newton Knight, un pauvre fermier blanc qui a mené une rébellion extraordinaire pendant la guerre civile. Avec une compagnie d'hommes blancs partageant les mêmes idées dans le sud-est du Mississippi, il a fait ce que de nombreux sudistes considèrent maintenant comme impensable. Il a mené une guerre de guérilla contre la Confédération et a déclaré sa loyauté à l'Union.

Au printemps 1864, la Knight Company renverse les autorités confédérées du comté de Jones et hisse le drapeau des États-Unis au-dessus du palais de justice du comté d'Ellisville. Le comté était connu sous le nom de État libre de Jones, et certains disent qu'il a fait sécession de la Confédération. Cet épisode peu connu et contre-intuitif de l'histoire américaine est maintenant porté à l'écran dans État libre de Jones, réalisé par Gary Ross (Seabiscuit, Les Hunger Games) et mettant en vedette un Matthew McConaughey crasseux et débraillé dans le rôle de Newton Knight.

Knight et ses hommes, dit Gavin, accrochant une énorme toile d'araignée avec son bâton et m'avertissant de faire attention aux serpents, "avaient un certain nombre de cachettes différentes. Les vieux l'appellent Sal Batree. Sal était le nom du fusil de chasse de Newt, et à l'origine c'était la batterie de Sal, mais il s'est corrompu au fil des ans.

Nous atteignons un petit promontoire entouré sur trois côtés d'un lac marécageux bordé de castors et caché par des quenouilles et des roseaux de 12 pieds de haut. "Je ne peux pas en être certain, mais un homme de 90 ans nommé Odell Holyfield m'a dit que c'était l'endroit", dit Gavin. “Il a dit qu'ils avaient une porte dans les roseaux qu'un homme à cheval pouvait traverser. Il a dit qu'ils avaient un mot de passe et que si vous vous trompiez, ils vous tueraient. Je ne sais pas à quel point cela est vrai, mais un de ces jours, je viendrai ici avec un détecteur de métaux et je verrai ce que je peux trouver.

Sur sa propriété, J. R. Gavin, du comté de Jones, signale un site qui était une cachette pour Newt Knight. « Les confédérés ont continué à envoyer des troupes pour anéantir le vieux Newt et ses garçons », dit Gavin, « mais ils se sont simplement fondus dans les marécages. » (William Widmer)

Nous contournons les rives du lac en passant devant des souches d'arbres rongées par des castors et des fourrés aux allures de serpent. Atteignant un terrain plus élevé, Gavin pointe à travers le marais vers divers points de repère locaux. Puis il plante son bâton au sol et se tourne directement vers moi.

"Maintenant, je vais dire quelque chose qui pourrait vous offenser", commence-t-il, et continue de le faire, en se référant en termes racistes aux "descendants de Newt" à Soso à proximité, en disant certains d'entre eux ont la peau si claire que vous les regardez et que vous ne savez pas.

Je reste là à l'écrire et à penser à William Faulkner, dont les romans sont parsemés de personnages qui ont l'air blancs mais qui sont considérés comme noirs par l'obsession fanatique du Mississippi pour la règle de la goutte. Et pas pour la première fois dans le comté de Jones, où les disputes font encore rage au sujet d'un homme né il y a 179 ans, je me souviens du célèbre axiome de Faulkner sur l'histoire : « Le passé n'est jamais mort. Ce n'est même pas passé.

Après la guerre civile, Knight a rejoint l'ancienne esclave de son grand-père Rachel, ils ont eu cinq enfants ensemble. Knight a également engendré neuf enfants avec sa femme blanche, Serena, et les deux familles vivaient dans des maisons différentes sur la même ferme de 160 acres. Après que lui et Serena se soient séparés, ils n'ont jamais divorcé, Newt Knight a provoqué un scandale qui se répercute toujours en concluant un mariage de fait avec Rachel et en revendiquant fièrement leurs enfants métis.

Les Chevaliers Noirs, comme on appelait ces enfants, étaient rejetés par les Blancs comme par les Noirs. Incapables de trouver des partenaires de mariage dans la communauté, ils ont commencé à épouser leurs cousins ​​blancs à la place, avec les encouragements de Newt. (Le fils de Newt, Mat, par exemple, a épousé l'une des filles de Rachel par un autre homme, et la fille de Newt, Molly, a épousé l'un des fils de Rachel par un autre homme.) Une communauté interraciale a commencé à se former près de la petite ville de Soso, et a continué à se marier en elle-même.

"Ils restent seuls là-bas", dit Gavin, en revenant vers sa maison, où des provisions de conserves et de vin de muscadine sont stockées pour le début de l'Armageddon. "Beaucoup de gens trouvent qu'il est plus facile de pardonner à Newt d'avoir combattu des confédérés que de mélanger le sang."

Je suis venu dans le comté de Jones après avoir lu de bons livres sur son histoire et ne connaissant que très peu sa réalité actuelle. Il était réputé pour être férocement raciste et conservateur, même selon les normes du Mississippi, et il avait été un foyer pour le Ku Klux Klan. Mais le Mississippi n'est rien d'autre que stratifié et contradictoire, et ce petit comté rural a également produit de merveilleux talents créatifs et artistiques, dont Parker Posey, la reine du cinéma indépendant, le romancier Jonathan Odell, le chanteur pop et astronaute gay Lance Bass, et Mark Landis, le faussaire et farceur d'art schizophrène, qui a fait don de chefs-d'œuvre frauduleux à de grands musées d'art américains pendant près de 30 ans avant d'être arrêté.

Abonnez-vous au magazine Smithsonian maintenant pour seulement 12 $

Cette histoire est une sélection du numéro de mars du magazine Smithsonian

Conduisant vers la ligne du comté de Jones, j'ai passé un panneau indiquant Hot Coffee - une ville, pas une boisson - et j'ai traversé des pâturages vallonnés pour le bétail et de courts pins naissants. Il y avait des fermes isolées et de petites églises de campagne primitives, et parfois des caravanes délabrées avec des automobiles démembrées dans la cour avant. À l'époque de Newt Knight, tout cela n'était qu'une forêt primitive d'énormes pins à longues feuilles si épais autour de la base que trois ou quatre hommes pouvaient les entourer de leurs bras. Cette partie du Mississippi était surnommée Piney Woods, connue pour sa pauvreté et son manque de perspectives. Les grands arbres étaient une épreuve à défricher, le sol sablonneux était peu propice à la culture du coton et les bas-fonds étaient encombrés de marécages et de fourrés.

Il y avait une production de coton très modeste dans la région et une petite élite esclavagiste qui comprenait le grand-père de Newt Knight, mais le comté de Jones avait moins d'esclaves que tout autre comté du Mississippi, seulement 12% de sa population. Ceci, plus que tout, explique sa déloyauté généralisée envers la Confédération, mais il y avait aussi un esprit indépendant et revêche et clanique, et en Newt Knight, un chef extraordinairement ferme et habile.

Sur la limite du comté, je m'attendais à moitié à un panneau indiquant “Welcome to the Free State of Jones” ou “Home of Newton Knight,” mais la Confédération est maintenant vénérée par certains Blancs de la région, et le La chambre de commerce avait opté pour un slogan moins controversé : « Now This Is Living ! » La majeure partie du comté de Jones est rurale, à revenu faible ou modeste, environ 70 % de la population est blanche. Je suis passé devant de nombreux petits élevages de poulets, une grande usine moderne fabriquant des transformateurs et des ordinateurs, et d'innombrables églises baptistes. Laurel, la plus grande ville, se démarque. Connu sous le nom de City Beautiful, il a été créé par les barons du bois du Midwest qui ont rasé les forêts de pins à feuilles longues et se sont construits des maisons élégantes dans des rues bordées de chênes et le magnifique musée d'art Lauren Rogers de classe mondiale.

L'ancien siège du comté, et le point zéro de l'État libre de Jones, est Ellisville, aujourd'hui une ville agréable et verdoyante de 4 500 habitants. Le centre-ville a quelques vieux bâtiments en briques avec des balcons en fer forgé. Le grand palais de justice à colonnes a un monument confédéré à côté, et aucune mention de la rébellion anti-confédérée qui a eu lieu ici. Ellisville moderne est dominée par le vaste campus du Jones County Junior College, où un professeur d'histoire semi-retraité nommé Wyatt Molds m'attendait dans le hall d'entrée. Descendant direct du grand-père de Newt Knight, il a été fortement impliqué dans la recherche du film et dans la garantie de son exactitude historique.

Un homme grand, sympathique et charismatique aux cheveux indisciplinés, il portait des bottes de cow-boy en peau d'alligator et une chemise de pêche. "Je suis l'un des rares libéraux que vous allez rencontrer ici, mais je suis un libéral de Piney Woods", a-t-il déclaré. « J'ai voté pour Obama, je chasse et j'aime les armes à feu. Cela fait partie de la culture ici. Même les libéraux portent des armes de poing.”

Pour Wyatt Molds, le film est « une idée dont le temps est venu. » (William Widmer) (Portes Guillaume) Une fresque décolorée à Ellisville dépeint l'histoire de la ville. (William Widmer) Un drapeau américain en lambeaux est suspendu à un arbre dans la communauté non constituée en société de Crackers Neck, près d'Ellisville. Pendant quelques années après la guerre, Ellisville était connue sous le nom de Leesville en mémoire du général confédéré Robert E. Lee. (William Widmer)

Il a décrit le comté de Jones comme l'endroit le plus conservateur du Mississippi, mais il a noté que les relations raciales s'amélioraient et que cela se voyait clairement dans l'évolution des attitudes envers Newt Knight. « C'est générationnel », a-t-il déclaré. "Beaucoup de personnes âgées voient Newt comme un traître et un réprouvé, et elles ne comprennent pas pourquoi quelqu'un voudrait faire un film sur lui. Si vous faites remarquer que Newt distribuait de la nourriture à des personnes affamées et était connu comme le Robin des Bois des Piney Woods, ils vous diront qu'il a épousé un Noir, comme ça l'emporte sur tout. Et ils n'utiliseront pas le mot "noir".

D'un autre côté, sa génération actuelle d'étudiants est « excitée » par Newt et le film. "Les Noirs et les Blancs sortent ensemble au lycée maintenant, et ils ne pensent pas que ce soit un gros problème", a déclaré Moulds. C'est un énorme changement. Certains des jeunes s'identifient vraiment à Newt maintenant, en tant que symbole de la fierté du comté de Jones. Ça ne fait pas de mal qu'il soit si dur à cuire.

Knight mesurait 6 pieds 4 pouces avec des cheveux noirs bouclés et un homme à barbe pleine et grosse, rapide comme un chat, comme l'a décrit l'un de ses amis. Il était un adversaire cauchemardesque dans un match de lutte dans les bois et l'un des grands combattants de la guérilla méconnus de l'histoire américaine. Tant d'hommes ont essayé si fort de le tuer que son exploit le plus remarquable a peut-être été d'atteindre la vieillesse.

"C'était un baptiste primitif qui ne buvait pas, ne jurait pas, adorait les enfants et pouvait recharger et tirer un fusil de chasse à double canon et à chargement par la bouche plus rapidement que n'importe qui d'autre", a déclaré Moulds. « Même en tant que vieil homme, si quelqu'un le frottait dans le mauvais sens, il avait un couteau sous la gorge en un clin d'œil. Beaucoup de gens vous diront que Newt n'était qu'un renégat, pour lui-même, mais il y a de bonnes preuves qu'il était un homme aux principes forts qui était contre la sécession, contre l'esclavage et pro-Union.

Ces points de vue n'étaient pas inhabituels dans le comté de Jones. Le bras droit de Newt, Jasper Collins, venait d'une grande famille de fervents syndicalistes du Mississippi. Il nomma plus tard son fils Ulysses Sherman Collins, d'après ses deux généraux Yankee préférés, Ulysses S. Grant et William T. Sherman. « Ici, c'est comme nommer votre fils Adolf Hitler Collins », a déclaré Moulds.

Lorsque la fièvre de la sécession a balayé le Sud en 1860, le comté de Jones y était largement immunisé. Son candidat sécessionniste n'a reçu que 24 voix, tandis que le candidat "coopérationniste", John H. Powell, en a reçu 374. Lorsque Powell est arrivé à la convention de sécession à Jackson, cependant, il a perdu son sang-froid et a voté pour faire sécession avec presque tout le monde. . Powell est resté loin du comté de Jones pendant un certain temps après cela, et il a été brûlé en effigie à Ellisville.

"Dans la mythologie de la cause perdue, le Sud était uni et la sécession n'avait rien à voir avec l'esclavage", a déclaré Moulds. “Ce qui s'est passé dans le comté de Jones dément cela, donc les Causes perdues doivent dépeindre Newt comme un hors-la-loi commun et, par-dessus tout, nier toute trace d'unionisme. Avec la sortie du film, ils sont plus durs que jamais.

Bien qu'il soit contre la sécession, Knight s'est volontairement enrôlé dans l'armée confédérée une fois la guerre commencée. Nous ne pouvons que spéculer sur ses raisons. Il n'a pas tenu de journal et n'a accordé qu'une seule interview vers la fin de sa vie, à un journaliste de la Nouvelle-Orléans nommé Meigs Frost. Knight a déclaré qu'il s'était enrôlé avec un groupe d'hommes locaux pour éviter d'être enrôlé, puis s'était divisé en différentes sociétés. Mais la principale érudite de la rébellion dirigée par les Chevaliers, Victoria Bynum, auteur de L'État libre de Jones, souligne que Knight s'était enrôlé, sans aucune menace de conscription, quelques mois après le début de la guerre, en juillet 1861. Elle pense qu'il aimait être soldat.

L'État libre de Jones : la plus longue guerre civile du Mississippi

Victoria Bynum retrace les origines et l'héritage du soulèvement du comté de Jones, de la Révolution américaine au mouvement moderne des droits civiques. En comblant le fossé entre le légendaire et le véritable État libre de Jones, elle montre à quel point la légende en dit long sur la transition du Sud de l'esclavage à la ségrégation.

En octobre 1862, après la défaite confédérée à Corinthe, Knight et de nombreux autres hommes de Piney Woods désertèrent le septième bataillon d'infanterie du Mississippi. Ce n'était pas seulement les rations de famine, le leadership arrogant et stupide et le carnage épouvantable. Ils étaient dégoûtés et en colère contre la « loi des vingt nègres », récemment adoptée, qui exemptait un homme blanc pour 20 esclaves possédés dans une plantation de servir dans l'armée confédérée. Jasper Collins s'est fait l'écho de nombreux non-esclavagistes du Sud lorsqu'il a déclaré : « Cette loi. en fait une guerre de riches et un combat de pauvres.

De retour chez eux, ils ont trouvé leurs femmes qui se débattaient pour entretenir les fermes et nourrir les enfants. Encore plus aggravant, les autorités confédérées avaient imposé un système abusif et corrompu d'impôt en nature, par lequel ils prenaient ce qu'ils voulaient pour l'effort de guerre chevaux, porcs, poulets, maïs, viande des fumoirs, chiffons faits maison . Un colonel confédéré nommé William N. Brown a rapporté que des fonctionnaires du fisc corrompus avaient "fait plus pour démoraliser le comté de Jones que l'ensemble de l'armée yankee".

Au début de 1863, Knight a été capturé pour désertion et peut-être torturé. Certains érudits pensent qu'il a été contraint de reprendre du service pour le siège de Vicksburg, mais il n'y a aucune preuve solide qu'il était là. Après la chute de Vicksburg, en juillet 1863, il y a eu un exode massif de déserteurs de l'armée confédérée, dont beaucoup de Jones et des comtés environnants. Le mois suivant, le major confédéré Amos McLemore arriva à Ellisville et commença à les traquer avec des soldats et des chiens. En octobre, il avait capturé plus de 100 déserteurs et échangé des messages menaçants avec Newt Knight, qui était de retour dans sa ferme en ruine à la frontière du comté de Jasper.

Dans la nuit du 5 octobre, le major McLemore séjournait dans le manoir de son ami Amos Deason à Ellisville, lorsque quelqu'un a presque certainement fait irruption et l'a abattu. Peu de temps après, il y a eu une réunion de masse de déserteurs de quatre comtés de Piney Woods. Ils se sont organisés en une compagnie appelée les Jones County Scouts et ont élu à l'unanimité Knight comme leur capitaine. Ils ont juré de résister à la capture, de défier les collecteurs d'impôts, de défendre les maisons et les fermes de chacun et de faire ce qu'ils pouvaient pour aider l'Union.

Les historiens néo-confédérés ont nié la loyauté des scouts envers l'Union de haut en bas, mais cela a été accepté par les confédérés locaux à l'époque. "Ils étaient des soldats de l'Union par principe", a rappelé plus tard le major Joel E. Welborn, leur ancien commandant dans le septième Mississippi. « Ils faisaient un effort pour être recrutés dans le service américain. » En effet, plusieurs des scouts du comté de Jones ont réussi plus tard à rejoindre l’armée de l’Union à la Nouvelle-Orléans.

En mars 1864, le lieutenant-général Leonidas Polk a informé Jefferson Davis, le président de la Confédération, que le comté de Jones était en "rébellion ouverte" et que les guérilleros se proclamaient "les Yankees du Sud". Ils avaient paralysé le système de perception des impôts, saisi et redistribué les fournitures confédérées, et tué et chassé des fonctionnaires et des loyalistes confédérés, non seulement dans le comté de Jones mais dans tout le sud-est du Mississippi. Le capitaine confédéré Wirt Thompson a rapporté qu'ils étaient maintenant un millier de soldats et qu'ils faisaient flotter le drapeau américain au-dessus du palais de justice du comté de Jones et qu'ils se vantaient de se battre pour l'Union, a-t-il ajouté.

Au printemps 1864, la compagnie de Knight resta au fond des marais, approvisionnée en nourriture et en informations par des sympathisants et des esclaves locaux. (© 2015 STX Productions, LLC. Tous droits réservés) Matthew McConaughey (au centre) joue le rôle de Knight dans L'État libre de Jones. (© 2015 STX Productions, LLC. Tous droits réservés.) La maison où un général confédéré a été abattu, probablement par Knight (William Widmer) Newton Knight (De la collection d'Earle Knight / Avec l'aimable autorisation de Victoria Bynum) Une photographie de Newton Knight, détenue par son cousin au quatrième degré DeBoyd Knight (William Widmer) Un portrait provisoirement identifié comme Rachel (Collection Herman Welborn / Avec l'aimable autorisation de Martha Doris Welborn)

Cette source était le point culminant de la rébellion contre les rebelles. Polk ordonna à deux régiments aguerris de se rendre dans le sud-est du Mississippi, sous le commandement du colonel natif de Piney Woods, Robert Lowry. Avec des cordes suspendues et des meutes de chiens de chasse à l'homme vicieux, ils ont soumis les comtés environnants, puis se sont installés dans l'État libre de Jones. Plusieurs membres de la compagnie Knight ont été mutilés par les chiens, et au moins dix ont été pendus, mais Lowry n'a pas pu attraper Knight ou le groupe central. Ils étaient au fond des marais, étant approvisionnés en nourriture et en informations par des sympathisants et des esclaves locaux, notamment Rachel.

Après le départ de Lowry, proclamant la victoire, Knight et ses hommes sortirent de leurs cachettes et, une fois de plus, commencèrent à menacer les fonctionnaires et agents confédérés, brûlant des ponts et détruisant des voies ferrées pour contrecarrer l'armée rebelle et pillant les approvisionnements alimentaires destinés aux troupes. Ils ont combattu leur dernière escarmouche à Sal’s Battery, également orthographié Sallsbattery, le 10 janvier 1865, combattant une force combinée de cavalerie et d'infanterie. Trois mois plus tard, la Confédération tombait.

En 2006, le cinéaste Gary Ross était à Universal Studios, discutant de projets possibles, lorsqu'un responsable du développement lui a donné un bref traitement d'une page sur Newton Knight et l'État libre de Jones. Ross a été immédiatement intrigué, à la fois par le caractère et la révélation de l'unionisme dans le Mississippi, l'État le plus profondément méridional de tous.

"Cela m'a conduit à une plongée profonde pour comprendre de plus en plus sur lui et le fait que le Sud n'était pas monolithique pendant la guerre civile", a déclaré Ross, parlant au téléphone depuis New York. « Je ne savais pas qu'il faudrait deux ans de recherche avant de commencer à écrire le scénario. »

La première chose qu'il a faite a été de faire une excursion en canot sur la rivière aux Feuilles pour avoir une idée de la région. Puis il a commencé à lire, en commençant par les cinq (maintenant six) livres sur Newton Knight. Cela a conduit à une lecture plus large sur d'autres poches de syndicalisme dans le Sud. Puis il s'est lancé dans la Reconstruction.

"Je ne suis pas un lecteur rapide, ni un universitaire", dit-il, "même si je suppose que je suis devenu un amateur". Il a fait son apprentissage auprès de certaines des principales autorités dans le domaine. , dont John Stauffer et Steven Hahn de Harvard à l'Université de Pennsylvanie. (Sous la pression de Ross, Stauffer et sa co-auteure Sally Jenkins ont publié leur propre livre sur la rébellion du comté de Jones, en 2009.) Ross parle de ces érudits sur un ton d'adoration et d'adulation, comme s'ils étaient des rock stars ou des stars de cinéma et nul plus qu'Eric Foner de Columbia, le doyen des experts en reconstruction.

“Il est comme un dieu, et je suis allé dans son bureau, et j'ai dit, ‘Mon nom’s Gary Ross, j'ai fait Seabiscuit.’ Je lui ai posé un tas de questions sur la reconstruction, et tout ce qu'il a fait c'est donnez-moi une liste de lecture. Il ne me faisait aucun quartier. Je suis un gars d'Hollywood, vous savez, et il voulait voir si je pouvais faire le travail.

Le réalisateur Gary Ross recrée le monde de Newt Knight, où les rebelles pro-Union se sont échappés dans les marais locaux. "Mon cœur était là", déclare Ross à propos de ses efforts de dix ans pour porter l'histoire à l'écran. (© 2015 STX Productions, LLC. Tous droits réservés)

Ross a parcouru lentement et prudemment les livres et est revenu avec d'autres questions. Foner n'a répondu à aucune d'entre elles, il lui a juste donné une autre liste de lecture. Ross a lu ces livres aussi et est revenu avec des questions brûlantes. Cette fois, Foner l'a regardé et a dit: “Pas mal. Vous devriez penser à étudier cela.”

"C'était le plus beau compliment qu'une personne aurait pu me faire", dit Ross. « Je me souviens être sorti de son bureau, traverser les marches de la bibliothèque Columbia, presque flottant. C'était une expérience tellement captivante d'apprendre pour la première fois, plutôt que de générer un scénario. Je lis toujours des livres d'histoire tout le temps. Je dis aux gens que ce film est ma crise académique de la quarantaine.

À Hollywood, dit-il, les dirigeants ont été extrêmement favorables à ses recherches et au scénario qu'il a finalement réussi à en tirer, mais ils ont rechigné à financer le film. “C'était avant Lincoln et 12 ans d'esclave, et il était très difficile de faire ce genre de drame. Alors je suis allé et j'ai fait Jeux de la faim, mais en gardant toujours un œil là-dessus. ”

Matthew McConaughey pensait que le État libre de Jones Le scénario était l'histoire de guerre civile la plus excitante qu'il ait jamais lue, et il sut immédiatement qu'il voulait jouer Newt Knight. Dans le défi de Knight à la fois de l'armée confédérée et des tabous les plus profonds de la culture du Sud, McConaughey voit un leader intransigeant et profondément moral. C'était "un homme qui vivait selon la Bible et le canon d'un fusil de chasse", a déclaré McConaughey dans un e-mail. « Si quelqu'un, quelle que soit sa couleur, était maltraité ou utilisé, si une personne pauvre était utilisée par quelqu'un pour devenir riche, c'était un simple tort qui devait être corrigé aux yeux de Newt. Il l'a fait délibérément, et au diable les conséquences. McConaughey le résume comme une "lumière brillante au milieu du combat le plus sanglant de ce pays. Je suis vraiment émerveillé par lui.”

"Il était le phare d'un homme, en avance sur son temps", déclare McConaughey de Knight. (© 2015 STX Productions, LLC. Tous droits réservés)

Le troisième acte du film se déroule dans le Mississippi après la guerre de Sécession. Il y a eu une phase au début de la Reconstruction où les Noirs pouvaient voter, et des responsables noirs ont été élus pour la première fois. Puis d'anciens confédérés ont violemment repris le contrôle de l'État et mis en place une sorte de second esclavage pour les Afro-Américains. Une fois de plus privés de leurs droits et terrorisés par le Klan, ils ont été exploités par le métayage et légalement séparés. « Le troisième acte est ce qui rend cette histoire si vivante », déclare McConaughey. “Cela le rend pertinent aujourd'hui. La reconstruction est un verbe qui est en cours.

Ross pense que le caractère et les croyances de Knight sont le plus clairement révélés par ses actions après la guerre. Il a été engagé par le gouvernement de la Reconstruction pour libérer les enfants noirs des maîtres blancs qui refusaient de les émanciper. "En 1875, il accepte une commission dans ce qui était essentiellement un régiment entièrement noir", explique Ross. « Son travail consistait à défendre les droits des Afro-Américains libérés lors de l'une des élections les plus sanglantes du Mississippi. Son engagement envers ces questions n'a jamais faibli. En 1876, Knight a cédé 160 acres de terre à Rachel, faisant d'elle l'un des très rares propriétaires fonciers afro-américains du Mississippi à cette époque.

Tout comme Ross voulait tourner le film dans le comté de Jones, il y avait des incitations fiscales irrésistibles pour filmer de l'autre côté de la frontière en Louisiane et des marécages de cyprès à couper le souffle où divers acteurs étaient infestés de minuscules acariens appelés aoûtats. Néanmoins, Ross et McConaughey ont passé beaucoup de temps dans le comté de Jones, persuadant de nombreux habitants du comté d'apparaître dans le film.

« J'adore la rivière aux Feuilles et toute la région », déclare Ross. Et j'ai appris à aimer absolument le Mississippi. C'est un endroit très intéressant, réel et compliqué.

Sur le site Web de Jones County Rosin Heels, la section locale des Sons of the Confederate Veterans, une annonce a averti que le film dépeignait Newt Knight comme un militant des droits civiques et un héros. Puis l'écrivain glisse par inadvertance dans le présent : « C'est en fait un voleur, un meurtrier, un adultère et un déserteur. »

Doug Jefcoate a été répertorié comme commandant du camp. Je l'ai trouvé sur la liste des vétérinaires à Laurel et j'ai appelé, disant que j'étais intéressé par ses opinions sur Newt Knight. Il avait l'air un peu impatient, puis a dit : « OK, je suis un gars de l'histoire et un gars de la quatrième génération. Venez à l'hôpital pour animaux demain.”

La réceptionniste m'a conduit dans une petite salle d'examen et a fermé ses deux portes.Je suis resté là quelques longues minutes, avec une table en acier brillant et, au mur, une citation biblique. Puis Jefcoate est entré, un homme d'âge moyen avec des cheveux blonds, des lunettes et un sourire lointain. Il portait deux énormes volumes reliés en cuir de sa généalogie familiale.

Il m'a donné dix minutes sur son arbre généalogique, et quand je l'ai interrompu pour poser des questions sur les Rosin Heels et Newt Knight, il s'est arrêté, a semblé perplexe et a commencé à rire. « Vous vous êtes trompé de Doug Jefcoatate », a-t-il dit. “Je ne suis pas ce type.” (Il s'avère que c'est Doug Jefcoat, sans le “e.”)

Il a éclaté de rire, puis s'est installé et m'a fait part de ses réflexions. "Je ne suis pas raciste, d'accord, mais je suis ségrégationniste", a-t-il déclaré. “Et le vieux Newt se baignait dans la mauvaise piscine.”

Le commandant de Rosin Heel, Doug Jefcoate, n'était pas disponible, alors je me suis rendu au cabinet d'avocats de Carl Ford, un Rosin Heel qui avait défendu sans succès Sam Bowers, le sorcier impérial des Chevaliers blancs du Ku Klux Klan, lors de son procès en 1998. pour le meurtre en 1966 du militant des droits civiques Vernon Dahmer. Ford n'était pas là, mais il s'est arrangé pour que John Cox, un ami, collègue et collègue de Rosin Heel, me renseigne sur Newt Knight.

John Cox, membre des Sons of Confederate Veterans, critique le traitement historique de Newt dans le film. (William Widmer)

Cox, un présentateur de radio et de télévision animé de 71 ans avec une longue barbe blanche, m'a accueilli dans un petit bureau bourré d'équipement vidéo et de souvenirs confédérés. Il travaillait sur un film intitulé État libre de Jones : la république qui n'a jamais été, destiné à réfuter le film de Gary Ross’. Tout ce qu'il avait jusqu'à présent, c'était les crédits (Producteur exécutif Carl Ford) et la musique de banjo d'introduction.

"Newt est ce que nous appelons une poubelle de remorque", a-t-il déclaré d'une voix traînante de baryton en plein essor. « Je ne l'aurais pas chez moi. Et comme tous les ordures pauvres, blanches et ignorantes, il était là pour lui-même. Certaines personnes sont bien trop amoureuses de l'idée qu'il était Martin Luther King, et ce sont les mêmes personnes qui croient que la guerre entre les États concernait l'esclavage, alors que rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Il semblait inutile de discuter avec lui, et il était presque impossible d'avoir un mot, alors je me suis assis là à griffonner alors qu'il se lançait dans un long monologue qui défendait l'esclavage et la première incarnation du Klan, enfoui profondément dans l'obscure bataille de la guerre civile. minuties, a nié toutes les accusations de racisme et a continué à revenir en arrière pour dénoncer Newt Knight et les imbéciles minaudiers qui ont essayé de projeter leurs agendas libéraux sur lui.

« Il n'y avait pas d'État libre de Jones », a-t-il conclu. “Il n'a jamais existé.”

Joseph Hosey est un forestier du comté de Jones et un cueilleur de champignons sauvages qui a été embauché comme figurant pour le film et a fini par jouer un membre clé de la Knight Company. En le regardant, il n'y a aucune raison de se demander pourquoi. Débraillé et mince avec des yeux bleus perçants et une barbe pleine, il a l'air de subsister avec les rations de l'armée confédérée et l'écureuil occasionnel.

Il voulait me rencontrer au Jitters Coffeehouse & Bookstore à Laurel, afin qu'il puisse me montrer une vieille carte sur le mur. Il dépeint le comté de Jones comme le comté de Davis et Ellisville comme Leesburg. "Après 1865, le comté de Jones était si connu que les confédérés locaux avaient honte d'y être associés", dit-il. “Alors, ils ont renommé le comté d'après Jefferson Davis et Ellisville d'après Robert E. Lee. Quelques années plus tard, il y a eu un vote et les noms ont été changés en arrière. Dieu merci, parce que ça aurait été nul.”

Joseph Hosey, un forestier du comté de Jones qui était un figurant sur le film, rend hommage à l'héritage de Knight. « Une des choses que nous faisons est de nettoyer les tombes. Nous gardons la tombe de Newt belle et celle de Rachel. Nous sommes fiers de le faire. (William Widmer)

Comme son grand-père avant lui, Hosey est un grand admirateur de Newt Knight. Bien avant le film, quand les gens lui demandaient d'où il venait, il disait : "L'État libre de Jones". Maintenant, il a un chien nommé Newt et le décrit comme un "doberman bleu de l'Union". 8221

Être dans le film, jouer et interagir avec Matthew McConaughey a été une expérience profonde et émouvante, mais pas à cause de la renommée de l'acteur. “C'était comme si Newt lui-même se tenait juste devant moi. Cela m'a vraiment fait souhaiter que mon grand-père soit toujours en vie, car nous disions toujours que quelqu'un devrait faire un film sur Newt. Hosey et les autres acteurs de la Knight Company se sont liés étroitement pendant le tournage et se désignent toujours comme la Knight Company. . « Nous avons des réunions dans le comté de Jones, et j'imagine que nous le ferons toujours », dit-il.

Je lui demande ce qu'il admire le plus chez Knight. « Quand vous grandissez dans le Sud, vous entendez tout le temps parler de votre « patrimoine », comme si c'était la meilleure chose qui soit », dit-il. “Quand j'entends ce mot, je pense au gruau et au thé sucré, mais je pense surtout à l'esclavage et au racisme, et cela me fait de la peine. Newt Knight me donne quelque chose dans mon héritage, en tant que Sudiste blanc, dont je peux être fier. Nous n'avons pas tous accepté.

Après la reconstruction, les anciens confédérés étant de retour aux commandes, le Klan après lui et les lois de ségrégation Jim Crow étant adoptées, Knight se retira de la vie publique dans sa propriété à la frontière du comté de Jasper, qu'il partagea avec Rachel jusqu'à sa mort en 1889, et continué à partager avec ses enfants et petits-enfants. Il a vécu la vie autosuffisante d'un fermier yeoman de Piney Woods, a adoré ses rangs croissants d'enfants et de petits-enfants, et s'est complètement retiré de la société blanche.

Il donna cette longue interview en 1921, révélant un sens de l'humour laconique et un sens aigu du bien et du mal, et il mourut l'année suivante, en février 1922. Il avait 84 ans. Joseph Hosey m'a emmené dans la cabane de la petite-fille de Newt, où certains disent qu'il a subi une crise cardiaque mortelle en dansant sur le porche. Hosey voulait vraiment m'emmener sur la tombe de Newt Knight. Mais le rite sacré de la saison de chasse était en cours et le propriétaire foncier ne voulait pas que les visiteurs dérangent les cerfs dans la région. Hosey a donc conduit jusqu'à la porte verrouillée, puis a glissé les photos pertinentes sur son téléphone.

La tombe de Newt a un emblème de Sal, son fusil de chasse bien-aimé, et la légende, "Il a vécu pour les autres". Il a donné des instructions pour qu'il soit enterré ici avec Rachel. "Il était illégal pour les Noirs et les Blancs d'être enterrés dans le même cimetière", explique Hosey. "Newt s'en fichait. Même dans la mort, il les a défiés.”

Il y a eu plusieurs fois dans le comté de Jones où ma tête a commencé à tourner.

Au cours de mon dernier entretien, de l'autre côté d'une table en plastique aux couleurs vives dans le McDonald's de Laurel, il y a eu des moments où mon cerveau s'est complètement bloqué et je m'asseyais là abasourdi, incapable de saisir ce que j'entendais. Les deux sœurs assises de l'autre côté de la table s'amusaient doucement. Ils avaient vu cela plusieurs fois auparavant. C'était, en fait, la réaction normale lorsqu'ils essayaient d'expliquer leur arbre généalogique à des étrangers.

Dorothy Knight Marsh et Florence Knight Blaylock sont les arrière-petites-filles de Newt et Rachel. Après plusieurs décennies de vie dans le monde extérieur, ils sont de retour à Soso, Mississippi, confrontés à des préjugés de toutes parts. Le pire vient de leur famille élargie. "Nous avons des parents proches qui ne nous regardent même pas", dit Blaylock, la sœur aînée, qui était souvent prise pour une mexicaine lorsqu'elle vivait en Californie.

En tant qu'arrière-petites-filles de Newt et Rachel, Dorothy Knight Marsh, à gauche, et Florence Knight Blaylock vénèrent leur passé : « C'est une famille très inhabituelle et complexe », déclare Blaylock. (William Widmer)

"Ou ils seront gentils avec nous en privé et prétendront qu'ils ne nous connaissent pas en public", a ajouté Marsh, qui a vécu à Washington, DC pendant des décennies. Pour simplifier, elle a dit qu'il y avait trois groupes de base. Les chevaliers blancs descendent de Newt et Serena, sont souvent pro-confédérés et fiers de leurs lignées blanches pures. (En 1951, l'un d'eux, Ethel Knight, a publié un acte d'accusation au vitriol de Newt en tant que traître à la Confédération.) Les Black Knights descendent du cousin de Newt, Dan, qui a eu des enfants avec l'un de ses esclaves. Les White Negroes (alias les Fair Knights ou Knight Negroes) sont les descendants de Newt et Rachel. "Ils ont tous des réunions de famille séparées", a déclaré Blaylock.

La ligne White Negro a été compliquée davantage par Georgeanne, la fille de Rachel par un autre homme blanc. Après la mort de Rachel, Newt et Georgeanne ont eu des enfants. « C'était un bon père de famille ! » a déclaré Marsh. "Je suppose que c'est pour ça qu'il en avait trois. Et il n'arrêtait pas d'essayer de marier la couleur, pour que nous ayons tous la peau plus claire. Nous devons dire à nos jeunes, ne sortez pas dans la région de Soso. Mais nous allons tous bien. Nous n'en avons pas. problèmes. Tous les chevaliers sont travailleurs et très compétents.”

Dans le film, Marsh et Blaylock apparaissent brièvement dans une scène de palais de justice. Pour eux deux, la saga de la famille Knight s'est poursuivie jusqu'au 20e siècle et au-delà. Leur cousin Davis Knight, qui avait l'air blanc et prétendait être blanc, a été jugé pour crime de métissage en 1948, après avoir épousé une femme blanche. Le procès était une étude sur l'absurdité, le paradoxe, la contradiction et l'obsession raciale du Mississippi. Un homme blanc a été reconnu coupable d'être noir, la condamnation a été annulée, il est redevenu légalement blanc.

« Nous avons accepté qui nous sommes », déclare Blaylock. Je suis fier d'être un descendant de Newt et Rachel. J'ai tellement de respect pour les deux.”

“Absolument,” dit Marsh. “Et nous avons hâte de voir ce film.”


Vase Moissonneur - Histoire

Depuis 1976, Cashs of Ireland est synonyme de cristal fin et de cadeaux, tous façonnés de manière traditionnelle par des artisans irlandais qualifiés.

Depuis des générations, ces artisans irlandais ont transmis de père en fils leur connaissance de l'art ancien de la cristallerie et de la taille. Les artisans de Cashs ont consacré leur vie à leur métier et à leur ville de Waterford, en Irlande. Cashs Crystal est taillé à la main, dans la mesure du possible, et poli à la perfection selon des techniques séculaires.

Inspiré par la nature

Des designers talentueux s'inspirent de la riche histoire et de la belle campagne irlandaise. Ils traduisent les contreforts verdoyants, les vestiges fortifiés des villes anciennes et le magnifique bord de mer en un art époustouflant. Les designers de Cashs donnent vie à ces textures et motifs irlandais avec des détails uniques et exquis.

Fabriqué à la main à Waterford, en Irlande, par un groupe de maîtres artisans et designers.
Le designer et l'artisan mettent tous deux leurs talents dans chaque pièce comme un témoignage fait à la main de leur art et de leur respect pour la nature.


Modèles vintage/abandonnés

Noritake a commencé à vendre de la vaisselle sur le marché américain en 1904. Nous avons vendu nos produits dans de nombreux grands magasins, bijouteries et magasins spécialisés d'un océan à l'autre. En plus de nos plus de 100 ans de vente de porcelaine et de porcelaine de qualité supérieure aux États-Unis, nous avons également servi le personnel militaire américain dans le monde entier.

Noritake fait partie des bases militaires américaines depuis des années et de nombreux militaires ont ravi leurs familles en envoyant chez eux des ensembles de porcelaine fine magnifiquement fabriqués.

Il existe de nombreux bons choix pour trouver des pièces de remplacement dans votre modèle vintage. Nous avons répertorié ci-dessous plusieurs sociétés dont l'activité consiste à localiser, acheter et vendre des modèles anciens et anciens. Tous les prix et évaluations des modèles vintage sont fixés par ces entreprises individuelles et le marché. Noritake ne participe pas à la fixation des prix sur les modèles vintage/retirés.

Vous pouvez utiliser les conseils que nous avons couverts dans notre blog pour rester au courant de vos habitudes et être informé des articles disponibles. Cliquez ici pour lire « Outils pour rester en contact avec vos modèles chinois » sur le plat Noritake.

Les détaillants suivants proposent régulièrement une large sélection d'articles Noritake vintage :


Voir la vidéo: Létoile du Seigneur.DAT


Commentaires:

  1. Langit

    Je crois que vous vous trompez. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  2. Njau

    Merde, que diable !!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. Farlow

    Tu as tout à fait raison. Il y a quelque chose dans ce domaine et une excellente idée, je suis d'accord avec vous.

  4. Gikhrist

    Je peux recommander de vous rendre visite à un site sur lequel il y a de nombreux articles sur cette question.

  5. Sanersone

    Tu fais comme tu veux. Tu fais comme tu veux.



Écrire un message